Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Activité sexuelle + Grossesse = Compatibilité ?
Activité sexuelle + Grossesse = Compatibilité ?
note des lecteurs
date et réactions
9 septembre 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
David Elia, 34 articles (Gynécologue)

David Elia

Gynécologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
34
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Activité sexuelle + Grossesse = Compatibilité ?

Activité sexuelle + Grossesse = Compatibilité ?

Les activités sexuelles et la grossesse sont-il compatibles ?

Dès le début de la grossesse, l’activité sexuelle est un sujet tabou. Variation de la libido, peur de faire mal au bébé font partie des explications de la baisse de l’activité sexuelle chez la femme enceinte. Pourtant, anatomiquement, il n’y a aucune contre-indication.

La poursuite d’une activité sexuelle est même conseillée pour la fusion du couple.

Le plus souvent, les nausées et autres maux du début de la grossesse mettent la libido en berne au cours du premier trimestre, laquelle remonte plutôt bien au deuxième trimestre avant de chuter à nouveau en fin de grossesse.

Et en fin de grossesse ?

Mais si l’activité sexuelle n’a pas d’influence négative sur le bon déroulement de la grossesse, la question mérite d’être posée en ce qui concerne la fin de la grossesse et encore plus en cas de grossesse compliquée.

Des chercheurs viennent de répondre à cette question en étudiant la fréquence des accouchements prématurés dans une population de femmes à haut risque de prématurité.

Ils constatent que le nombre de partenaires ou la fréquence des rapports durant toute la grossesse (même en fin de grossesse) n’augmente pas le risque d’accouchement prématuré.

La recommandation interdisant l’activité sexuelle chez les femmes enceintes en fin de grossesse et en cas de risque d’accouchement prématuré n’est donc pas fondée.

Ce résultat est en accord avec les données de certaines études antérieures, dont l’une avait même suggéré que l’activité sexuelle pouvait inversement diminuer le risque de prématurité. Grossesse et sexualité en pratique

  • Les couples ne doivent pas avoir peur de faire mal au bébé lors des rapports sexuels. Les activités sexuelles ne semblent pas responsables d’une augmentation du risque d’accouchement prématuré, même chez les femmes à risque.
  • La survenue d’un orgasme, du fait de ses contractions, n’est pas du tout un facteur favorisant la prématurité.
  • Lors des rapports, toujours choisir des positions confortables et compatibles avec la nouvelle anatomie.
  • C’est le moment de privilégier la tendresse et la complicité câline.
  • Attention au partenaire et aux maladies sexuellement transmissibles.
Tous les articles du docteur David Elia sur www.docteurdavidelia.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par thurmaj@gmail.com (IP:xxx.xx5.181.194) le 10 septembre 2008 a 16H35
thurmaj@gmail.com (Visiteur)

"Attention au partenaire et aux maladies sexuellement transmissibles."

Après une telle conclusion, je me permets d’émettre l’opinion selon laquelle ce n’est pas le même type d’attention qu’il faut porter au partenaire que celui qu’il faut porter aux maladies sexuellement transmissibles.

J’ajoute, toujours à titre personnel et en m’inscrivant donc quelque peu en faux par rapport à l’article de ci-dessus, que mon instinct me pousse à ne pas forcément caresser, toucher voire, malmener, "écraser" ou "laisser s’écraser", à titre de jeux sexuels, pareillement le ventre de ma partenaire selon qu’elle sera enceinte ou pas - et je pense que je fais bien.