Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Enfants : La découverte de la sexualité
Enfants : La découverte de la sexualité
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
13 septembre 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Richard Dansereau, 3 articles (Sexologue clinicien)

Richard Dansereau

Sexologue clinicien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
3
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Enfants : La découverte de la sexualité

Enfants : La découverte de la sexualité

Je ne crois pas vous apprendre quelque chose en vous disant que l’être humain est un être sexué du fait qu’il possède un sexe. Nous sommes, à quelques exceptions génétiques, soit du sexe masculin, soit du sexe féminin. Étant sexué, cela implique que nous avons tous une sexualité. Nous l’appliquons cependant chacun à notre propre façon. Mais quand donc se manifeste cette sexualité ? Pour répondre simplement : depuis toujours. Cependant, l’intérêt pour la sexualité, ou plutôt pour la génitalité, est quelque chose que l’on acquiert et qui commence bien souvent par la simple curiosité.

Ici, ne pas confondre sexualité et génitalité. Chaque rapport entre individu peut être considéré comme sexuel si l’on garde à l’esprit que nous sommes sexués et qu’il y a inévitablement un rapport entre les sexes. Rapport qui peut être de pouvoir, domination, coopération etc. Ce qui ne veut pas dire que nous avons des rapports génitaux lorsque nous échangeons entre personnes. Donc, l’intérêt pour la sexualité plus génitale fait majoritairement son apparition à l’enfance. Mais juste avant se forme chez l’enfant l’identité de genre qui peut se résumer dans le fait qu’il prend conscience qu’il appartient au genre masculin ou au genre féminin selon le sexe biologique. Ce qui se fait généralement autour de l’âge de deux ans, plus ou moins selon les auteurs. C’est plutôt dans ce qu’il est convenu d’appeler la seconde enfance (5-6 ans – 10 ans) que les comportements de nature sexuelle plus génitalisés font habituellement leur apparition.

Intérêt dans la différence des sexes :

Avec la consolidation de son identité de genre et le sentiment d’appartenance à un sexe au début de la seconde enfance, l’enfant va prendre réellement conscience qu’il y a une différence dans les organes génitaux mâles et femelles et cette prise de conscience éveille en lui une certaine curiosité envers, non seulement l’autre sexe, mais envers son propre sexe anatomique aussi. Il est en pleine période de découverte, et cette curiosité pour la différence génitale est quelque chose de nouveau pour lui. Il veut en savoir plus, voir plus, toucher plus. Ainsi surviennent les incessantes questions sur les différences et les fonctions anatomiques des organes génitaux. Comme une suite logique des choses, plusieurs comportements des enfants de cet âge viendront témoigner de cet intérêt grandissant pour la région des organes génitaux en particulier. Toutes les occasions sont bonnes pour satisfaire leur curiosité, pour voir le corps de l’autre et se comparer avec celui-ci. Tantôt avec une fille, tantôt avec un garçon. Peu importe le sexe de l’autre, pourvu que la curiosité soit satisfaite.

Tous ces jeux peuvent se faire bien sûr, à la maison entre frères et sœurs, cousins cousines, mais aussi à la garderie et même à l’école dans leur cercle d’amis. Dans le domaine de ces jeux, il y a bien entendu des classiques comme « jouer au docteur » et évidemment « jouer au papa et à la maman » où ils baissent leurs culottes, s’examinent, se comparent. Peut-être souriez-vous en lisant ces lignes vous rappelant vos premières expériences sexuelles ? Ces jeux peuvent prendre une forme anodine au début et évoluer jusqu’à se rapprocher sensiblement au comportement sexuel des adultes. Entre autres, quand les enfants feignent de faire l’amour l’un sur l’autre, habillés ou non ou encore quand ils s’adonnent ensembles à des contacts génitaux de toute sorte. Donc, ils découvrent les différences qui existent entre les sexes, du point de vue génital, et prennent même plaisir à entretenir et accentuer ces différences dans leurs comportements. Ce qui peut prendre la forme d’un certain sexisme n’est en fait qu’une façon d’afficher leur appartenance à un genre. On remarquera aussi que les garçons et les filles forment deux clans bien définit. Ce qui s’observe surtout dans les jeux.

Pas MON enfant :

Même si ces jeux se produisent en grande majorité en cachette à l’insu des adultes, il arrive néanmoins qu’ils se fassent surprendre par ceux-ci. Lorsque c’est le cas, il est concevable que les parents ne sachent pas comment réagir face à une telle situation qui génère une panoplie de questions et de l’inquiétude. Il est important de savoir que pour les enfants, il ne s’agit là que de simples jeux d’exploration faisant partie du développement psychosexuel normal de tout enfant. Il ne faudrait pas non plus perdre à l’esprit que les enfants ont tendance à imiter, reproduire ce qu’ils ont déjà vu et/ou entendu. Par exemple, une vidéocassette pornographique laissée par inadvertance dans le magnétoscope pourrait expliquer bien des choses. Mais encore, la sexualité est présente presque partout et souvent facile d’accès, même pour les enfants. Là n’est pas la question, même s’ils n’ont pas été exposés comme tel à la sexualité, il n’en demeure pas moins qu’ils sont curieux de leur corps, de leur sexualité. C’est donc à votre avantage, et à ceux des enfants, que vous soyez au courant de ces faits.

Comment diable réagir ? :

Advenant le cas, il ne faudrait surtout pas se choquer à tout rompre et punir l’enfant sans lui donner aucune explication. Il serait beaucoup plus préférable de considérer la chose comme une occasion de faire un peu d’éducation sexuelle auprès de l’enfant si vous n’aviez pas déjà commencé à le faire. Si c’est le cas, voilà très certainement une bonne occasion de continuer et de pousser un peu plus loin dans votre noble démarche. De grâce, oubliez les petites abeilles, la cigogne et les feuilles de choux ! Dites les vrais choses et utilisez les vrais termes. Ex : un pénis est un pénis et non un zizi, fusil à eau, etc. Dans le cas où vous auriez surpris deux enfants du même sexe s’adonnant à des jeux sexuels, sachez qu’il n’y a là aucun lien pour ce qui est de l’orientation sexuelle future de l’enfant. Donc, réagir avec une certaine souplesse est de mise. Le contraire pourrait amener chez l’enfant que des questions sans réponses avec l’idée que la sexualité est quelque chose de mal, de répréhensible et dont il ne faut surtout pas parler.

Expliquer à l’enfant que, oui il y a des différences sexuelles et que ces différences servent, entre autre à la procréation, que que cela se fait aussi par plaisir, mais que ces jeux sexuels sont quelque chose qui est réservé aux adultes. Bien que cela puisse paraître brutal, beaucoup d’enfants se masturbent. Il faut dans ce cas expliquer qu’il a le droit de le faire, mais seul en privé dans sa chambre. Les enfants ont une sexualité qui leur est propre, différente de celle des adultes, mais qui existe et qu’ils y ont droit dans la mesure où cette sexualité (et non génitalité) va de pair avec leur développement psychosexuel. L’expliquer dans des termes que l’enfant peut comprendre sans non plus entrer dans des concepts qui sont hors de sa compréhension. Il ne comprendrait pas et vous perdriez son attention ainsi que votre temps.

Conclusion :

Bien entendu, dans la majorité des cas, les enfants en viennent à délaisser ces comportements après un certain temps. Il y a cependant des exceptions ou cela puisse s’avérer être pathologique (comportements sexuels à répétition malgré avis, avec ou sans le consentement de l’autre) et c’est surtout dans ces cas qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, voir consulter. Dites-vous bien que si vous n’êtes pas à l’aise avec la sexualité, il y a peu de chances que votre enfant le soit aussi. Pour ce faire, il existe beaucoup d’ouvrages dans les librairies qui peuvent vous guider dans l’éducation sexuelle de votre/vos enfant(s).

Richard Dansereau (M.A.) Sexologue clinicien.

POST-SCRIPTUM

  • L’article est disponible sur mon site web : votresexologue.ca

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Enfants & Ados
Mots-clés :
Sexualité Enfants
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx3.147.113) le 4 octobre 2013 a 19H47
 (Visiteur)

il est vrai que beaucoup d’enfants commencent à s’y interesser très tôt. mais il ne faut pas s’inquiéter ! expliquer est la bonne solution et un enfant qui a vu essayera automatiquement de reproduire. c’est pourquoi il est important de cacher aux enfant le maximum d’éléments ! un enfant qui surprend ses parents faisant l’amour va, une fois dans sa chambre, essayer de reproduire ce qu’il a vu. ce sera pour lui un moyen de s’assurer qu’il est normal et capable de faire la même chose que ses parents qui sont également ses modèles.

0 vote
(IP:xxx.xx3.147.113) le 4 octobre 2013 a 19H51
 (Visiteur)

moi même, je suis une adolescente ! je suis parfois et bien souvent même choquée par ce que l’on peut déduire de l’hyper sexualisation des enfant. mais un enfant a besoin de se découvrir et de se comparer aux autre. cela n’empêche, je trouve parfois que certains enfants (filles plus particulièrement) ont un comportement de femme qui ne leur est pas du tout adapté. et je les trouves plutôt ridicules !