Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La nourriture fast-food accroît les risques d’asthme grave chez l’enfant
La nourriture fast-food accroît les risques d'asthme grave chez l'enfant
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 janvier 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

La nourriture fast-food accroît les risques d’asthme grave chez l’enfant

La nourriture fast-food accroît les risques d'asthme grave chez l'enfant

Selon une grande étude internationale sur l’asthme et les allergies pendant l’enfance (ISAAC) entamée en 1991 et impliquant une centaine de pays au total, les enfants et les adolescents qui consomment des denrées alimentaires de type fast-food, au moins 3 fois par semaine, ont un risque accru de souffrir d’asthme sévère.

Cette étude a été réalisée par des chercheurs de l'université d'Auckland en Nouvelle-Zélande auprès de 319 000 adolescents âgés de 13 à 14 ans, et 181 000 enfants âgés de 6 à 7 ans interrogés via leurs parents. Les sujets ont été questionnés sur leur régime alimentaire et sur la gravité des symptômes respiratoires observés au cours des 12 derniers mois.

Les premiers résultats obtenus ont mis en avant que le fast-food était le seul type de nourriture « associé » à une aggravation des symptômes pour les 2 groupes d'enfants malgré leurs différences (pays, niveau social et sexe).

De ce fait, ils ont pu établir statistiquement que 3 repas à base de hamburger par semaine suffisaient à faire augmenter le risque d'avoir un asthme sévère de 39% chez les adolescents et de 27% chez les jeunes enfants.

Cependant, la consommation de fruits au moins 3 fois par semaine offrirait un effet protecteur et diminuerait ainsi la gravité des symptômes de 11% chez les adolescents et de 14% chez les enfants.

Toutefois, les chercheurs soulignent qu’il ne s'agit pas d'un lien de cause à effet, mais d'une « association » statistique qui doit faire l'objet de travaux supplémentaires. « Si cette association (...) était prouvée, elle aurait une signification majeure en termes de santé publique alors que la consommation de fast-food continue à augmenter au niveau mondial ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté