Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Gestation pour autrui (GPA) du nouveau ?
Gestation pour autrui (GPA) du nouveau ?
note des lecteurs
date et réactions
19 février 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Gestation pour autrui (GPA) du nouveau ?

Gestation pour autrui (GPA) du nouveau ?

La semaine dernière, le rapport Leonetti sur la bioéthique avait préconisé le maintien de l’interdiction de la GPA. Roselyne Bachelot appuie ce point de vue, alors que Nadine Morano va plutôt à son encontre, tout comme Michèle André, sénatrice (PS) du Puy de Dôme, qui estime que légiférer sur la GPA permettrait de « mettre fin à des trafics d’argent et une insécurité juridique  ». La droite et la gauche ont finalement accordé leur violon sur cet épineux dossier des « mères porteuses ».

En effet, des parlementaires ont déposé, au Sénat, deux projets de loi en faveur de la 'gestation pour autrui', l'un émanant de la majorité avec Gérard Longuet, président du groupe UMP, Nicolas About, président du groupe de l’Union centriste, et Muguette Dini, présidente de la commission des affaires sociales, entre autres, qui ont suivi Alain Milon, un sénateur UMP convaincu du bien-fondé d’un encadrement légal de cette pratique proscrite depuis 1994, l'autre de l'opposition, emmenés par la socialiste Michèle André (ancienne secrétaire d’Etat aux Droits des femmes du gouvernement Rocard), Robert Badinter, Jean-Pierre Bel, président du groupe PS, François Rebsamen, Jean-Noël Guerini, Bariza Khiari ou la verte Dominique Voynet. Ces deux projets quasiment jumeaux émettent le souhait que la 'gestation pour autrui' soit accordée aux couples de sexes différents, en âge de procréer et en couple depuis plus de deux ans. Dans ces couples, la femme devra se trouver "dans l'impossibilité de mener une grossesse à terme" ou courir un risque médical à être enceinte. La mère porteuse doit avoir déjà accouché au moins une fois. Elle ne peut porter un enfant conçu avec ses propres ovocytes, ni porter l’enfant de sa fille.

Badinter précise que « Dans la proposition, le processus serait contrôlé par un juge qui devra notamment recueillir les consentements des parents intentionnels et de la gestatrice, et fixer une somme pour couvrir les frais de grossesse. Les sénateurs prévoient que les enfants nés à l’étranger d’une GPA avant l’entrée en vigueur de cette loi puissent bénéficier d’une filiation stable. Ce qui pourrait rassurer des centaines de familles françaises. »

Loreline Robbe Sciences et ...

SOURCES

  • Article dans Libération ici, résumé du rapport de bioéthique ici, proposition de loi du Sénat ici, et entretien avec Elisabeth Badinter ici.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Cristophe (IP:xxx.xx3.233.109) le 19 février 2010 a 18H43
Cristophe, 1 article (Rédacteur)

Léonetti a des convictions religieuses qui faussent le débat. D’ailleurs, le rapport de la mission dont il a été le rapporteur est un ramassis de peurs, de préjugés et de contradictions. Il est même en opposition avec le président de la mission sur de nombreux points ! Et après cela veut prétendre parler d’universalisme !

Sur le même sujet, la fondation progressiste TerrraNova a publié un rapport "Assistance à la procréation, parenté et adoption" autrement plus étayé et cohérent !