Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le boom des orthophonistes : progrès ou abus ?
Le boom des orthophonistes : progrès ou abus ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
13 avril 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Orthologo, 4 articles (Orthophoniste)

Orthologo

Orthophoniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le boom des orthophonistes : progrès ou abus ?

Le boom des orthophonistes : progrès ou abus ?

"Retard ou paresse de language, on a vite fait de filer chez un professionnel. Progrès ou abus ?" Voici un article sur l’orthophonie paru dans le Magazine Femina qui m’a été transmis par un lecteur.
Vous trouverez l’article en fin de ce sujet. J’ai repris quelques morceaux choisis...

" La faute à l'école ?"

"Certes, pour les élèves rencontrant des problèmes d'apprentissage importants, il existe les réseaux d'aide spécialisés aux élèves en difficulté (Rased). Mais ils sont en nombre insuffisant dans certains quartiers. Et leurs équipes, constituées de psychologues, d'orthophonistes et d'instituteurs spécialisés, travaillent en effectif réduit, se consacrant, par conséquent, aux élèves connaissant les plus grands écueils. Pour les autres qui sont juste "derrière", il existe l'aide individualisée de deux heures par semaine, en place depuis la rentrée 2008."

Tiens personne ne semble choqué par ce qui est écrit dans ce passage. Des RASED dont les équipes seraient constituées de psychologues (faux de psychologues scolaires, ce n'est tout de même pas la même chose), d'orthophonistes (ah bon, c'est interdit pour les orthophonistes de travailler dans un cadre scolaire, mais il est vrai que cela n'empêche pas beaucoup d'orthophonistes de prendre en charge des enfants relevant uniquement du soutien scolaire)...

No comment sur l'aide individualisée !



CQFD !!!



Tout à fait d'accord !!!



Non seulement, on les enferme dans une pseudo maladie mais on leur impose également l'étiquette d'handicapés... Mais n'est-ce pas parfois l'école qui est handicapée ?



Alors là, c'est hilarant ! Soit cette orthophoniste vit sur une autre planète soit elle est d'une mauvaise foi incroyable... Ah oui, elle est de ce syndicat donc j'opterai pour la seconde hypothèse. Quand les soi-disant représentant des orthophonistes libéraux admettront que beaucoup d'orthophonistes se contentent de faire du soutien scolaire remboursé par la sécu, la profession d'orthophoniste pourra peut-être réclamer la reconnaissance qu'elle demande tant.

Des tests sont "bons" parce qu'ils sont scientifiques (des preuves ?), ultraprécis, informatisés... c'est peu dire de la crédibilité de telles personnes qui osent sortir ce type d'argument à 2 balles !



Et bien sur, surtout pas de bilans psychologiques et pédopsychiatriques... et si on aidait vraiment les enfants, ils ne seraient plus de bons clients permettant de se faire des sous !

Orthologo
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par LIli (IP:xxx.xx4.111.42) le 14 avril 2011 a 04H48
LIli (Visiteur)

Ah.....l’école !!!!! Pauvres RASED, composés....Comment ? de professionnels de santé maintenant !!!!!

Les journalistes écrivent absolument n’importe quoi. Ils ne savent pas, ne connaissent pas les spécialités des professions dont ils parlent. Un RASED est formé d’un psychologue scolaire, d’un rééducateur et d’un maître d’adaptation. Ces deux derniers professionnels sont des enseignants spécialisés correspondant à deux options sur les sept qui existent, autant de métiers différents que l’Education Nationale liquide actuellement, tranquillement, silencieusement. Et personne n’en parle. Je suis choquée (une fois de plus) par ce qui est dit du psychologue scolaire qui ne serait pas un vrai ! Il faut dire que le psychologue scolaire conserve, tout comme ses collègues enseignants spécialisés, un statut d’enseignant, qui permet à l’Education nationale de programmer leur "mise en extinction", selon ses propres termes, en supprimant leurs postes, leur recrutement, pour les envoyer devant 30 ou 35 élèves. La grande majorité des psychologues scolaires est titulaire d’un master 2 de psychologie. Les plus anciens d’une licence ou "maîtrise" suivie d’une année de DEPS (diplome de psychologue scolaire) De nombreux enseignants spécialisés sont titulaires d’une licence de psychologie, voire d’un master également. Certains psychologues scolaires n’ont même pas eu le temps d’enseigner. Déjà diplomés du master de psychologie ils se voient proposer de faire fonction de psychologue scolaire dés leur arrivée dans l’Education nationale comme jeune enseignant.....

5 votes
par SALICORNE (IP:xxx.xx5.206.55) le 20 novembre 2011 a 11H37
SALICORNE (Visiteur)

Je suis psychologue de l’Education nationale au sein d’un RASED. Je partage votre avis et vous remercie de ces précisions sur nos professions. Effectivement, actuellement, de nombreux psychologues de l’Education nationale sont titulaires d’un Master 2 (voire au delà) en plus du DEPS (Diplôme d’Etat de Psychologue Scolaire)...et ce ne sont pas, loin s’en faut, des psychologues au rabais comme l’article ci-dessus voudrait le laisser croire..... Après notre " mise en extinction" suggérée comme levier pour récupérer des postes d’enseignants....

Luc Chatel propose désormais de "sanctuariser" le nombre de psychologues scolaires.....

Je coopère avec une dizaine d’orthophonistes libérales qui prennent en charge dans leurs cabinets de nombreux élèves de mon secteur. Avec les équipes enseignantes, nous constatons certes des dérives....cependant, dans l’ensemble, elles font du bon travail et aident rééllement les enfants.

1 vote
par pasdepseudo (IP:xxx.xx6.60.250) le 4 octobre 2013 a 23H19
pasdepseudo (Visiteur)

"Progrès ET Abus" comme le dit le titre, et comme dans tous les domaines ! Forcément ! Les aidants et les authentiques qui y croient d’un côté, et ceux qui en abusent de l’autre ! En tant que parents (et avant cela soignants), nous en avons fait le constat : Oh sans mot dire bien sûr mais avec tellement de sourires (sourires jaunes !, et il vaut mieux !) c’est bien de dépister pour certains, c’est la mode de parler "orthophoniste" pour d’autres, ou encore : il faut "le faire" : pour encore d’autres, et même sans savoir "pourquoi" ni sans raison / si vous vous posez quelques questions et/ou si vous êtes parents et si vous doutez, n"hésitez pas à poser de simples et réelles questions aux personnes qui vous conseillent : "ah oui ? mais pourquoi ? pourquoi pensez vous cela ??", vous verrez bien la tête de votre interlocuteur, et vous entendrez certainement ses réponses !