Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Parent : un métier difficile !
Parent : un métier difficile !
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
27 août 2010

Parent : un métier difficile !

Parent : un métier difficile !

Premiers témoins des conduites à risque des adolescents, les parents doivent repérer les signaux d’alarme de comportements suicidaires, de troubles alimentaires ou de consommation d’alcool et de drogue. Un travail de dialogue et de prévention, pour des acteurs de premier plan, qui n’est pas toujours facile. Les assises « parentalité et prévention » qui se sont tenues à Paris les 7 et 8 mai dernier ont mis l’accent sur une fonction difficile dont l’autorité peine aujourd’hui à s’affirmer.

Un sondage BVA mené auprès de 391 parents de jeunes de moins de 26 ans et de 112 adolescents de 15 à 24 ans rapporte que 21 % des parents ne parlent jamais avec leurs enfants des risques liés à la consommation de drogue.
Près d’un parent sur cinq aurait déjà utilisé ou souhaiterait même utiliser une aide à la parentalité.

Des parents démunis à l’heure de l’éclatement de la cellule familiale classique et d’une crise de l’autorité majeure.
C’est face à ce constat que se sont tenues les assises de la parentalité, à l’initiative de la Missions interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MIDT) les 7 et 8 mai dernier. Avec pour but principal de redonner confiance aux parents et de redéfinir leur rôle en matière de prévention des conduites à risque, à l’heure où les jeunes Français sont les premiers consommateurs de cannabis en Europe (d’après un sondage du ministère de l’Intérieur publié en octobre 2009).
Laissés pour compte jusqu’à présent dans la plupart des campagnes de prévention, les parents sont pourtant des acteurs de premier plan.

Faire face aux défis de la vie quotidienne et réaffirmer les interdits, c’est ce qu’ont rappelé la trentaine de spécialistes de l’adolescence présents.
Les positions des parents doivent être connues et claires. Les signaux d’un adolescent qui va mal doivent être détectés avant le « passage à l’acte ». Cela passe par une confiance partagée, le dialogue, mais aussi la mise en garde et la vigilance. Affirmer ou réaffirmer les interdits, une tâche difficile à l’heure où l’autorité fait souvent défaut. Les parents sont conscients des dangers, mais souvent désemparés, affirment les pédopsychiatres.

Faut-il commencer la prévention dès le plus jeune âge, ne pas avoir peur de dire non ? Vaste programme ! plus facile d’en débattre que de l’appliquer dans les faits en tout cas !

SOURCES

  • Missions interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MIDT)
    www.drogues.Gouv.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté