Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Test sanguin pour diagnostiquer les enfants victimes de traumatismes crâniens
Test sanguin pour diagnostiquer les enfants victimes de traumatismes crâniens
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
31 mai 2012
Auteur de l'article
Réseau CHU, 259 articles (Réseau des CHU)

Réseau CHU

Réseau des CHU
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
259
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Test sanguin pour diagnostiquer les enfants victimes de traumatismes crâniens

Test sanguin pour diagnostiquer les enfants victimes de traumatismes crâniens

Les équipes de Biochimie Médicale (Pr. Vincent Sapin) et de Pédiatrie (Pr. André Labbé) du CHU et de la Faculté de Médecine (Université d’Auvergne) de Clermont-Ferrand viennent de publier les résultats d’une étude sur la prise en charge des traumatismes crâniens modérés au sein du service des urgences pédiatriques. Ce travail a permis de mettre en évidence l’efficacité d’un simple test sanguin pour améliorer aux urgences pédiatriques, la prise en charge d’enfants traumatisés crâniens en réduisant le recours au scanner et l’hospitalisation de suivi. Le détail de cette étude est publié dans la revue Clinical Chemistry du 23 avril 2012.

Mieux prendre en charge une situation clinique quotidienne aux urgences pédiatriques

Les traumatismes crâniens sont la première cause de décès chez les enfants. De multiples études rapportent, en effet, que 75% à 97% des morts traumatiques chez l’enfant résultent de traumatismes crâniens. Ils représentent également un motif fréquent de consultation aux urgences pédiatriques et peuvent être classés en trois catégories selon leur gravité : sévère, modéré et bénin. Si la prise en charge des traumatismes crâniens sévères et bénins ne posent pas de réels soucis, celles de ceux dits modérés est plus problématique. En l’absence de signes de focalisation et des difficultés d’évaluation objective chez les plus petits, l’urgentiste pédiatrique dispose de deux stratégies : la réalisation d’un scanner cérébral (souvent réclamé par les parents) ou la surveillance clinique pendant au moins 12 heures en hospitalisation. Ces deux options ont des inconvénients : sédation et exposition aux rayons X pour la première, coût et immobilisation d’un lit d’hospitalisation pour la seconde, alors qu’il n’y a pas de conséquence à moyen et long terme dans 80 à 93% des cas. Il existe donc un fort intérêt à disposer d’un bio-marqueur sanguin permettant de sélectionner les traumatismes crâniens modérés à risque de réelles lésions cérébrales.

Distinguer les enfants à surveiller de ceux ne présentant pas de risques grâce à un simple test sanguin

Les pédiatres et les biologistes du CHU de Clermont-Ferrand ont évalué de façon prospective la pertinence clinique d’un test sanguin permettant d’identifier chez les enfants se présentant aux urgences pédiatriques pour traumatismes crâniens modérés, ceux devant réellement bénéficier d’un scanner ou devant être hospitalisés. La protéine S-100b était le candidat idéal car son taux augmente significativement dans le sang après un stress cérébral important comme un traumatisme crânien. Dosée dans les 3 heures suivant ce stress, elle a déjà été identifiée par une étude bordelaise comme étant capable de réaliser ce tri chez les patients adultes. Ce test peu onéreux en regard d’un scanner (environ 15 euros donc 10 fois moins cher qu’un scanner) avec une réponse pouvant être connue dans l’heure, pourrait donc permettre d’être rassurant sur l’état des enfants sans avoir recours au scanner ou à une hospitalisation. Mais pour que ce test soit performant et généralisé, il fallait être sur qu’aucun des enfants présentant un test négatif ne risquait de développer une complication (pas de faux négatifs).

Une recherche pratiquée en collaboration entre un laboratoire de biologie médicale et un service d’urgences pédiatriques

Pour valider cette hypothèse, les valeurs normales sanguines de protéine S-100b ont été tout d’abord établies chez 236 enfants sans pathologie traumatique crânienne, âgés de 1 jour à 3 ans. Dans un deuxième temps, 446 enfants venant aux urgences pédiatriques du CHU de Clermont-Ferrand pour traumatismes crâniens ont été inclus dans une étude prospective d’une durée d’un an, après obtention d’un consentement libre et éclairé d’inclusion dans l’étude. Ceci consistait à accepter en plus de la prise en charge classique, d’avoir un peu de sang prélevé pour doser à la fin de l’étude la protéine S-100b. Grâce à l’implication de l’ensemble des personnels des urgences pédiatriques et du laboratoire de Biochimie Médicale, le projet a pu être mené à bien malgré les contraintes liées à l’activité et la nature de l’urgence pédiatrique.

Des résultats prometteurs démontrant l’intérêt de ce nouveau test biologique

En comparant les résultats du dosage biologique (protéine S-100b) et deux informations du suivi classique (scanner et évolution clinique), les pédiatres et les biochimistes ont pu faire les constatations suivantes :
- les taux sanguins de protéine S-100b des enfants témoins sont plus élevés que ceux des adultes témoins.
- tous les enfants présentant une évolution défavorable au bout de 24 heures d’hospitalisation et/ou ayant un scanner avec lésions cérébrales ont vu leur concentration de protéine S-100b s’élever au dessus des valeurs normales, ce qui confère à ce test biologique une sensibilité de 100%.
- 33% des enfants présentant une concentration sanguine normale en S100b auraient pu être rassurés sur leur état de santé sans scanner et/ou hospitalisation.
Pour les biologistes et pédiatres : « la future détermination de la concentration de protéine S-100b, pourra dans l’avenir éviter des scanners et des hospitalisations non nécessaires afin d’optimiser la prise en charge des enfants traumatisés modérés au sein des services d’urgences pédiatriques ».

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus
    Articles Source : Serum S100B determination in the management of pediatric mild traumatic brain injury. BOUVIER D, FOURNIER M, DAUPHIN JB, AMAT F, UGHETTO S, LABBÉ A, SAPIN V. Clinical Chemistry 2012 Apr 23. [Epub ahead of print]
    Reference ranges for serum S100B protein during the first three years of life. BOUVIER D, CASTELLANI C, FOURNIER M, DAUPHIN JB, UGHETTO S, BRETON M, LABBÉ A, WEINBERG AM, SAPIN V. Clinical Biochemistry 2011 ; 44(10-11):927-9.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté