Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
30 ans de procréation médicalement assistée
30 ans de procréation médicalement assistée
note des lecteurs
date et réactions
7 mars 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

30 ans de procréation médicalement assistée

30 ans de procréation médicalement assistée

Le 24 février 1982 à l’hôpital Antoine-Béclère (AP-HP) naissait Amandine, le premier enfant français issu d’une fécondation in vitro. Depuis sa naissance il y a 30 ans, la FIV est devenue une pratique courante.

C’est au sein du service dirigé par le Professeur Emile Papiernik à l’hôpital Antoine-Béclère (AP-HP) que cette technique de procréation médicalement assistée a permis pour la première fois en France à un bébé de voir le jour, grâce à la collaboration du Professeur René Frydman (gynécologue-obstétricien) et du Professeur Jacques Testard (biologiste).

« Depuis, le champ d’application de la FIV s’est considérablement ouvert » explique René Frydman. Il cite notamment la congélation d’embryons, le diagnostic pré-implantatoire, la maturation in vitro ou la congélation d’ovocytes.

Durant ces 30 dernières années, Antoine-Béclère a été un terrain d’innovation dans le domaine de la procréation médicalement assistée : « Les équipes de médecine et de biologie de la reproduction travaillent ensemble avec l’envie d’innover, pour aider les couples à devenir parents ». Parmi les dernières avancées en date, la naissance de jumeaux à partir de la technique de congélation lente d’ovocytes en 2010 et la naissance du premier bébé du double espoir français en 2011.

JPG - 43.4 ko

C’est aussi à Antoine-Béclère qu’est née la consultation éthique et religion, unique en son genre, qui fait écho aux multiples questionnements éthiques induits par ces avancées médicales majeures. René Frydman insiste également sur le rôle central des psychologues dans la prise en charge.

Les travaux réalisés à l’hôpital Antoine-Béclère ont nourri cette discipline au sein de l’AP-HP, qui dispose aujourd’hui de 6 centres d’Assistance Médicale à la Procréation, à la Pitié-Salpêtrière, Tenon, Bichat, Cochin, Jean-Verdier et Antoine Béclère.


L’aide médicale à la procréation à l’hôpital Antoine-Béclère (Hôpitaux universitaires Paris-Sud, AP-HP) en quelques chiffres
- Fécondation in vitro : 867 ponctions ovariennes réalisées en 2011, nombre moyen d’embryons transférés par patiente : 2,06 et taux d’accouchement de 32%.
- Diagnostic pré-implantatoire : 155 ponctions ovariennes. Le site Antoine-BéclèreNecker Enfants-malades est l’un des 3 centres autorisés en France.
- Maturation d’ovocytes in vitro : Antoine-Béclère est le seul centre de l’AP-HP à proposer cette technique aux patientes présentant un syndrome des ovaires polykystiques (35 cas traités en 2011)
- Préservation de la fertilité : 73 patientes atteintes de cancer prises en charge en 2011.

L’AMP à l’AP-HP, c’est
- 6 centres d’AMP, au sein des hôpitaux Pitié-Salpêtrière, Tenon, Bichat, Cochin, Jean-Verdier et Antoine Béclère
- 3 sites de l’AP-HP ont la particularité de prendre en charge les couples "en risque viral" (hépatites et HIV) : Pitié Salpêtrière, Bichat et Tenon
- 3 Centres d’Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme Humains à Cochin, Tenon, Jean-Verdier
- Concernant la préservation de la fertilité, l’ensemble des sites réalisent une activité d’autoconservation des gamètes et tissus germinaux à usage autologue en particulier les 3 sites accueillant un CECOS
- L’accueil d’embryons est réalisé sur les sites de Cochin et Tenon
- Le diagnostic pré-implantatoire (DPI) est autorisé sur 3 sites en France, dont un à l’AP-HP : Antoine-BéclèreNecker Enfants-malades.


Pauline Lalande
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté