Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Premier cas de guérison d’un bébé contaminé par le virus du sida (VIH)
Premier cas de guérison d'un bébé contaminé par le virus du sida (VIH)
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 mars 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Premier cas de guérison d’un bébé contaminé par le virus du sida (VIH)

Premier cas de guérison d'un bébé contaminé par le virus du sida (VIH)

Une équipe de virologues américains a annoncé, dimanche dernier, le premier cas de guérison fonctionnelle d’un enfant contaminé à la naissance avec le virus du sida (VIH) transmis par sa mère séropositive non traitée. Cette nouvelle conforte l’espoir de pouvoir vaincre cette infection dévastatrice qui touche chaque année, dans le monde, quelques 300 000 bébés nés séropositifs.

Cette guérison « fonctionnelle » est certainement en lien avec les antirétroviraux reçus moins de 30 heures après sa naissance, soit beaucoup plus tôt que ce qui est normalement fait pour les nouveaux-nés. Ce traitement précoce à vraisemblablement bloqué la formation de réservoirs viraux habituellement difficiles à traiter.

Après cette thérapie antirétrovirale, les tests ont montré une diminution progressive de la présence virale dans le sang du bébé jusqu'à ce que le virus soit indétectable 29 jours après la naissance. Les tests sanguins effectués à l’issue n’ont pas détecté la présence du VIH qui reste néanmoins visible dans les analyses génétiques. En effet, le virus n'a pas été complètement éradiqué, mais sa présence est tellement faible que le système immunitaire de l'organisme peut le contrôler sans traitement antirétroviral.

On rappellera que la seule guérison complète officielle reconnue au monde est celle de l'Américain Timothy Brown, dit le patient de Berlin. Il a été déclaré guéri après une greffe de moelle osseuse (dans le cadre d’une leucémie) d'un donneur présentant une mutation génétique rare empêchant le virus de pénétrer dans les cellules.

Par ailleurs, en juillet dernier, à la conférence internationale sur le sida à Washington, une équipe de chercheurs avait indiqué que 12 patients en France infectés avec le VIH et mis peu après leur infection (8 à 10 semaines) sous antirétroviraux pendant près de trois ans, continuaient à contrôler leur infection six ans après sans traitement.

Ainsi ce nouveau cas américain pourrait améliorer les pratiques médicales qui traitent la transmission de la mère à l'enfant. Les traitements antirétroviraux des femmes enceintes permettent d'éviter de transmettre le virus à l'enfant dans 98% des cas.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté