Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quelle est la consommation de produits psychoactifs par collégiens de France ?
Quelle est la consommation de produits psychoactifs par collégiens de France?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
22 mai 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
INPES, 32 articles (Rédacteur)

INPES

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
32
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Quelle est la consommation de produits psychoactifs par collégiens de France ?

Quelle est la consommation de produits psychoactifs par collégiens de France?

Les premiers résultats français du volet « addiction » (tabac, alcool, cannabis) de l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children 2010 sont parus en avril 2012. Le rapport global pour la France, intitulé La santé des collégiens en France/2010, qui reprend l’intégralité des données de l’enquête, sera publié aux Éditions Inpes en septembre 2012 dans la collection « Études Santé ». Dix-neuf auteurs y ont participé, sous la coordination d’Emmanuelle Godeau, (rectorat de Toulouse/UMR 1027 Inserm - Université Paul Sabatier) responsable de l’enquête HBSC France. Tous les quatre ans, l’enquête HBSC offre une photographie sur la santé, le vécu scolaire, les contextes de vie (famille, écoles, amis) et les comportements (favorables ou néfastes pour la santé) des jeunes français scolarisés de 11, 13 et 15 ans. Sa périodicité permet de mesurer les évolutions, et son caractère international donne lieu à des comparaisons entre pays européens. Elle est un outil précieux pour les personnes chargées d’élaborer des stratégies de prévention en direction des jeunes.

Les résultats pour la France des précédentes enquêtes Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), réalisées en 2002 et 2006, ont été publiés par l’Inpes en août 2005 et 2008. HBSC est conduite tous les quatre ans depuis 1983 (depuis 1993 en France, mais uniquement en Midi-Pyrénées et Lorraine en 1994 et 1998) par un réseau international de chercheurs sous l’égide du bureau régional Europe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Globalement, cette enquête vise à mieux appréhender la santé et les comportements de santé des élèves de 11, 13 et 15 ans, ainsi que le contexte social dans lequel ils évoluent, à travers leurs propres déclarations (via un questionnaire auto-administré, strictement anonyme et mené en classe sous la responsabilité d’un enquêteur le plus souvent issu des personnels de santé de l’éducation nationale). En 2010, 41 pays ou régions, essentiellement européens, ont collecté des données sur la santé, le vécu scolaire et les comportements préjudiciables ou favorables à la santé de leurs jeunes scolarisés entre 11 et 15 ans.

C’est le service médical du rectorat de Toulouse dirigé par le Dr Félix Navarro, médecin conseiller du recteur de l’académie de Toulouse, qui assure la coordination nationale de ce projet (Emmanuelle Godeau, docteur en anthropologie et en santé publique en étant l’investigatrice principale). L’enquête implique plusieurs autres organismes : l’Inserm U1027, le ministère de l’Éducation nationale (direction générale de l’enseignement scolaire, Dgesco, direction des études de la performance et de la prospective, DEPP), l’Association pour le développement de HBSC, l’Inpes et l’OFDT.

La France a participé à l’enquête HBSC pour la cinquième fois consécutive en 2010. Au total, le questionnaire international dans sa version 2010 se compose de 125 items dits obligatoires (dont 16 ne concernent que les élèves de 15 ans), regroupés en 60 questions. Ces questions portent sur la nutrition et l’alimentation, l’activité physique, les activités de loisirs, la consommation de substances addictogènes, la santé sexuelle, les violences et blessures, la culture familiale, la culture des pairs, la santé positive, l’environnement scolaire, et conditions socio-économiques de vie.

En 2010, l’équipe française a rajouté aux questions internationales obligatoires des questions optionnelles sur les styles parentaux éducatifs, la consommation médicamenteuse, la consommation de tabac et de drogues illicites, le handicap et les maladies chroniques, ainsi que des questions développées uniquement en France (notamment sur le sommeil, en collaboration avec l’Institut national du sommeil et de la vigilance -INSV).

L’étude suit un protocole de recherche commun à tous les pays, afin de standardiser au mieux les méthodes d’échantillonnage et de recueil des données. Dans chacun des pays participants, des établissements puis des classes sont tirés au sort. En 2010 les modalités de l’échantillonnage ont été modifiées en France afin d’obtenir un échantillon d’élèves représentatif à la fois des jeunes âgés de 11, 13 et 15 ans (afin de répondre à la contrainte internationale), mais aussi de l’ensemble des collégiens selon les différents niveaux scolaires. Cet élargissement de l’échantillon permet de décrire les usages selon la classe (CM2, 6e, 5e, etc.) dans laquelle se trouve l’adolescent au moment de l’enquête, et non plus uniquement selon son âge. Ce sont ainsi 11 638 élèves (dont 49,8 % de filles) scolarisés en France métropolitaine du CM2 à la première année de lycée dans des établissements publics ou privés sous contrat avec l’Éducation nationale qui ont été interrogés en 2010.

Cette extension de l’échantillon à la totalité des « années collège », permet ainsi d’observer un continuum de l’engagement des plus jeunes dans les comportements de santé, notamment la consommation de produits psychoactifs. Ceci permet d’examiner la chronologie de la diffusion des consommations sur plusieurs années et selon un certain contexte scolaire. La place du collège dans l’univers des jeunes peut ainsi être mieux appréhendée. Les résultats du volet addiction de l’enquête HBSC pourront de surcroît être confrontés à l’étude des usages de produits psychoactifs durant les « années lycée », sujet de l’enquête Espad 2011 (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs) mise en œuvre par l’OFDT et l’Inserm, qui interroge régulièrement depuis douze ans un échantillon de lycéens. En s’intéressant aux plus jeunes, l’enquête HBSC apporte un éclairage spécifique sur les initiations les plus précoces aux produits tabac alcool cannabis et sur la diffusion des comportements de consommation tout au long des premières années de l’adolescence. L’étude de ce contexte contribue à mettre en perspective les circonstances dans lesquelles, un peu plus tard, les usages de drogues « s’installent » le cas échéant dans la vie des jeunes (cf. à ce propos le colloque des 3 et 4 avril 2012, organisé par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) sur le thème Drogues, alcool, tabac chez les 11-14 ans : en savoir plus pour mieux prévenir).

Concernant les expérimentations et les consommations de produits psychoactifs, le questionnaire de l’enquête HBSC était volontairement limité et centré sur les usages de tabac, d’alcool et de cannabis. Il intégrait une question sur les usages de drogues illicites autres que le cannabis, mais cette question n’a pas été soumise aux plus jeunes (11-13 ans), l’interrogation de ces derniers sur les produits psychoactifs rares (cocaïne, LSD, héroïne…) pouvant poser des problèmes méthodologiques et éthiques (réponses imprécises du fait de la méconnaissance des produits, induction d’une fausse perception de la diffusion d’un produit parmi les plus jeunes). Une description succincte des niveaux de consommation observés pour ces drogues est toutefois proposée dans le rapport global de l’enquête à paraître en août 2012.

Les réponses des collégiens (de la 6e à la 3e) interrogés sur leurs expérimentations et usages récents d’alcool, tabac et cannabis confirment sans surprise la prééminence de l'alcool à l'adolescence, produit le plus largement expérimenté, même avant l’entrée au collège. Les premières consommations régulières sont notamment relevées pour les garçons en 4e et en 3e. Les premières ivresses croissent également pendant la même période. Les garçons sont plus souvent concernés par ces dernières, mais dès la 4e, filles et garçons affichent des niveaux d’ivresse approchants. Quant au tabagisme, il se développe fortement durant les années collège chez les garçons et les filles. Le tabagisme quotidien, comme en 2006, concerne en 2010 près d’un élève de 15 ans sur cinq. Sa « féminisation » à l’adolescence, déjà observée lors de l’enquête HBSC de 2006, se confirme malgré un tabagisme plus tardif que les garçons mais rapidement comparable en termes de niveau. Enfin le cannabis est la première drogue illicite expérimentée et sa diffusion progresse également durant l'adolescence. Son expérimentation reste très rare parmi les plus jeunes (11-13 ans), mais progresse fortement ensuite pour concerner près d’un élève de 3e sur quatre.

Ces premiers résultats, leurs évolutions par âge (11, 13 et 15 ans) entre 2006 et 2010 et leur mise en perspective avec les mesures récentes adoptées pour réduire la consommation des mineurs (interdiction de la vente de produits) sont analysés et commentés par les auteurs (rectorat de Toulouse/Inserm U1027, Inpes et OFDT) dans le numéro 80 de Tendances édité par l’OFDT. Cette synthèse et le rapport complet à paraître entendent proposer des pistes sur les stratégies préventives qui seront adoptées par les décideurs : dans quelles classes les premières expérimentations de cannabis sont-elles observées ? La diffusion des différents produits est-elle homogène et linéaire tout au long des années collège ? Est-il possible d’identifier des séquences, pendant la scolarité au collège, où l’expérimentation et la consommation de produits s’accélèrent ?, etc.

INPES

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus

    • Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet, François Beck, Virginie Ehlinger, Emmanuelle Godeau. Alcool, tabac et cannabis durant les « années collège, Premiers résultats du « volet addiction » HBSC. Tendances n° 80, OFDT, 4 p. avril 2012.
    • Godeau E., Navarro F., Arnaud C. dir. La santé des collégiens en France/2010. Données françaises de l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC). Saint-Denis : Inpes, coll. Études santé, 2012 : 250 p. (à paraître en mai 2012, médiatisation et diffusion en septembre 2012).
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par xray (IP:xxx.xx3.56.219) le 23 mai 2012 a 11H42
xray (Visiteur)

Dans le cadre de la construction européenne, la drogue est un excellent complément aux croyances et aux religions pour asservir les populations.

Drogue, SILENCE ! http://mondehypocrite.midiblogs.com...