Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Chirurgie esthétique des seins : le lipomodelage
Chirurgie esthétique des seins : le lipomodelage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 janvier 2009
Auteur de l'article
Docteur Richard Abs, 2 articles (Chirurgien plastique)

Docteur Richard Abs

Chirurgien plastique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Chirurgie esthétique des seins : le lipomodelage

Chirurgie esthétique des seins : le lipomodelage

Le lipomedelage esthétique des seins est l’augmentation mammaire par transfert de graisse, autrement dit une greffe de graisse venant de la patiente elle-même. S’agissant d’un geste à but esthétique, il n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie. Ce geste, en cours d’étude, nécessite des conditions particulières de réalisation.

JPEG - 4.6 ko
Lipomodelage des seins

Lipomodelage esthétique des seins : qu’est-ce-que c’est ?

Le lipomedelage esthétique des seins est l’augmentation mammaire par transfert de graisse, autrement dit une greffe de graisse venant de la patiente elle-même. S’agissant d’un geste à but esthétique, il n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie.

Pour quel besoin ?

La demande de lipomodelage des seins fait suite à une poitrine petite d’emblée, ou une diminution de volume suite à une grossesse, un allaitement ou un amaigrissement. Le souhait de la patiente est d’avoir un peu plus de volume ou simplement une plénitude du sein.

Les implants mammaires répondent à une augmentation conséquente de volume. Le lipomedelage ne leur fait pas concurrence. Il se situe sur le même plan que l’augmentation mammaire modérée par injection d’acide hyaluronique. Cette dernière solution est en cours d’étude et pose la question de la répétition des injections ainsi que son coût ; en revanche, elle est réalisée au cabinet du chirurgien et ne nécessite pas à un arrêt d’activité.

Le transfert du tissu graisseux est un geste satisfaisant pour l’esprit : il en prend à une région qui en a « trop » (comme un petit « bedon » ou à une culotte de cheval .. ), pour donner à une autre qui en a moins (en l’occurrence, les seins !). D’autre part, ce transfert de graisse, ou plutôt le fait de la greffer au niveau du sein a un caractère permanent (il existe toutefois une perte de 20 à 60% de greffons, ce qui nécessite dans certains cas le recours à une deuxième session). En moyenne, 260 ml sont transplantés ; l’augmentation effective du volume par sein varie de 100 à 200 ml.

Les suites opératoires sont plus réduites

Les suites opératoires sont en général modérées. Une fatigue est ressentie dans les suites de l’anesthésie générale. Un gonflement des tissus (œdème) est observé aussi bien au niveau du site donneur qu’au niveau du site receveur pendant les 2 à 3 jours suivant l’intervention. Des ecchymoses (bleus) mettent en général 10 à 15 jours avant de disparaître. Le résultat se juge à environ 3 semaines – un mois après l’intervention. Il faut 3 à 6 mois pour apprécier le résultat final.

Il faut des examens préliminaires pour déceler tout risque de cancer du sein

En revanche, l’attention dans le cadre du lipomedelage est portée au « non brouillage » de la détection du cancer du sein. Cela est très important. La patiente bénéficie d’une mammographie couplée à une échographie afin d’établir un état des lieux avant tout acte. Puis elle s’engage à poursuivre une surveillance régulière auprès de radiologues entraînés et expérimentés dans ce domaine.

En conclusion, cette technique offre l’avantage principal de peu ou pas de cicatrices et de complications dues à un corps étranger. Elle a bénéficié de l’évolution de la technique de transfert de graisse et du progrès de la radiologie en matière de détection de cancer du sein.

Références :

1. Emmanuel Delay & coll. - Lyon
2. Catherine Bruant-Rodier - Strasbourg
3. Sydney R. Coleman - USA
4. Kotaro Yoshimura - Japan

Docteur Richard Abs
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté