Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Lingettes bébé : toxiques pour le sang, le foie et les reins
Lingettes bébé : toxiques pour le sang, le foie et les reins
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 novembre 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Lingettes bébé : toxiques pour le sang, le foie et les reins

Lingettes bébé : toxiques pour le sang, le foie et les reins

Selon une étude menée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), les lingettes pour bébé contiendraient une substance nocive pour le sang, le foie et les reins des touts petits. Il s’agirait plus exactement d’un conservateur, le phénoxyéthanol. L’autorité déconseille ainsi l’utilisation de cette substance dans les produits cosmétiques destinés aux enfants de moins de trois ans.

Faut-il avoir peur des lingettes pour bébé ? Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ces produits, utilisés par les parents pour prendre soin de leur enfant en bas âge, contiendraient pour certains des substances toxiques dans leur composition. Il est question plus précisément du phénoxyéthanol, utilisé comme agent de conservation dans plusieurs crèmes, mais qui peut s’avérer toxique lorsqu’il est présent en trop forte quantité.
 
Dans les faits, le phénoxyéthanol peut être absorbé dans le corps humain et présenter un nocivité pour le sang, le foie et les reins, entraînant « des effets hémolytiques se caractérisant par une hémolyse intravasculaire avec anémie dégénérative et diminution de la cholestérolémie ». Il aurait en outre un effet sur la fertilité. Dans une évaluation des risques liés à son utilisation, l’ANSM préconise pour les enfants de moins de trois ans une non utilisation du phénoxythanol dans les produits cosmétiques (dont les lingettes), ainsi qu’une restriction de cette substance, avec une concentration maximale de 0,4%, dans les autres types de produits.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté