Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’autopalpation des seins : un geste simple qui peut vous sauver la vie
L'autopalpation des seins: un geste simple qui peut vous sauver la vie
note des lecteurs
date et réactions
16 octobre 2008 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Rim, 51 articles (Medecin)

Rim

Medecin
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
51
nombre de commentaires
14
nombre de votes
1

L’autopalpation des seins : un geste simple qui peut vous sauver la vie

L'autopalpation des seins: un geste simple qui peut vous sauver la vie

Il est très important de pratiquer tous les mois un auto-examen des seins afin de détecter toute anomalie éventuelle. En effet, plus un cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

Pour l’amour de la vie. La première arme contre le cancer commence par le dépistage.

Pour obtenir votre passeport dépistage, adressez-vous à votre comité départemental.

Définition :

Le cancer est une tumeur liée à la prolifération à la fois anarchique et indéfinie d’un clone cellulaire conduisant à la destruction du tissu originel, à l’extension locale, régionale et générale de la tumeur et à la mort de l’individu en l’absence de traitement." Définition extraite du Dictionnaire de Médecine Flammarion.

Fréquence et prévalence :

Le cancer du sein reste le premier cancer de la femme. En France, 44.000 nouveaux cas de cancer du sein sont diagnostiqués chaque année ( contre 20 000 dans les années 1980) (1). Rare avant 25 ans, sa fréquence augmente avec l’âge. On estime qu’une femme sur 9 (2) est menacée de développer un cancer du sein au cours de sa vie.

Cancer pouvant être mortel, un diagnostic précoce et un traitement adapté améliorent son pronostic. Le dépistage et le diagnostic du cancer du sein reposent sur des méthodes de détection dont la plus importante est la mammographie. Il ne faut pas négliger l’examen clinique des seins et l’autopalpation qui est une inspection visuelle et une palpation des seins et des aisselles par la femme elle-même.

Facteurs de risque :

1. Le sexe : le cancer du sein est plus fréquent chez la femme que chez l’homme.
2. L’âge : Rare avant 25 ans (sans oublier que le risque est toujours réel), le risque du cancer du sein augmente avec l’âge.
3. Les antécédents personnels et familiaux de cancer du sein : surtout une hérédité du côté de la mère (mère, sœur, tante, cousine).
4. L’âge de la première grossesse et la durée globale de l’allaitement : les femmes âgées de plus de 30 ans au moment de leur première maternité sont exposées à un risque de cancer du sein légèrement plus élevé que les femmes enfantant pour la première fois avant l’âge de 25 ans. Il est aussi établi que l’allaitement joue un rôle protecteur contre le cancer du sein (lire http://beneficium-rim.blogspot.com/2008/10/la-femme-nallaite-pas-lenfant-mais-la.html)
5. La durée de la vie sexuelle : une puberté précoce et une ménopause tardive constituent un facteur de risque du cancer du sein, secondaire à l’imprégnation hormonale.
6. Habitudes de vie : tabagisme, stress, obésité, drogues, habitudes alimentaires, traitements hormonaux, pollution environnementale sont des facteurs de risque du cancer du sein sur lesquels il est facile d’agir.

Symptômes :

1. Une bosse dure au sein, qu’elle soit fixe ou mobile.
2. Des écoulements provenant du mamelon.
3. Une rétraction du mamelon et la présence d’une zone de peau irrégulière ou bosselée.
4. Une douleur persistante au sein.
5. Une petite crevasse sur la peau du sein.

L’autopalpation :

Cet exercice est important pour le dépistage du cancer du sein. Toute femme doit le faire et être en mesure de le faire. Exercice facile, il est tout de même important d’apprendre les bons gestes pour limiter le risque de passer à côté d’une anomalie du sein. L’autopalpation des seins doit être pratiquée en première partie du cycle. Chez les femmes ménopausées il est conseillé de choisir une date fixe.

Le But :

L’examen des seins par appui des doigts et de la main a pour but d’en apprécier les dimensions, la consistance, la mobilité, la sensibilité, et de rechercher d’anomalies ou de formations pathologiques.

La technique d’autopalpation des seins :

JPEG - 8.7 ko
cancer du sein

1. Debout devant le miroir, les deux bras le long du corps ou les mains placées sur les hanches, observer vos seins de face puis de profil. Recommencer l’inspection des seins en levant les bras au dessus de la tête. Presser doucement le mamelon et vérifier qu’il n’y ait pas d’écoulement de liquide qui sort par le mamelon.

2. Avec les 3 doigts (de la main droite pour le sein gauche et inversement pour le sein droit) bien à plat parcourez votre sein de la partie externe à la partie interne et vice versa, en sentant la glande rouler sous vos doigts.

3. Parcourez votre sein par des mouvements circulaires.

4. Parcourez votre sein de bas en haut et vice-versa. Vérifier également la zone entre le sein et l’aisselle.

Profitez du moment de la douche pour effectuer une autopalpation des seins. La mousse facilite la palpation et le mouvement du rouler-palper des doigts.

Au moindre signe ou en cas de doute, n’hésitez pas à consulter votre médecin.La palpation des seins est un geste simple qui, bien pratiqué, rentre dans le cadre du programme du dépistage du cancer du sein.

Tout médecin est dans l’obligation de pratiquer un examen des seins chez toute femme, même si le motif de consultation n’est pas gynécologique. C’est votre droit, parlez-en à votre médecin.

Sources :

(1).Ligue contre le cancer

(2).www.cancerdusein.org

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Sein Prévention
Commentaires
8 votes
(IP:xxx.xx9.187.133) le 16 octobre 2008 a 21H56
 (Visiteur)

Je pas contre de palper les seins de quelques donzelles que je vois dans la rue. Dans un but médical bien sûr :-))

3 votes
par Internaute (IP:xxx.xx1.212.135) le 17 octobre 2008 a 07H34
Internaute (Visiteur)

« 1. Le sexe : le cancer du sein est plus fréquent chez la femme que chez l’homme. »

C’est Coluche qui a écrit cet article ?

4 votes
par Lucien (IP:xxx.xx3.174.242) le 17 octobre 2008 a 10H03
Lucien (Visiteur)

Tout médecin est dans l’obligation de pratiquer un examen des seins chez toute femme, même si le motif de consultation n’est pas gynécologique.Dites vous. Et s’il le fait comme vous dites, on parlera d’attouchements parce que les gens n’admettent pas que le médecin palpe les seins si la patiente consulte parce qu’elle s’est foulé la cheville : qu’on se le dise une fois pour toutes. Il faut dire aux femmes que ce sont elles qui doivent demander cet examen.

2 votes
par Rim (IP:xxx.xx0.154.145) le 17 octobre 2008 a 11H44
Rim (Visiteur)

L’examen des seins doit faire partie de l’examen clinique de toute patiente. Il est toutefois impératif de l’informer sur les risques du cancer du sein, lui expliquer et lui proposer et examen. Il est aussi important d’apprendre à la femme la pratique de l’autopalpation. Il est hors de question de papler les seins à chaque visite (la visite de contrôle d’une angine). Il reste indispensable de le faire une fois par an. Considère-t-on l’ausculatation cardiaque comme attachouements sexuels ! Une femme informée et formée est une femme protégée. Il est temps prendre les choses au sérieux, car le cancer du sein continue à faucher des femmes de plus en plus jeunes.

0 vote
par hélène05 (IP:xxx.xx8.183.143) le 17 mai 2009 a 20H00
hélène05 (Visiteur)

Bonjour, je suis étudiante en soins infirmier en 3ème année. Je prépare mon mémoire sur la prise en charge de l’image corporelle chez une femme mastectomisée. Afin d’étayer mon travail, je voulais mettre dans mes annexes une partie de votre article qui me semble très intéressant. Je souhaitais donc avoir votre accord pour que je puisse le mettre dans mon mémoire en ayant bien entendu cité la source (l’adresse du site ainsi que votre pseudonyme et votre profession)

je vous remercie par avance.

Hélène.

2 votes
par Pascal GILBERT (IP:xxx.xx2.221.130) le 19 octobre 2008 a 20H08
Pascal GILBERT, 1 article (Rédacteur)

Bonjour,

Ci-dessous quelques extraits de la dernière recommandation de la Canadian Task Force sur ce sujet, qui ne recommande pas ce test.

Le texte complet se trouve à l’Url suivante :

http://www.cmaj.ca/cgi/data/164/13/...

On pourrait dire que les recommandations sont un peu anciennes mais, si on consulte la Cochrane library, on remarque que l’article sur ce sujet arrive à la même conclusion, et qu’il a été revu en octobre 2007.

http://www.cochrane.org/reviews/en/...

EXTRAITS :

Soins de santé préventifs, mise à jour 2001 : Les femmes devraient-elles procéder régulièrement à l’autoexamen des seins pour le dépistage du cancer du sein ?

Objectifs : Évaluer les preuves portant sur l’efficacité de l’auto-examen des seins (AES) pour le dépistage du cancer du sein et formuler des recommandations au sujet de l’enseignement de routine de l’auto-examen des seins aux femmes de divers groupes d’âge dans le cadre de leur examen de santé périodique.

Paramètres : La prévention de la mortalité par cancer du sein a été perçue comme le paramètre le plus important à considérer. Parmi les autres paramètres examinés, mentionnons la stadification du cancer détecté, le taux de résultats démontrant une pathologie bénigne à la biopsie, le nombre de consultations médicales pour des symptômes mammaires, de même que les avantages et les préjudices psychologiques qui peuvent en découler.

Avantages, préjudices et coûts : Le cancer du sein est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les Canadiennes, représentant 30 % de tous les nouveaux cas de cancer recensés chaque année. En l’an 2000, on estime que 19 200 Canadiennes ont reçu un diagnostic de cancer du sein et que 5500 en sont décédées. À ce jour, deux grands essais randomisés et contrôlés, un essai quasi-randomisé, une importante étude de cohortess et plusieurs études cas-témoins ont échoué dans la démonstration d’un avantage de l’enseignement de l’AES et de sa pratique régulière, comparativement à l’absence d’intervention en ce sens. En revanche, on dispose d’un bon degré de preuve quant aux préjudices causés par l’enseignement de l’AES, notamment, une augmentation significative du nombre de consultations médicales pour l’évaluation de lésions mammaires bénignes et des taux significativement plus élevés de bénignité aux résultats des biopsies.

Recommandations :

• Femmes de 40 à 49 ans : Parce qu’il y a des preuves raisonnables de l’absence de tout avantage et de bonnes preuves de préjudice, on considère détenir des preuves raisonnables pour recommander que l’enseignement de l’AES de routine soit exclu de l’examen de santé périodique des femmes de ce groupe d’âge (recommandation de catégorie D).

• Femmes de 50 à 69 ans : Parce qu’il y a des preuves raisonnables de l’absence d’avantages et qu’il y a de bonnes preuves de préjudices, on considère détenir des preuves raisonnables pour recommander que l’enseignement de l’AES de routine soit exclu de l’examen de santé périodique des femmes de ce groupe d’âge (recommandation de catégorie D).

• L’absence de preuves suffisantes pour évaluer l’efficacité de la technique chez les femmes de moins de 40 ans et de plus de 70 ans ne nous permet pas de recommander l’enseignement de l’AES aux femmes de ces groupes d’âge.

Les enjeux suivants peuvent cependant être importants à considérer :

Femmes de moins de 40 ans : On dispose de peu de preuves quant à l’efficacité de la technique d’AES auprès de ce groupe d’âge. Étant donné que l’incidence du cancer du sein y est faible, le risque de préjudice net consécutif à l’AES et à son enseignement est encore plus probable.

Femmes de 70 ans et plus : bien que l’incidence du cancer du sein soit élevée dans ce groupe, on dispose de preuves insuffisantes pour recommander l’AES chez les femmes de 70 ans et plus.

• Note importante : Bien que selon les preuves accumulées, il n’y ait pas d’avantages à tirer de l’enseignement de routine de l’AES, certaines femmes pourraient demander qu’on le leur enseigne. Les avantages et les préjudices potentiels doivent leur être expliqués. Si on leur enseigne l’AES, on doit veiller à s’assurer qu’elles l’effectuent de la façon appropriée.

1 vote
par médecin expérimenté (IP:xxx.xx1.218.203) le 23 janvier 2009 a 06H05
médecin expérimenté (Visiteur)

la technique de l’auto examen proposée omet de préciser que c’est avec le plat des 3 doigts qu’il faut appuyer...et que c’est surtout au niveau des espaces intercostaux, très sensibles, que la perception précoce d’un contact inhabituel permet un dépistage des plus précoces.D’où la nécessité de faire la palpation perpendiculairement aux côtes...en particulier les mouvements circulaires ne sont valables que pour des seins très petits...cordialement

1 vote
par hasna (IP:xxx.xx0.178.88) le 8 février 2012 a 14H37
hasna (Visiteur)

bonjour, c’est Hasna duMaroc, je ss inf polyval, exerçant au Maroc, je vous écrits ce commentaire pour demander votre autorisation d’utiliser des info figurants ds votre article...merci d’avance Madame....

1 vote
par soumcha (IP:xxx.xx8.162.192) le 12 juillet 2012 a 12H24
soumcha (Visiteur)

Bonjour, je suis étudiante en soins infirmier. Je prépare un projet sur l’efficacité d’auto examen des seins dans la diminution du cancer de seins. Afin d’étayer mon travail, j’ai besoins d’une partie de votre article qui me semble très intéressant. Je souhaitais donc avoir votre accord pour que je puisse le mettre dans mon projet en ayant bien entendu cité la source (l’adresse du site ainsi que votre pseudonyme et votre profession) je vous remercie par avance.