Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancer du sein : les douleurs chroniques post-opératoires
Cancer du sein : les douleurs chroniques post-opératoires
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 janvier 2010
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Cancer du sein : les douleurs chroniques post-opératoires

Cancer du sein : les douleurs chroniques post-opératoires

La chirurgie entraîne chaque année chez de nombreuses femmes des douleurs, séquelles du geste opératoire qui peuvent persister à distance de l’opération. Un an après la chirurgie, près de 50% des patientes ont des douleurs chroniques. L’importance de ces manifestations douloureuses vont de la simple gêne à un handicap majeur. Cette souffrance est extrêmement difficile à vivre d’autant plus qu’elle est majorée par le vécu du cancer.

Comme son nom ne l’indique pas, le syndrome douloureux post mastectomie (SDPM) peut aussi concerner les femmes qui subissent une tumorectomie et on le retrouve qu’il y ait eu curage axillaire ou pas. Néanmoins la technique du ganglion sentinelle semble minorer sensiblement son incidence. Il semblerait que l’on mette en cause aujourd’hui l’atteinte d’un nerf lors de la chirurgie qui serait en partie responsable de ces souffrances parfois insupportables.

Des facteurs de risque majorent la survenue de ce syndrome :

  • le jeune âge de la femme
  • un IMC élevé (indice de masse corporelle)
  • la taille importante de la tumeur
  • le nombre de ganglions prélevés
  • la chimiothérapie et/ou la radiothérapie
  • une mauvaise technique chirurgicale
  • une mauvaise prise en charge de la douleur post-opératoire
  • l’anxiété
  • la reconstruction immédiate
  • les infections et saignements

Ces douleurs peuvent être spontanées ou provoquées. Elles peuvent être induites par un toucher même très doux et peuvent aller jusqu’à l’impossibilité de supporter un vêtement.

Elles se situent au niveau du thorax, de l’intérieur du membre supérieur et du creux axillaire, mais peuvent s’étendre dans le dos et l’omoplate.

Elles sont décrites comme des brûlures, des coups d’aiguilles ou des éclairs/décharges électriques. On retrouve également des déficits de sensations.

Après avoir évalué la douleur sur une des différentes échelles à sa disposition, le médecin va évaluer les dommages collatéraux de cette douleur : sommeil, anxiété, dépression, handicap, qualité de vie…

Malheureusement, comme pour les douleurs neuropathiques, il existe peu de medicaments qui soulagent complètement. On utilise des antidépresseurs, anti convulsants ou autres medicaments souvent insuffisants. Des traitements locaux à base de corticoïdes sont souvent prescrits en application locale. Même si elle n’a pas prouvée son efficacité dans le cas du SPDM, la kinesithérapie fondée sur le drainage lymphatique manuel est envisagée si la patiente peut supporter d’être touchée.

Enfin, une prise en charge psychologique est proposée systématiquement. Le SPDM s’installe en effet sur des fêlures importantes :

  • le deuil d’un sein en bonne santé
  • le deuil de l’image antérieure de soi même
  • le deuil d’une vie antérieure exempte de maladie
  • et souvent le deuil d’une vie professionnelle, sociale et affective normale

En cas d’échec une prise en charge anesthésique plus lourde avec injection d’analgésiques et/ou de corticoïdes pourra être proposée.

Mais il faut penser aussi à d’autres approches comme l’acupuncture, l’homeopathie, la relaxation… qui peuvent soulager.

A côté du syndrome douloureux post mastectomie, on retrouve la douleur dite “du sein fantôme”. C’est la perception de la présence du sein opéré après la mastectomie, sensation extrêmement angoissante. Chez les femmes les plus anxieuses, la sensation peut devenir douloureuse et perdurer plusieurs années comme dans le cas d’amputation d’un membre.

Les réseaux de soins en cancerologie sont pour la plupart dotés d’un service de consultation de la douleur à aller voir dès l’apparition dès symptômes. En effet, plus la souffrance s’installe plus elle est difficile à faire disparaître. Quel que soit le degré de souffrance, il faut, d’autre part apprendre à exprimer et à décrire sa douleur pour permettre aux médecin de l’évaluer correctement. En 2010, il est insupportable d’imaginer que des femmes souffrent encore alors que tant de stratégies peuvent être mises en place pour les soulager.

Catherine Cerisey

SOURCES

  • L. Labrèze · F. Lakdja · F. Dixmérias · D. Monnin : les douleurs chroniques post mastectomie
    Florence Dixmerias Emmanuel Langlois le syndrome douloureux post mastectomie viareseaudouleurouest.com
    Fondation Foch : la chirurgie du sein
    Bulletin du cancer vol 94 n°3
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Femmes Cancer Sein Chirurgie