Accueil du site
> Enfants & Ados > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Plus de cocaïne et de poppers chez les ados
Plus de cocaïne et de poppers chez les ados
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
12 juin 2009 | 1 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Plus de cocaïne et de poppers chez les ados

Plus de cocaïne et de poppers chez les ados

Les jeunes de 17 ans consomment moins de tabac, de cannabis et d’alcool mais expérimentent davantage de substances psychoactives telles que la cocaïne. La dernière enquête ESCAPAD publiée par l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT) met en lumière les tendances actuelles en matière de drogue.

Plus de cocaïne et de poppers chez les adosLa sixième Enquête sur la Santé et les Consommations lors de l’Appel de Préparation A la Défense (ESCAPAD), rendue publique par l’OFDT le 10 juin dernier, porte sur 39 542 jeunes âgés de 17 ans. Ces derniers ont été interrogés, tout au long de l’année 2008, sur leurs consommation de substances addictives telles que alcool, tabac, cannabis, cocaïne et autres drogues de synthèse psychoactives.
 
Rapportées aux résultats obtenus en 2000, les réponses font apparaître une baisse de la consommation de tabac, de cannabis et, dans une moindre mesure, d’alcool. L’an dernier, 92,6 % des jeunes de 17 ans ont déjà bu de l’alcool et 59,8 % ont déjà été ivres. Par rapport au début de la décennie, on boit ainsi un peu moins mais les cas d’ivresse sont en augmentation. Le binge drinking, occasionnant une ivresse aiguë, est un phénomène en constante augmentation. Une proportion de 2,4% des jeunes questionnés, et c’est une catégorie émergeante, déclare même consommer plus de cinq verres d’alcool par soir et ceci plus de 10 fois par mois !
 
Concernant le cannabis, la première cuite à lieu généralement à 15 ans, et 42,2 % des jeunes déclarent avoir fait cette expérience. La consommation régulière du chanvre diminue régulièrement depuis le début de la décennie.
 
Pour ce qui est du tabac, la première cigarette est fumée en moyenne à l’âge de 13 ans et demi, et 70,7 % des jeunes indiquent avoir déjà fumé. Le chiffre est certes élevé, mais le tabagisme marque un net recul par rapport à 2000, de l’ordre de 30 %, même si les filles, moins attirées par le cannabis et l’alcool que les garçons, font ici jeu égal avec eux.
 
L’OFDT fait état de nouvelles franchement préoccupantes lorsque sont abordées les drogues plus nocives. L’étude fait ici apparaître une progression continue de la cocaïne, 3,3 % des jeunes l’ayant expérimenté en 2008 contre 2,5 % en 2005. Le crack, pour sa part, voit sa consommation augmenter de 0,7 % à 1,0 % pour les mêmes années, et les amphétamines de 2,2 % à 2,7 %. L’héroïne dépasse elle aussi le seuil de 1 % d’expérimentation (1,1 % contre 0,7 % en 2005). Le GHB, la kétamine, le LSD et le Subutex progressent également. Seule l’expérimentation d’ecstasy recule, certes légèrement, ayant convaincu 2,9 % des jeunes en 2008 contre 3,5 % en 2005.
 
Mais c’est surtout la très forte hausse d’augmentation de consommation des inhalants qui interpelle les responsables de l’enquête. Les poppers*, en premier lieu, passent ainsi de 5,5 % d’expérimentation en 2005 à 13,7 % en 2008. Etienne Apaire, président de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) se félicite du résultat « globalement positif » de l’enquête, en particulier du recul de la consommation de cannabis liée selon lui aux efforts de prévention contre le tabagisme, « le tabac étant souvent lié au cannabis ». Jean-Michel Costes, directeur de l’OFDT, met pour sa part en garde contre la cocaïne qui a « une image attractive car moins chère et plus disponible ».
 
La rédaction CareVox

POST-SCRIPTUM

  • * Les poppers sont des vasodilatateurs initialement utilisés en médecine pour le soin de certaines maladies cardiaques. Certains ont très vite compris que les effets secondaires, principalement l’euphorie, la sensation orgasmique et la dilatation des muscles pouvaient avoir une application lors de l’activité sexuelle. (source : Wikipedia)

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par lisa sion (IP:xxx.xx8.252.44) le 2 mars 2010 a 13H39
lisa sion (Visiteur)

J’ai écrit sur le post un article à ce sujet pour les jeunes qui savent encore lire sur les moyens d’arrêter cette co°°°rie. http://www.lepost.fr/article/2010/0... . L’explication est un peu compliquée, mais pas scientifique, car je ne suis qu’un humain rien de plus, merci. L.S.