Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Manger trop riche pendant la grossesse prédisposerait l’enfant à l’alcoolisme
Manger trop riche pendant la grossesse prédisposerait l'enfant à l'alcoolisme
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 août 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Manger trop riche pendant la grossesse prédisposerait l’enfant à l’alcoolisme

Manger trop riche pendant la grossesse prédisposerait l'enfant à l'alcoolisme

Selon une étude en neuroscience de l’université de l’Institut McKnight Brain en Floride, une alimentation trop grasse et sucrée de la femme enceinte favoriserait chez l’enfant l’addiction à l’alcool et aux drogues.

En effet, selon les neuroscientifiques, «  la majorité des femmes aux États-Unis en âge de procréer sont en surpoids, et cela est probablement dû à la suralimentation en aliments riches en gras et en sucre. L'augmentation de l'obésité prénatale et infantile et l'augmentation du nombre de jeunes qui abusent de l'alcool et des drogues mérite d’être observé et donc compris ».

Ainsi, les chercheurs ont étudié le poids et la consommation de drogue de bébés rats, nés soit après une grossesse faite d’aliments riches en graisse soit d’une alimentation équilibrée.

Concernant l’addiction à l’alcool, il s’avère que les bébés rats « mal nourris » consomment plus d’alcool, et présentent des niveaux plus élevés de triglycérides. De ce fait, ils sont plus sensibles aux maladies cardiaques et au surpoids à l’âge adulte.

Pour la consommation de drogue, il s’est révélé également que ces bébés rats nés après une grossesse riche en graisse étaient plus sensibles à la drogue car ils sont beaucoup plus hyperactifs quand on leur administre de faibles doses d'amphétamines.

On rappellera que « des études antérieures sur des animaux de laboratoire et des personnes ont déjà montré que la suralimentation altère le cerveau, et que les régimes alimentaires trop riche en sucre et gras peuvent conduire à une augmentation de l'appétit ainsi que certains comportements d'addiction ».

Enfin, les chercheurs soulignent que ces résultats suggèrent que même si les rats sont encore dans l'utérus, ils ne sont pas protégés des risques d’une alimentation trop riche en gras et sucre.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté