Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Risques d’obésité : apprendre aux enfants à reconnaître la faim
Risques d'obésité : apprendre aux enfants à reconnaître la faim
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
29 avril 2009
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

Risques d’obésité : apprendre aux enfants à reconnaître la faim

Risques d'obésité : apprendre aux enfants à reconnaître la faim

Certains enfants auraient plus de mal que d’autres à reconnaître les signaux de faim et de satiété. Dans ce cadre, le rôle de l’entourage est important pour l’éducation à une alimentation équilibrée.

Risques d'obésité : apprendre aux enfants à reconnaître la faimDifférentes personnalités par rapport à la faim

Il existe chez les enfants des différences de personnalité dans le domaine de la faim. Les enfants dits internes ont une faim qui obéit aux messages biologiques. Ils mangent en principe quand ils ont faim et s’arrêtent dès la perception de la satiété.
 
Les enfants dits externes ont une faim qui obéit à d’autres messages : messages sociaux (heure des repas), messages affectifs (pouvoir évocateur de l’aliment plaisir) et parfois même faux messages (anxiété, tristesse, etc.). Chez ces enfants externes, le phénomène de satiété est beaucoup moins net ; il est même parfois absent.
 
En fait, nous sommes tous un peu externes et un peu internes. Les enfants obèses sont globalement plutôt externes.
 

L’enfant obèse, la faim et la satiété

L’enfant obèse a une faim qui obéit souvent à autre chose qu’un message biologique simple. Il n’identifie pas parfaitement la sensation de faim et traduit d’autres sensations corporelles, biologiques ou psychologiques en sensation de faim. On dit que l’enfant obèse est externe parce que sa sensation de faim est dépendante de stimulations extérieures.
 
L’enfant obèse, parce qu’il est externe, a particulièrement besoin de son entourage social puisque c’est cet entourage qui va déterminer la teneur, la durée et la fréquence du repas. L’enfant obèse, parce qu’il est sensible aux messages externes, est particulièrement vulnérable aux messages publicitaires auxquels il répond par un message de faim ou plutôt d’envie de manger.
 
Pour traiter ces enfants, il faut donc les rendre plus internes, les aider à appréhender la sensation exacte de faim et à mettre des mots plutôt que des aliments sur leurs sensations. L’obésité est aussi une maladie de l’appétit.
"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté