Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quelles solutions lorsque l’enfant n’arrive pas à dormir ?
Quelles solutions lorsque l'enfant n'arrive pas à dormir ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
14 avril 2009 | 9 commentaires
Auteur de l'article
 Réseau Morphée, 84 articles (Association)

Réseau Morphée

Association
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
84
nombre de commentaires
0
nombre de votes
9

Quelles solutions lorsque l’enfant n’arrive pas à dormir ?

Quelles solutions lorsque l'enfant n'arrive pas à dormir ?

De 3 à 4 ans, un quart des enfants auraient des problèmes de sommeil, le coucher étant vécu comme une séparation difficile avec les parents. Vécu comme une fatalité par les parents, des solutions existent pourtant afin de faciliter l’endormissement de l’enfant. Celles-ci passent d’abord par l’adoption de bon réflexes comme éviter la télévision le soir ou garder un horaire de coucher régulier toute la semaine. Si ces mesures ne suffisent pas, une thérapie comportementale représente alors la seule option permettant de rétablir un bon sommeil. Pour que votre chérubin fasse de beaux rêves toute la nuit et vous aussi ! Les solutions en détails ...

Bon et mauvais réflexes pour le rituel du coucher

À faire :

  • Gardez un rituel de coucher et privilégiez ce moment particulier avec votre enfant.
  • Utilisez le même rituel de coucher en vacances, le week-end et en semaine.
  • Observez votre enfant et essayez de trouver l’heure de coucher qui lui convient.
  • Gardez des horaires réguliers de coucher, de lever, de siestes et d’activités.
  • Trouvez des activités stimulantes pendant la journée. (Surtout de l’exercice physique en plein air).
  • Diminuez l’intensité de la lumière le soir et ouvrez grand les volets le matin : l’alternance lumière / obscurité est importante pour synchroniser l’horloge biologique sur le rythme jour / nuit.

À éviter :

  • Pas de biberon pour aider votre enfant à s’endormir.
  • Le lit de l’enfant doit être réservé au sommeil – ne pas remplir son berceau de jouets.
  • Aller au lit ne doit pas être une punition.
  • Évitez les boissons contenant de la caféine (soda type cola).
  • Limitez le temps de télévision, surtout le soir.
  • Pas de télévision dans la chambre de votre enfant.


Quelles sont les difficultés de sommeil de l’enfant de 1 à 3 ans ?

Deux cas de figure sont fréquents chez les enfants entre 1 et 3 ans – les enfants qui n’ont pas envie de s’endormir et les enfants qui réveillent leurs parents plusieurs fois par nuit. Les terreurs nocturnes et les cauchemars sont aussi fréquents.
 
Chez les enfants de 3 – 4 ans, 22 à 29 % des enfants ont des problèmes de sommeil, 15 % ont des difficultés d’endormissement et 23 % se réveillent régulièrement.

Dans la plupart des cas, ces troubles sont dus au fait que l’enfant a oublié - ou n’a jamais appris - comment s’endormir seul. Dans des cas plus rares, les troubles du sommeil sont en relation avec des maladies comme un reflux gastro-oesophagien par exemple, ou de l’anxiété mais celle-ci est alors également présente dans la journée.
 

Mon enfant refuse de s’endormir - Que faire ?

Ces comportements reflètent parfois un trouble de la séparation, parfois une opposition pure, souvent une insuffisance de limites. Ils aboutissent presque toujours à un retard du coucher. L’enfant ne sait pas s’endormir seul et associe la présence de ses parents à l’endormissement.
Dans certaines familles, ce comportement est accepté et le trouble disparaît aux alentours de 5 ans. Le seul traitement efficace est une thérapie comportementale qui a pour but d’apprendre à l’enfant à trouver son sommeil tout seul.
 

La solution : mettre en place une thérapie comportementale pour faciliter l’endormissement de l’enfant

Une thérapie comportementale comporte trois phases :
  • Phase de préparation

Dans la journée, instaurer une promenade 2 fois par jour pour fatiguer l’enfant et surtout l’exposer à la lumière du jour. On y associe des horaires de siestes et de repas très réguliers, en évitant toute sieste après 17 heures – Le soir, on propose un renforcement des rituels de coucher.
  • Phase de thérapie

Il est important que les parents expliquent à leur enfant ce qu’ils sont en train de faire (les parents ont besoin de sommeil, il faut qu’il apprenne à s’endormir seul).
Ensuite, l’enfant est couché à son heure de coucher habituelle. Puis les parents vont modifier leur réponse en réagissant de moins en moins et en privilégiant une réponse verbale (voir tableau). Cette phase dure habituellement 3 nuits.
  • Phase de consolidation

Elle dure 2 semaines pendant lesquelles une réactivation des difficultés de sommeil est fréquente. Il faut donc que les parents soient moins à l’écoute que habituellement et réagissent sur le même principe : ne pas répondre immédiatement aux pleurs de l’enfant, vérifier si nécessaire que tout va bien, puis n’intervenir que verbalement.
 

Parents : Comment faire en pratique pour la phase de thérapie ?

1. Vous devez respecter les séquences suivantes qui permettront à votre enfant de s’ajuster à la nouvelle situation de coucher :

  • Couchez l’enfant dans sa chambre et dans son lit exclusivement
  • Favorisez l’utilisation d’un doudou
  • Retirez votre main
  • Interrompez le bercement
  • Lisez ou racontez une histoire, assis sur une chaise à côté du lit de l’enfant
  • Quittez impérativement la chambre
  • Si l’enfant appelle, allez le voir brièvement (10 à 15 secondes) en respectant les attentes suivantes. Une séquence comporte 5 visites.


2. Les soirs suivants :

  • Poursuivez sur la même séquence ou passez à la séquence suivante en fonction de la réponse de l’enfant.
  • Maintenez la même séquence un à plusieurs soirs de suite si nécessaire
  • Laissez se calmer l’enfant sans le prendre dans les bras
  • Si l’enfant n’est pas calmé après une séquence, utilisez une pièce neutre (salon, salle à manger) pour qu’il s’apaise en restant à côté de lui, sans le bercer ni le prendre dans les bras
  • Une fois l’enfant apaisé, mettez-le au lit et débutez une nouvelle séquence
  • Ne prenez plus l’enfant dans votre chambre, ni dans votre lit !

3. Individualisez sommeil et repas

  • Dès que possible, apprenez à l’enfant que sommeil et repas sont deux comportements distincts.
  • Ne laissez pas l’enfant s’endormir systématiquement avec un biberon.
  • Donnez le biberon du matin à l’emplacement des repas (cuisine, salle à manger) et non dans le lit.
  • Évitez la télévision lors de l’endormissement ou les repas.

Une autre technique : le Fading

Une autre technique, le « fading » des anglo-saxons, peut être utile chez les enfants qui sortent plusieurs fois de leur lit pour retrouver leurs parents.
Il faut dans un premier temps, reculer un peu l’heure du coucher, en couchant l’enfant à l’heure où il est le plus souvent endormi, ce qui favorisera l’endormissement.
Ensuite, la thérapie suit les mêmes étapes que celles qui sont utilisées chez les enfants ayant des troubles de l’endormissement (voir tableau thérapie comportementale). Les parents attendent que leur enfant s’endorme sans difficulté. Dès que le sommeil est stabilisé, l’heure du coucher est avancée très progressivement de 5 minutes en 5 minutes à une heure de coucher qui correspond plus à son âge et ses besoins de sommeil.

Mon enfant se réveille plusieurs fois par nuit - Que faire ?

Pour la plupart de ces enfants, c’est l’incapacité à trouver le sommeil sans l’aide des parents qui joue un rôle majeur.
 
Pour quelques familles, le fait de dormir avec leur enfant est une solution. Cette pratique est présente chez 16 % des enfants, mais devient plus rare après l’âge de 6 ans. Appelée “co-sleeping” par les Anglo-saxons, cette pratique est fréquente dans certaines cultures. Les sociétés savantes de pédiatres déconseillent le co-sleeping, en particulier dans certaines conditions (parents seuls, difficultés conjugales…), mais aussi en raison d’un sommeil de moins bonne qualité à la fois pour l’enfant et les parents (Cf. sommeil et environnement - DVD).
 
Pour qu’un enfant retrouve son sommeil seul dans la nuit, une thérapie comportementale est la solution la plus rapide et la plus efficace. La thérapie suit les mêmes étapes que celles qui sont utilisées chez les enfants ayant des troubles de l’endormissement, seulement les parents laissent pleurer leur enfant pendant les réveils nocturnes.
 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Sommeil Enfants
Commentaires
6 votes
par filipos (IP:xxx.xx1.180.55) le 14 avril 2009 a 23H03
filipos (Visiteur)

Bonjour Madame,

Pour être tout à fait honnête, votre approche des difficultés d’endormissement des enfants et la problématique de leur réveil quelquefois plusieurs fois dans la nuit m’a totalement sidéré. Votre article passe complètement sous silence la cause majeure de ces dysfonctionnements:le cauchemar.

Lorsque l’enfant retarde son moment d’aller au lit c’est qu’il n’est pas « pressé » de retrouver la terreur de son ou ses cauchemars et quoi de plus compréhensible ? L’enfant parle rarement de ses cauchemars et il les vit d’une manière très isolée. Si vous demandez à un enfant : « est-ce que tu fais des cauchemars » il vous répondra toujours non. Si vous lui demandez : « qu’est-ce que tu fais comme cauchemars ? qu’est-ce qui te fait peur dans la nuit ? », il commence à tordre ses bras, ses mains, ses jambes et si vous savez le mettre en confiance il vous les racontera.Et là vous le sentirez se délivrer. Il vaut mieux dans ce cas-là que les parents ne sont pas présents car l’enfant est habitué à ne pas pouvoir leur en parler. Avec une personne neutre, qui montre qu’elle sait que les petits enfants peuvent faire des cauchemars, il y parviendra très facilement.

La "thérapeutique" est alors très simple : il est utile d’apprendre à l’enfant a raconter ses cauchemars à ses parents tous les matins au réveil. Il faut lui demander où il a vu le « monstre », « la sorcière », » « le vilain », « le méchant » pour la première fois. Et à chaque fois c’est la même chose : télévision, vidéo,le plus souvent évidemment des dessins animés. Il convient alors de lui expliquer sans relâche que ce qu’il a vu "n’existe pas" "n’est pas réel" "n’est pas vrai".

Bien sûr cela rend service aux parents qui voient leur enfant "captivé" ce qui présente l’avantage d’avoir un moment tranquille. Mais si l’enfant est à ce point captivé c’est qu’il dans la logique de l’appentissage du danger. Mais il est seul, seul devant l’écran, sans l’exemple, ni l’appui rassurant de ses parents pour lui apprendre comment répondre à la menace.Il est seul avec son problème. Il est dès lors facile de comprendre que l’enfant qui se réveille terrorisé dans la nuit à cause de ses cauchemars, puisse avoir comme seul moyen apaisant, d’aller chercher la sécurité dans le lit chaud et rassurant où dorment ses parents. Il est absolument essentiel de préserver les enfants de l’abrutissement de ce monde d’images irréelles dans lequel l’enfant ne se retrouve pas.

Vous n’imaginez pas à quel point ils en pâtissent. Cordialement.

4 votes
par Morphée (IP:xxx.xx9.125.60) le 14 avril 2009 a 23H13
 Réseau Morphée, 84 articles (Association)

Le cauchemar est en effet une cause fréquente de troubles du sommeil occasionnel ou périodique et vous avez raison de le souligner. Il faut toujours le suspecter quand un enfant, subitement, ne veut plus aller se coucher. Dans le cas présent nous évoquions les solutions pour les enfants qui ont une insomnie chronique. Vous trouverez plus d’inf sur le site :

www.reseau-morphee.fr/le-som...

Sincèrement Dr SRP

4 votes
par ullswater (IP:xxx.xx9.4.211) le 9 octobre 2011 a 11H33
ullswater (Visiteur)

