Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Père présent les premiers mois = enfant bien dans sa peau
Père présent les premiers mois = enfant bien dans sa peau
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 juillet 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Père présent les premiers mois = enfant bien dans sa peau

Père présent les premiers mois = enfant bien dans sa peau

Un bébé pouponné par son père dès l’âge de trois mois aurait bien plus de chance que les autres petits enfants de connaître un développement harmonieux et ainsi d’épargner à son entourage des problèmes de comportements. Telles sont les constatations dressées lors d’une étude par des chercheurs britanniques de l’Université d’Oxford. Ces travaux ont été publiés le 19 juillet dernier dans la revue Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Nombreuses sont les études qui ont été menées sur le rôle de la mère durant la première année de son bébé, et sur l’impact des relations entretenues entre les deux intéressés sur l’avenir de l’enfant. A en croire une étude britannique publiée le 19 juillet dernier dans la revue Journal of Child Psychology and Psychiatry, la présence du père auprès de son enfant au cours des premiers mois de sa vie serait tout aussi déterminante pour l’équilibre de ce dernier. Les scientifiques à l’origine des travaux ont suivi 192 familles britanniques. Les interactions entre les pères et leur bébé qui a atteint l’âge de trois mois ont été filmées. Et des travaux d’évaluation, doublés d’interviews au sein de ces familles, ont livré leurs résultats.

L’équipe de chercheurs dirigée par le Docteur Paul Ramchandani est arrivée à la constatation que le rôle du père est primordial dans la prévention des troubles du comportement du nourrisson. Lorsque papa est aux côtés de bébé, ça se passe bien. Lorsqu’il est absent ou distant, des troubles du comportement sont nettement perceptibles. Par ailleurs, cet engagement paternel apporterait plus de bienfaits chez les garçons que chez les filles. Les auteurs de l’étude tiennent néanmoins à relativiser la portée de leurs travaux : D’une part ils ne sont pas parvenus à identifier le mécanisme entraînant ces troubles, et d’autre part, comme ils le rappellent, d’autres facteurs interviennent à fortiori sur l’équilibre d’un enfant.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté