Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Accouchement : Trop de cris en maternité, les sages-femmes n’en peuvent plus !
Accouchement : Trop de cris en maternité, les sages-femmes n'en peuvent plus !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 décembre 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Accouchement : Trop de cris en maternité, les sages-femmes n’en peuvent plus !

Accouchement : Trop de cris en maternité, les sages-femmes n'en peuvent plus !

Dernière polémique en date : des sages-femmes suédoises se sont plaintes à leur Médecine du Travail du bruit qu’elles subissent au quotidien pendant les accouchements.

Mettre des bébés au monde est certes un métier fantastique, mais lorsqu’il s’agit de supporter chaque jours, des femmes hurlant toute leur souffrance de mettre un gamin au monde, cela peut devenir lassant, voire agressant. 
Le niveau de bruit sonore a donc été enregistré dans les salles d’accouchement pour justifier la plainte, et oh surprise ! On constate que dans un quart des accouchements, le bruit dépasse bien les 115 décibels !
 
En France, l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) estime qu’au cours d’une journée normale (8h de travail), le bruit devient nocif pour les oreilles humaines à partir de 80 décibels, avec des risques de surdité à plus ou moins long terme si les personnes y sont régulièrement exposées. A 120 décibels, le bruit devient douloureux pour l’oreille humaine, et lorsqu’une femme accouche, il n’est pas rare que ses cris dépassent cette intensité. Enfin, toujours selon l’INRS, le « bruit » est cause de fatigue même sous les seuils réglementaires.
 
Ces éléments d’information pris en compte, on comprend mieux le ras le bol de ces employées travaillant dans les services de maternité. On peut d’ailleurs lire ce commentaire sur le Quotidien des Infirmières (En Suédois : Dagens Sjuksköterska ) « Une adulte devrait pouvoir maîtriser sa douleur. Il y a d’autres stratégies que hurler – se mordre les lèvres ou se dire que ça va passer ."

Cela paraît tout de même un peu extrême. D’ailleurs il paraît difficile de demander à une femme qui souffre de ne pas crier pendant qu’elle accouche. Peut-être faudrait-il proposer des dérivatifs, comme broyer ou mordre la main du futur papa ? Mais il risque lui aussi de crier à son tour !
 
En attendant, et dans l’impossibilité de réduire le bruit « à sa source », les autorités suédoises préconisent l’utilisation de boule Quies aux sages- femmes. Alors, à quand les sages-femmes avec des casques anti-bruit  ?
 
La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par jef88 (IP:xxx.xx8.90.192) le 31 décembre 2010 a 12H00
jef88 (Visiteur)

8 jours avant la naissance de ma fille ainée je m’étais pris les mains sous un tapis roulant.....J’avais 24 points de suture.

Le jour de l’accouchement, a sage-femme m’avait (fortement) incité à donner la mai à mon épouse. Ouf ! j’ai pu m’éclipser 10 minutes pour me faire enlever les fils.

Mais ni l’un ni l’autre n’a crié !

5 votes
par Lagaffe (IP:xxx.xx4.134.77) le 1er janvier 2011 a 23H49
Lagaffe (Visiteur)

On vit une époque formidable...

Des sage-femmes ne supportent plus les cris des accouchées, des infirmières supportent mal la vue du sang (si,si, j’en connais), des étudiants en médecine sont prêts à toutes les spécialités du moment qu’ils n’aient pas à approcher un malade de trop près, etc.

En cinéma, ça s’appelle des erreurs de casting !