Bonjour, J’ai lu hier soir votre article et je suis très motivée à l’appliquer ! Mon fils de 11 mois n’a jamais réussi à s’endormir seul. Je l’ai allaité jusqu’à 4 mois de façon exclusive et 6 mois de façon mixte. Il a eu des pb gastriques jusqu’à la fin de l’allaitement. En effet, il vomissait très souvent (plusieurs fois par jour) et encore aujourd’hui dès qu’il a de la fièvre, ou une dent, il vomit. Petit, il s’endormait au sein et je le mettais dans son lit. Il rotait beaucoup plusieurs heures après les biberons et souvent vomissait. Mon médecin ne m’a jamais vraiment cru et j’avais un mal de chien à lui donner les médoc, donc je l’ai laissé sans médicament la plupart du temps. Bref, je prenais ses réveils nocturnes pour des conséquences de ses maux de ventre. Le pb est que la situation a trop duré et que maintenant il refuse de s’endormir seul et a déjà du mal à dormir tout court ! J’ai trouvé UNE solution chez nous à la maison, je le berce malgré les pleurs au début, dans le rocking-chair. Il dort peu dans la journée et s’endort tardivement le soir. Il fait globalement ses nuits mais il y a encore rarement des réveils nocturnes mais j’ai pris la décision de ne plus y aller depuis 4 mois environ. Le pb est qu’il ne s’endort pas seul, toujours dans les bras, et les miens !!! Même quand je ne suis pas là (babysitter), il hurle, et s’endort péniblement et même décide de ne pas manger par colère je pense. Je pense que le pb est lié à l’angoisse de séparation. Je dis cela parce que mon mari était absent durant plusieurs mois et que je suis en congé parental. Je n’ai jamais eu ce soucis avec mon 1er. Il a toujours très bien dormi, c’est un grand dormeur. Mais chaque enfant est différent...

J’ai donc essayé à l’instant même la méthode décrite. Ma 1ère question est est ce que je fais bien ces phases le jour ? Car il ne dort évidemment pas seul le jour non plus... Donc là j’ai fait les 5 séquences, il pleure toujours après 15 min. On entend qu’il est crevé, mais se cramponne debout dans son lit ! Je le vois par la caméra. En fait, à chaque attente, je l’ai ré-allonger dans son lit et lui ai remis sa tétine et dit que j’étais juste à coté... Il repleure de plus belles à chaque fois que je repars... Est-ce normal qu’il ne dorme toujours pas ? Plus de 15 min après la dernière attentes ? Dois-je le rassurer en le prenant dans les bras pour le rassurer avant de le recoucher entre les attentes ? Car j’ai éviter les contacts et privilégié la voix. J’ai essayé de partir le plus possible. Si l’enfant continue de pleurer 30 min après la dernière phase, doit-on y aller, ou surtout pas ? Quand faut-il y aller ? Dois-je rester plus longtemps entre les attentes ? Dois-je le sortir du lit ? Je vois bien que si je me contente de laisser ma main sur sa joue il va s’endormir mais encore une fois, il ne s’endormira pas seul... Alors que faire ???

Merci de vos conseils, qui j’espère permettront à mon dernier mais aussi à toutes notre famille d’améliorer notre qualité de vie.

5 votes
par Bidibulle (IP:xxx.xx2.101.253) le 13 mai 2014 a 20H28
Bidibulle (Visiteur)

de mon côté, mon soucis c’est avec mon fils de 3 ans et demi, tout se passait bien jusqu’à ce qu’il rentre dans l’âge d’opposition (20 mois) il est toujours dedans, et bien. il s’oppose pour bcp de choses, souvent, fais des crises et des colères qd il est frustré. il ne fais rien de ce qui est décrit (tv, soda etc.). je suis crevée, usée, vidée et je ne sais plus que faire. j’ai tenté déjà pas mal de choses, sans grand succès. je suis stricte (car seule pour éduquer) pas de boisson, ni de repas avant le coucher etc. un rituel (manger, douche, dents, jeux, histoire... et c l^, quand il faut aller ds la chbre et sa coucher que ca part en vrille (opposition, cris, colère, se relève 6x... jusque 22.00-22.30... la seule hypothèse qu’il me reste, à part l’opposition pure et dure, c peut-être les cauchemars... j’ai tenté l’hst u lit, une fois fini, c’est la fete, ! j’ai tenté la version "menace de punition", il s’en fout. j’ai tenté la surveillance "pion", il se retourne un nombre impressionnant de fois que je n’en peux plus après 30 min et c moi qui m’énerve et crise !... bref, rude rude depuis qqs mois...

4 votes
(IP:xxx.xx0.25.199) le 10 octobre 2014 a 22H39
 (Visiteur)

Bonjour ,j’ai aussi le même problème avec ma fille de 4ans sauf quand elle ne fait pas de sieste mais que le week end car la semaine à l’école c’est la sieste obligatoire donc le soir c est l’ horreur jusqu’a 22h30-23h et j’ai déjà appliquer toutes les méthodes écrites au dessus mais rien a faire et si vous allez voir le médecin il vous répond qu’il faut aller voir un psychologue à 4ans comme s’il elle aller comprendre pourquoi ? Le seule moyen pour la faire dormir le soir c’est faire 10km en voiture pour qu’elle s’endorme c’est fou quand même d’en arriver la

7 votes
(IP:xxx.xx9.237.13) le 24 juillet 2015 a 18H28
 (Visiteur)

Bonjour moi j’ai également ce problème aussi . Ma fille a 3 ans et demi et dans 1 mois tout pile l’école . Avec son père nous nous somme séparé il y a bien un an et les crises pleure et peur sont amplifié ces derniers temps . Habituellement elle dors chez mamie 1 donc 9h30 au lit toute la nuit jusque lendemain 9h minimum chez son père : 9h au lit mais réveil 6h le matin sachant que elle dort dans la chambre de mamie 2 . Chez moi elle dors le week end et des jours semaines sauf pas tous et la c’est galère pour la faire dormir . C’est déjà pas avant 22h ou elle va s’endormir au canapé puis je la met dans son lit . Cependant le problème que se rajoute et que elle se réveille donc 45 min à la rendormir . Ensuite elle est seule dans son lit et à peur de tous . Pk ce problème au jour d’aujourd’hui elle dors souvent chez mes parents à quelque pas de chez moi car je commence à 5h ce serait plus dur d’en trouver une nourrice et de la réveiller se tt façon . Mais étant régulier chez mes parents elle ne s’habitue plus à sa chambre ni même son lit puisque elle a peur de s’endormir seule . Est ce une bonne chose de croire que c’est à cause de ce remue ménage que c’est difficile à gérer ou est ce un manque d histoire lu par maman le câlin et le bisous du soir qui fait que ce soit devenu si compliqué ! Dois je faire une demande au niveau d’un pedopsychatre ? Est ce que je dois m’inquiéter d’autant plus malgré que je lui parle et que je la rassure sans arrêt pour lui dire qu’il y a rien dans sa chambre dans son lit et que maman est à côté ! Une autre question que je me pose et qu’elle a encore le lit à barreau dois je lui enlever les barreau pour la rassurer qu’elle peut se lever d’elle même et de ne pas attendre sur maman ? Ou dois je attendre ? Dois je aller voir pour commencer un médecin ? Et faire une première thérapie comportementale que je n’es d’ailleurs pas tour saisi ? Merci de vos réponses pour tous ça . J’attends de lire quelqu’un qui sera m éclaircir à ce niveau

0 vote
(IP:xxx.xx0.16.44) le 26 février 2016 a 17H44
 (Visiteur)

Bonjour J’ai tout appliqué et ce à plusieurs reprises . Mon fils a 3 ans et en dépit de plusieurss tentatives cf tableau sur 2 semaines , rien n’y change !!! Que faire quand tout cela n’a pas fonctionne ? J’ai fini hier épuisée par le laisser crier . Il a hurlé pendant 1h20.... C’est nerveusement très difficile mais vraiment j’en étais au stade ou je pleurais ...

1 vote
par Fanny (IP:xxx.xx2.166.4) le 17 mars 2016 a 11H42
Fanny (Visiteur)

Bonjour,

Cette solution peut sans doute fonctionner quand l’enfant appelle en restant dans son lit. Mais que faire quand l’enfant se lève à chaque fois qu’il se réveille ? On ne peut pas du tout appliquer cette méthode.

Cordialement, Fanny Fayard

0 vote
par amorybebe (IP:xxx.xx2.143.66) le 25 avril 2016 a 22H11
amorybebe (Visiteur)

Toutes ces solutions je l’ai essayer depuis 2009 l’année où mon fils est venu au monde, rien ne marche,

je sais depuis 1 an qu’il est autiste la solution serait de lui donner des médicaments mais avec mon compagnon nous sommes contre

la solution avoir de la patiente se dire que son enfant n’ira pas dormir avant 23 h pour se réveiller 3 fois sur la nuit et même en ayant été faire une promenade de 2 heure rien ne le fatigue,

si les seuls fatigué se sont les parents :-)