Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Comprendre les différentes formes de cancer du sein après un examen
Comprendre les différentes formes de cancer du sein après un examen
note des lecteurs
date et réactions
18 décembre 2009
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Comprendre les différentes formes de cancer du sein après un examen

Comprendre les différentes formes de cancer du sein après un examen

Voici un petit récapitulatif pour mieux comprendre les résultats d’examens de laboratoire après une biopsie ou ablation d’une tumeur.

J’ai toujours eu du mal à comprendre les résultats d’analyse et/ou le jargon médical employé par mon médecin pour essayer de me les expliquer et je suis certaine que je ne suis pas la seule ! Face à ces chiffres ou ces commentaires plutôt nébuleux, on est encore démuni :-( .
Je vais donc essayer de lister dans ce billet les différentes formes de cancer du sein déterminées par l’examen en laboratoire demandé après biopsie ou ablation de la tumeur.

Tout d’abord, voici une coupe d’un sein qui permet de voir qu’il se compose de différents tissus.

 
 
Il y a deux grands types de cancer du sein :

1. Le carcinome in situ qui n’a pas essaimé en dehors de sa localisation primitive avec deux sous groupes :

  • Le carcinome in situ intracanalaire qui se situe dans les canaux galactophores (qui acheminent le lait)
  • Le carcinome in situ intralobulaire que l’on retrouve dans les lobes glandulaires (sécreteurs de lait)

2. Le carcinome infiltrant qui lui, a infiltré les tissus avoisinants. On trouve différents types histologiques dans cette catégorie : pour citer les plus fréquents canalaires (75%), lobulaires (4 à 11%), tubuleux, mucineux, medullaires etc…

D’autre part, l’anapathologie va déterminer le nombre et la vitesse de division des cellules dans le tissu cancéreux, la différenciation des cellules, les anomalies dans leur noyau… un ensemble qui va donner une idée de l’agressivité de la tumeur et de sa propension à métastaser. C’est le grade de la tumeur ( Grading de Scarff-Bloom-Richardson pour le cancer infiltrant et Holland pour le cancer insitu). Il s’echelonne de I à III.
 
Ensuite on determine son stade  :
 
Stade Description
0 Correspond aux carcinomes canalaires in situ .
1 invasion localisée sans metastase
2 extension limitée localement et/ou atteinte ganglionnaire minime
3 Atteinte locale importante et/ou ivasion ganglionnaire majeure
4 tumeur avancée localement et/ou metastases à distance
 
Mais vous pouvez rencontrer une autre classification des tumeurs qui tient compte de la taille et de la présence ou non de ganglions et de metastases, c’est la classification TNM  :
 
 
Vous obtiendrez par exemple : T1N1M0 (cancer infiltrant de petite taille <2cm, quelques ganglions atteints mobiles, pas de metastase)
 
Ensuite on cherche la présence de récepteurs hormonaux RH (oestrogène R0 et progestérone P0) dans la tumeur. Environ 30% se revèlent RH+ (cancers hormonodépendants).
Enfin on analyse la surexpression d’une protéine HER2 (20 à 30% des cancers).
 
4 groupes sont ainsi constitués :
  • RH+/HER2+
  • RH+/HER2-
  • RH-/HER2+
  • RH-/HER2- (triple negatif)
C’est après ces nombreuses analyses de la tumeur, que sera determiné le protocole de soins qui sera appliqué. Chaque cancer du sein est particulier, et nécessite donc des traitements qui lui sont propres. Seuls votre médecin ou l'équipe pluridisciplinaire en charge de votre dossier est habilité à déterminer les traitements qui conviennent à votre cas.
Catherine Cerisey

SOURCES


  • CHUPS Jussieu
    Pharm.clin.uhp-nancy.fr
    Medespace.com
    meduniv-rennes1.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté