Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
5 Questions à se poser avant d’envisager une Fecondation In Vitro.
5 Questions à se poser avant d'envisager une Fecondation In Vitro.
note des lecteurs
date et réactions
29 février 2016
Auteur de l'article
Sabine M, 1 article (Rédacteur)

Sabine M

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

5 Questions à se poser avant d’envisager une Fecondation In Vitro.

5 Questions à se poser avant d'envisager une Fecondation In Vitro.

Chaque année, dans le monde, plus de 500 000 femmes ont recours à la procréation médicalement assistée. Alors que l’âge moyen des grossesses avance, de nombreuses femmes font appel à des spécialistes médicaux pour augmenter leurs chances de tomber enceinte.


La première Fécondation In Vitro réussie fut réalisée en 1977. Depuis, plus de 5 millions d’enfants sont nés grâce à cette technique. Elle est améliorée de manière permanente, par exemple par l’ICSI (injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde) ou l’IMSI (ICSI, surveillée en haute résolution) qui permettent d’injecter du sperme directement dans l’ovule, ou par une série de tests comme le diagnostic préimplantatoire (DPI) qui permet d’identifier les embryons les plus sains, à implanter dans l’utérus.

In vitro signifie littéralement « dans le verre ». L’ovule et le sperme sont prélevés sur l’homme et la femme, et des embryons (qui sont des ovules fertilisés) sont alors produits dans un laboratoire. Ces embryons sont ensuite insérés dans l’utérus, où ils peuvent s’implanter et se développer.

Cet article est à destination des patientes qui envisagent une FIV, pour les aider à s’orienter dans ce monde complexe peuplé d’éprouvettes, de médicaments, d’hormones et d’espoir.

1 - Suis-je eligible a une FIV ?

La FIV est envisagée en cas d’infertilité de l’homme ou de la femme, ou des deux.

  • L’infertilité masculine peut être causée par une faible numération ou faible motilité des spermatozoïdes, des problèmes d’éjaculation ou d’autres problèmes lors des rapports sexuels.

  • L’infertilité féminine peut être causée par un blocage des trompes de Fallope, des problèmes d’ovulation, des problèmes de l’utérus (par exemple des fibromes), ou encore le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).

La FIV peut également être une solution pour provoquer une grossesse après une procédure de stérilisation féminine (par ligature des trompes) ou une procédure de stérilisation masculine (vasectomie).

S’il existe un risque de transmission d’une maladie génétique, la FIV peut être utilisée pour tester les embryons avant leur implantation dans l’utérus.

Pour qu’une candidate à la FIV soit éligible, il faut que le médecin confirme que son utérus est capable d’accueillir une grossesse. La vérification se fait par examens échographiques ou radiographiques. La présence de tissus comme des fibromes peut empêcher l’embryon de s’implanter ou causer des problèmes durant la grossesse, il est donc nécessaire de les traiter avant de procéder à une FIV.

L’âge a une forte influence sur les taux de succès de la FIV. Après 42 ans, le taux moyen de succès tombe à 10 %.


2- Quels sont les risques potentiels ?

La FIV est une procédure sans danger. Il existe cependant des risques potentiels et des effets secondaires auxquels il faut se préparer.


Effets secondaires légers des traitements de l’infertilité

Les bouffées de chaleur, les maux de têtes et les changements d’humeurs sont plutôt répandus, et peuvent être comparés aux effets de fluctuations hormonales normales pendant le cycle menstruel.


Effets secondaires plus graves des traitements de l’infertilité

Le syndrome de l’hyperstimulation ovarienne, ou SHO, est une maladie rare. Les ovaires deviennent gonflés et douloureux. Le médecin spécialiste pourra éventuellement recommander le report du traitement jusqu’à ce que la patiente en soit guérie.


Grossesses multiples

Les grossesses multiples peuvent se produire lorsque plus d’un embryon est implanté dans l’utérus. Le risque est alors de donner naissance à des jumeaux ou des triplés, avec de forts risques de naissance prématurée ou d’insuffisance de poids à la naissance.


Grossesse extra-utérine

Le risque d’une grossesse extra-utérine existe pour toute grossesse. Elle se produit lorsque l’embryon commence sa croissance dans la trompe de Fallope. Le risque est légèrement plus élevé dans le cas d’un traitement FIV. Il est donc très important d’informer votre médecin si vous ressentez des douleurs abdominales ou des saignements vaginaux.


Considérations psychologiques

  • La procédure de FIV est difficile sur le plan émotionnel et peut affecter vos relations personnelles.

  • Tous les cycles de FIV ne réussissent pas forcément. Il est possible de tomber enceinte, mais de perdre l’enfant par la suite.

  • Vous pourrez éventuellement vous sentir envahie dans votre vie privée. Vous serez cependant entourée d’une équipe expérimentée dans les traitements FIV pour vous soutenir.

  • Ce processus peut également avoir un impact positif sur votre corps, votre relation avec votre partenaire, votre famille et vos amis.


3- Quels sont les taux de succès ?

La probabilité d’une grossesse réussie après un traitement de FIV dépend de nombreux facteurs. Parmi ceux-ci : la cause de l’infertilité, l’âge des patients, et leur style de vie. Le tableau ci-dessous donne le pourcentage de grossesses par FIV, par tranche d’âge.


Taux de succès des FIV par tranche d'âge

  • Femmes de moins de 35 ans : 32%

  • Femmes entre 35 à 37 ans : 27%

  • Femmes entre 38 à 39 ans : 21%

  • Femmes de 40 à 42 ans : 15%

  • Femmes de 43 à 44 ans : 5%

  • Femmes de plus de 44 ans : 2%


4- Combien est-ce que ça coûte ?

Votre éligibilité pour un traitement FIV remboursé dépend de votre âge, de votre état de santé et si vous avez déjà eu des enfants. Renseignez-vous auprès de votre assurance-santé ou votre couverture sociale.

Le coût d’un traitement FIV privé dépend de plusieurs facteurs. En France, Le coût moyen pour la d'un cycle de FIV complet est d'environ 4100 €.


5- Voyager pour une FIV ? Par où commencer ?

Envisagez avoir un traitement à l'étranger. De plus en plus de femmes ont recours au tourisme médical pour la fécondation in vitro. Les voyages médicaux ont de nombreux avantages. Le principal est souvent financier. Les taux de succès sont également souvent supérieurs, et il y a plus de donneurs d’ovules, de sperme ou d’embryons, ou de techniques spéciales disponibles à l’étranger. Certaines personnes choisissent aussi un traitement à l’étranger car les lois concernant la FIV varient selon les pays.

Les pays connus pour leur attrait en matière de traitement FIV sont le Maroc, la Tunisie, la Pologne, l’Espagne, la Turquie et l’Afrique du Sud.

Tout d’abord, il est toujours plus prudent de faire appel a une agence de tourisme médicale et d’en parler avec son medecin traitant. Lorsque vous commencez à préparer votre voyage, il est important que vous gardiez contact avec votre spécialiste local ainsi qu’avec un médecin à l’étranger, afin de préparer votre plan de traitement. Vous devrez décider si vous souhaitez passer toute la durée du traitement sur place (en général de 15 à 21 jours), ou si vous préférez vous déplacer deux fois : une fois pour la consultation initiale et pour prendre vos médicaments, et une seconde fois pour le prélèvement des ovules et le transfert d’embryons. Le premier voyage ne nécessite qu’une journée ou deux, tandis que le second nécessite environ six jours. Entre les deux, vous pourrez passer 10 jours chez vous. Si vous optez pour cette solution, il faudra que vous soyez suivi par un gynécologue près de chez vous afin de pouvoir réaliser des échographies de suivi (2 à 3 fois) pendant la phase de stimulation ovarienne.

Sabine

POST-SCRIPTUM

  • Les informations présentés sur cet article ont été affichées pour soutenir, et non pas remplacer, la relation qui existe entre un patient et son médecin traitant.



Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Grossesse Fécondation PMA