Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Allaitement : une brochure pour encourager les femmes
Allaitement : une brochure pour encourager les femmes
note des lecteurs
date et réactions
15 octobre 2009
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 601 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
601
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Allaitement : une brochure pour encourager les femmes

Allaitement : une brochure pour encourager les femmes

En France, 75 % des femmes déclarent vouloir allaiter et pourtant elles sont moins nombreuses à démarrer un allaitement. De plus, la durée de l’allaitement est en général très courte. Cet arrêt précoce de l’allaitement est le plus souvent lié au manque de confiance en elles, de connaissance, d’information et de soutien.

JPEG - 14.9 ko
Allaitement : un guide pour encourager les femmes

En réponse au besoin de soutien à la pratique de l’allaitement maternel, l’INPES a élaboré un guide sur la pratique et l’accompagnement à l’allaitement maternel. Il contient des informations simples et illustrées, des réponses aux questions les plus fréquentes, des conseils et des informations pratiques, des ressources et des adresses utiles pour un accompagnement dans la poursuite de l’allaitement maternel au jour le jour.

 
Beaucoup d’inquiétudes sont liées au manque d’informations et à des idées fausses qui circulent sur l’allaitement au sein. Voici les réponses aux idées fausses que les femmes se posent souvent avant d'allaiter.

"Est-ce j’aurai assez de lait ?"

Il est rare de manquer de lait. Une fois l’allaitement démarré, il n’y aura pas de problème à partir du moment où votre enfant tète de façon fréquente et « efficace », car c’est la succion du bébé qui entretient la fabrication du lait (voir page 26). L’important est de se faire confi ance ; les associations de soutien à l’allaitement peuvent vous y aider (voir page 59).

"Mon lait sera-t-il assez nourrissant ?"

Oui, votre lait sera toujours suffi samment nourrissant pour votre bébé. Le lait maternel est toujours doté de tout ce qu’il faut ! (voir pages 6 et 7).

"Il paraît que ça fait mal ..."

Ce qui peut faire mal, c’est une mauvaise position du bébé quand il tète. Vous allez trouver dans ce guide comment bien installer votre bébé au sein et au bout de quelques jours, votre bébé et vous aurez adopté les bons gestes (voir pages 20 et 21). La première semaine, les mamelons peuvent être sensibles, voire un peu douloureux. C’est un phénomène normal et transitoire. Si cela persiste, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel.

« Je prends des médicaments »

Beaucoup de médicaments sont compatibles avec l’allaitement. Si ce n’est pas le cas, un autre médicament peut le plus souvent vous être proposé. Mais attention, pas d’automédication ! Ne prenez pas de traitement sans demander conseil à votre médecin, votre sage-femme ou votre pharmacien. Ils tiendront compte également de l’âge et du poids de votre bébé : un médicament peu
recommandé pour un nouveau-né n’aura en effet peut-être aucune incidence sur un enfant de six mois ou un an.

« Je fume »

Vous savez bien sûr qu’il est préférable de ne pas fumer, et arrêter de fumer est toujours bénéfique, à n’importe quel moment de la grossesse, pour la santé de votre enfant comme pour la vôtre. Cependant, si vous fumez, sachez qu’il est toujours préférable d’allaiter votre bébé plutôt que de le priver de votre lait. Quelques conseils : diminuez au maximum votre consommation, fumez bien entendu à l’extérieur, loin du bébé, et attendez si possible 2 heures après avoir fumé avant de lui donner le sein (ce temps permet de diminuer la concentration de nicotine dans le lait).
Les autres substances toxiques comme le cannabis sont à proscrire.

« J’ ai peur d’ avoir les seins abîmés »

L’allaitement n’abîme pas les seins, c’est surtout la grossesse qui peut transformer les seins. Il faudra juste porter un bon soutien-gorge d’allaitement qui soutient sans comprimer.

« Allaiter, cela fait grossir »

Bien au contraire ! Pour beaucoup de femmes, l’allaitement favorise le retour au poids d’avant la grossesse au bout d’une période allant de quelques mois à un an. Une femme qui allaite n’a pas besoin de manger plus pour produire du lait, ni de se forcer à boire énormément. Allaiter permet même de dépenser des calories !

« Il faut suivre un régime particulier »

Non, nul besoin d’avoir une alimentation particulière quand on allaite. Vous avez bien sûr tout intérêt à manger de façon variée et équilibrée (voir En savoir plus page 62), mais rien ne vous oblige à manger certains aliments ou à en éviter d’autres. Il arrive que le bébé puisse être dérangé par un aliment que sa mère a consommé, mais ces cas sont rares. Attention cependant à l’excès de caféine. Évitez de consommer plus de trois tasses de café par jour, au-delà, votre enfant peut présenter un risque d’« hyperexcitabilité transitoire ».

« Je suis végétalienne »

L’alimentation végétalienne (qui exclut tout aliment d’origine animale y compris les oeufs et le lait) est dangereuse au cours de la grossesse et de l’allaitement, car elle entraîne des carences en vitamine B12, vitamine D, fer, iode et calcium chez la mère et l’enfant. Si vous êtes végétalienne, vous
devez absolument consulter votre professionnel de santé. Il vous donnera des conseils adaptés à votre cas.

« Y a-t-il des précautions alimentaires à prendre pour éviter que mon enfant soit allergique à certains aliments ? »

Non, sauf si votre enfant est « à risque », c’est-à-dire si vous ou son père ou un de ses frères et soeurs sont allergiques. Dans ce cas, il faut éviter de consommer tout aliment contenant de l’arachide pendant la période d’allaitement. Sur avis médical, d’autres aliments peuvent être exclus
de l’alimentation.

"Puis-je boire de l’alcool ?"

Si un verre occasionnel ne semble pas présenter un risque particulier, il convient cependant par prudence d’éviter toute boisson alcoolisée pendant la durée de l’allaitement.

"Je vais être trop fatiguée"

À la suite d’une grossesse, d’un accouchement et avec un nouveau-né à la maison qui demande des soins constants, il est normal d’être fatiguée. L’allaitement offre de nombreux avantages : sans préparation, vous disposez d’un lait à bonne température, que vous pouvez donner allongée. Il est vrai que donner le sein demande beaucoup de disponibilité, mais essayez de profi ter des tétées pour vous détendre, vous reposer et câliner votre bébé. (voir Comment faire pour ne pas être fatiguée par les tétées de nuit ? page 41).

« Je ne pourrai pas allaiter longtemps. Est - ce ue ça vaut la peine que je commence ? »

Oui. L’allaitement maternel, même de courte durée, est bénéfique pour votre santé et celle de votre bébé. Si vous reprenez votre travail, essayez de continuer à allaiter votre enfant le matin et le soir, les week-ends… C’est bien pour lui et en général c’est aussi gratifiant pour vous.
 
PDF - 1.8 Mo
Téléchargez la brochure complète
La rédaction CareVox

SOURCES

  • http://www.inpes.sante.fr/index2.asp?page=30000/actus2009/034.asp
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté