Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un antibiotique pas cher pour sauver de nombreux enfants dans le monde
Un antibiotique pas cher pour sauver de nombreux enfants dans le monde
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Un antibiotique pas cher pour sauver de nombreux enfants dans le monde

Un antibiotique pas cher pour sauver de nombreux enfants dans le monde

La malnutrition des enfants est un fléau. Elle touche plus de 20 millions d’enfants à travers le monde entier, et un million en meurent chaque année. Mais grâce à un nouvel antibiotique bon marché combiné au traitement nutritif habituel, de nombreuses vies vont certainement pouvoir être sauvées.

Un antibiotique pas cher pour sauver de nombreux enfants dans le monde

En effet, des scientifiques de la faculté de médecine de l'Université Washington à St Louis ont réalisé une étude clinique au Malawi sur 2 767 enfants âgés de six mois à cinq ans, atteints de grave malnutrition. Durant l’expérience, les enfants ont été traités pendant une semaine, soit avec un antibiotique (amoxicilline ou cefdinir), soit avec un placebo combiné à un traitement hautement nutritif.

Pour le groupe des enfants traités avec un de ces antibiotiques, le taux d'échec du traitement nutritif a été réduit de 24,4% avec l'amoxicilline et 39% avec le cefdinir comparativement au groupe témoin ayant pris un placebo. Les résultats ont démontré également une baisse du taux de mortalité de 35,6% avec de l'amoxicilline et de 44,3% avec du cefdinir, par rapport aux enfants dans le groupe placebo.

On notera que le traitement nutritif était composé de denrées alimentaires à base de beurre d'arachide fortifié avec du lait en poudre, de l'huile, du sucre et des micronutriments.

Grâce à cette étude, qui montre l'efficacité des antibiotiques pour traiter la malnutrition, les pratiques médicales vont certainement changer dans un avenir proche. De plus, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est susceptible de recommander un plus grand recours à ces médicaments.

Par ailleurs, une autre étude menée par la même équipe de chercheurs au Malawi, montre qu'une nourriture insuffisante ou médiocre n'est pas la seule cause de malnutrition infantile en Afrique sub-saharienne. Les dérèglements de la flore intestinale combinée à une mauvaise alimentation déclenchent une forme de malnutrition grave appelée « kwashiorkor » dont les symptômes sont un gonflement du ventre, des lésions du foie, des ulcérations de la peau et une perte de l'appétit.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté