Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quelques excès d’alcool à l’adolescence suffisent à créer l’addiction
Quelques excès d'alcool à l'adolescence suffisent à créer l'addiction
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 janvier 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Quelques excès d’alcool à l’adolescence suffisent à créer l’addiction

Quelques excès d'alcool à l'adolescence suffisent à créer l'addiction

Selon une étude récente du Scripps Research Institute, le cerveau des adolescents qui est en plein développement ne réagit pas normalement face à la consommation d’alcool. En effet, lorsqu’un jeune fait un abus d’alcool, son cerveau enregistre l’information et se prépare à en boire encore plus la fois d’après. Ce phénomène est dangereux pour leur santé et ouvre une porte à l’addiction, même si les périodes de consommation sont écartées.

En effet, selon les chercheurs du Groupe de Recherche sur l'Alcool et les pharmacodépendances (GRAP) de l'Inserm, la pratique du binge drinking, qui consiste à boire le plus possible en un minimum de temps, sera une cause majeure du développement futur à la dépendance à l'alcool.

Ces propos s’appuient sur une expérience réalisée sur des rats sur lesquels a été évalué l'effet d'une intoxication à l'éthanol équivalente au niveau de celle du binge drinking de l’adolescent. Ainsi, durant 14 jours et tous les 2 jours, ces rats ont reçu une injection d'éthanol (3g / kg), durant leur période d’adolescence.

Les premiers résultats ont démontré qu’à l'adolescence, les intoxications induisent des adaptations de comportement et neurologiques. En effet, les intoxications à l'éthanol ont eu un effet sur le libre choix de consommation d'éthanol sur les rats en début d’adolescence.

De ce fait, lorsque les scientifiques ont examiné le noyau accumbens -une région du cerveau particulièrement impliquée dans les comportements addictifs- ils ont constaté auprès « des rats intoxiqués au début de l'adolescence, des neuro-adaptations induites par les injections d'éthanol, qui limitent leur réponse à l'alcool, suggérant ainsi le développement d'une dépendance. Cette vulnérabilité à l'abus de l'éthanol est également associée à des altérations de 2 gènes connus pour jouer un rôle crucial dans la dépendance à l'alcool.  »

Ainsi, les jeunes adolescents qui participent à quelques épisodes de binge drinking risquent d’avoir des changements de comportements et neurologiques suffisamment importants pour développer en eux un besoin de dépendance.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alcool Adolescents