Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La fessée à l’origine de troubles mentaux une fois adulte
La fessée à l'origine de troubles mentaux une fois adulte
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 juillet 2012 | 15 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La fessée à l’origine de troubles mentaux une fois adulte

La fessée à l'origine de troubles mentaux une fois adulte

Selon une étude canadienne publiée le 2 juillet dernier, les enfants qui se voient infligés des fessées et autres châtiments corporels ont davantage de risques de souffrir d’affections et de troubles mentaux une fois entrés dans l’âge adulte.

Votre enfant a fait une bêtise ? Pensez-y à deux fois avant de lui administrer une fessée ! Selon une nouvelle étude canadienne, publiée le 2 juillet dernier dans la revue Pediatrics, cette punition corporelle peut avoir des conséquences néfastes à long terme. La fessée entraînerait en effet des troubles psychologiques et comportementaux, éventuellement accompagnés de problèmes d’alcool ou de drogue. Cette enquête lancée au Canada est la première du genre, et a été effectuée grâce au concours de 34 653 adultes représentatifs de la population. Bien évidemment, les auteurs des travaux se sont focalisés sur les punitions telles que fessées ou gifles, en écartant les formes de maltraitance ou de déviance (abus sexuels ou autres).
 
En mettant de côté les familles présentant des problèmes d’ordre socioculturel trop élevés, les résultats demeurent significatifs : Les enfants ayant reçu des punitions physiques ont de 2% à 7% de risques supplémentaires de présenter des troubles du comportement et des problèmes d’addiction (drogues et alcool). Et selon les auteurs de l’étude, les cas de troubles paranoïaques ou borderline ou même les retards mentaux pourraient baisser de 10% en cas d’amélioration de l’éducation parentale et d’absence de châtiments corporels.

Victor Fornari, spécialiste américain en psychiatrie infantile, n’a pas tardé à réagir sitôt les résultats connus, en déclarant que « cette étude est importante et ouvre un débat sur l’éducation des enfants ». Et la position est la même auprès des académies américaine et canadienne de pédiatrie, qui « conseillent vigoureusement de ne pas avoir recours aux punitions physiques pour les enfants ». A l’heure actuelle, 32 pays dans le monde ont interdit ce genre de châtiments (dont l’Allemagne, l’Espagne ou le Venezuela), mais ce n'est pas la position adoptée par les Etats-Unis, le Canada… ou même la France. Le débat peut donc s'ouvrir des deux côtés de l’Atlantique.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
5 votes
(IP:xxx.xx1.187.40) le 4 juillet 2012 a 11H06
 (Visiteur)

Ca fait bien longtemps qu’il y a des études qui démontre ça, il me semble que laborit en a fait déjà en 1983, voir les livre d’olivier maurel "la fessée, questions sur la violence educative" et "oui la nature humaine est bonne" mais ça ne passe pas dans le grand public par peur d’accuser les parents.

http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

http://www.editions-instant-present...

Il y aussi les travaux d’Alice Miller plus généraux sur les conséquences des maltraitances (educatives) précoces :

http://www.alice-miller.com/index_fr.php

2 votes
par Bois-Guisbert (IP:xxx.xx7.209.132) le 4 juillet 2012 a 16H59
Bois-Guisbert (Visiteur)

"...voir les livre d’olivier maurel "la fessée, questions sur la violence educative" et "oui la nature humaine est bonne"..."

Ce qu’îl y a d’ennuyeux dans les théories de Maurel, c’est qu’on se rend très vite compte que les peuples qui baffent leurs enfants, sont destinés à supplanter - par la force, évidemment - les peuples qui on décidé de se l’interdire.

15 votes
(IP:xxx.xx2.84.104) le 4 juillet 2012 a 17H01
 (Visiteur)

ceux qui n ’en ont pas et trainent au bas de leur immeuble sont encore plus atteints

10 votes
par helios (IP:xxx.xx6.178.149) le 4 juillet 2012 a 17H33
helios (Visiteur)

ah, oui ? Et il n’y a pas d’etude pour savoir ce que deviennent les enfants qui passent plus de 10 minutes devant TF1 durant toute leur petite enfance ?

0 vote
par TZ (IP:xxx.xx8.147.39) le 5 juillet 2012 a 07H22
TZ (Visiteur)

Détrompez-vous, il y en a une multitude : http://teleobs.nouvelobs.com/articl...

2 votes
par helios (IP:xxx.xx6.178.149) le 5 juillet 2012 a 10H15
helios (Visiteur)

Merci TZ, pour ce lien...

Apres l’avoir lu, sans aller plus loin, je pense sincerement qu’il est beaucoup plus urgent de regler le probleme de la télé plutot que celui de la fessée !

Mais, serait-il possible que les auteurs de l’article aient eux-même passé leur enfance devant le petit ecran ? Auquel cas on comprend bien leur focalisation sur la fessée plutôt qu’autre chose...

ah ? j’entends...

... les interets ne sont pas les mêmes... ... ben voyons, c’est pour notre bien a tous...

1 vote
par méfrange (IP:xxx.xx6.61.159) le 5 juillet 2012 a 16H30
5 votes
par stemp1962 (IP:xxx.xx4.75.48) le 4 juillet 2012 a 19H11
stemp1962 (Visiteur)

Les troubles mentaux sont-ils la cause ou la conséquence ? Logique : Des troubles mentaux peuvent générer des fessées , mais des fessées génèrent-ils des troubles mentaux ? Qui de l’œuf ou de la poule...

3 votes
par TZ (IP:xxx.xx5.137.222) le 5 juillet 2012 a 07H27
TZ (Visiteur)

Vous pouvez lire l’étude et vous rendre compte vous-même du protocole permettant d’éviter le biais que vous suggérez : http://pediatrics.aappublications.o... (PDF)

1 vote
par mananar (IP:xxx.xx2.88.214) le 5 juillet 2012 a 22H42
mananar (Visiteur)

Peu importe, l’excuse du "c’est pas moi qui ai commencé, c’est lui", ça ne marche qu’entre deux enfants du même âge. Dans le cas d’un adulte responsable de l’éducation d’un petit, c’est carrément léger. Ce genre d’étude a pour effet de questionner nombre d’adultes sur leurs pratiques en matière d’éducation alors qu’un minimum de bon sens devrait suffire à comprendre que la violence n’est pas un outil éducatif. S’il y a encore au 21e siècles des adultes pour se convaincre qu’en collant une beigne à un enfant on lui apprend la vie, c’est affligeant.

3 votes
(IP:xxx.xx5.55.146) le 5 juillet 2012 a 00H56
 (Visiteur)

depuis le temps je dois être gravement malade

1 vote
par mananar (IP:xxx.xx2.88.214) le 5 juillet 2012 a 22H43
mananar (Visiteur)

Allez, encore le témoignage d’un rescapé !

1 vote
par mananar (IP:xxx.xx2.88.214) le 5 juillet 2012 a 22H31
mananar (Visiteur)

Bois-Guibert, On pourrait peut-être apprendre à nos bambins l’art d’utiliser une grenade, juste au cas où.

0 vote
par littlefox (IP:xxx.xx6.106.27) le 9 juillet 2012 a 11H57
littlefox (Visiteur)

La fessée "déculottée" est déplorable parce qu’elle va humilier l’enfant, mais une claque et même une "bonne" claque sur la fesse en passant, ça n’a rien de dramatique, lorsque le chérubin reste sourd aux arguments.. Il m’est arrivé d’en recevoir (elles n’étaenit pas volées) et je n’ai pas besoin d’avoir recours aux psys....

0 vote
par Leslie (IP:xxx.xx6.191.24) le 15 juillet 2012 a 21H35
Leslie (Visiteur)

Sans vouloir blesser la morales, les gens sans limites comme les directeurs financier ou la mafia réussissent beaucoup mieux les autres, y’a ira pas toujours quelqu’un pour nous corriger et les enfants habitués à ça vont se faire bouffer un jour ou l’autre.