Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’alimentation peut-elle influencer le comportement des jeunes ?
L'alimentation peut-elle influencer le comportement des jeunes ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
2 novembre 2012 | 12 commentaires
Auteur de l'article
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

DARCHE ERIC

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
64
nombre de commentaires
2
nombre de votes
151

L’alimentation peut-elle influencer le comportement des jeunes ?

L'alimentation peut-elle influencer le comportement des jeunes ?

On se plaint de plus en plus du comportement des jeunes, de l’hyperactivité de certains d’entre eux, de leur manque de concentration en classe, de leur démotivation, de leur agressivité, voire de leur violence "gratuite".

Comment expliquer que les jeunes des générations précédentes, sans être pour autant des "anges", semblaient moins concernés par ces comportements dits asociaux ?

La nouvelle génération a-t-elle décide, du jour au lendemain, d’adopter ces comportements excessifs, pour le seul plaisir d’être différent, de provoquer, ou cela s’explique-t-il par d’autres causes ?

Et dans ce cas, quels sont les éléments qui permettent d’expliquer ces attitudes agressives ?

On peut penser, bien sûr et à juste titre, à l’éducation permissive de certains parents, à la violence si souvent exprimée dans les médias (télévision, films, journaux, jeux vidéo, etc.), au stress croissant auquel nous sommes tous plus ou moins confrontés, etc.

Mais il ne faudrait surtout pas sous-estimer un autre facteur souvent ignoré, qui contribue pour une large part à la genèse des difficultés relationnelles que bien des jeunes rencontrent aujourd’hui, et qui peut se résumer en un mot : l’alimentation.

Chacun sait que l’alcool, même consommé par une personne équilibrée mentalement et physiquement, peut, en un laps de temps très court, affecter son comportement psychique et être à l’origine d’actes délictuels et de violence. Mais, lorsqu’il s’agit d’alimentation, l’idée semble beaucoup plus difficile à accepter. Pourtant, les conséquences peuvent bel et bien s’avérer tout aussi redoutables.

Une alimentation dénaturée, riche en produits raffinés et en produits de synthèse divers et variés, par exemple, les préparations de type fast-food, si appréciées des jeunes, ne peut que contribuer au déséquilibre biochimique du cerveau et faciliter les excès de violence.

Une expérience a été menée aux Etats-Unis au Lycée Appleton, où sont accueillis des élevés ayant des problèmes comportementaux plus ou moins graves. L’objectif est de ne pas instaurer une discipline spéciale, mais de réguler leur comportement par une alimentation bien étudiée, sans colorants ni conservateurs ni ajouts chimiques, composée principalement de céréales complètes, de fruits et légumes frais, sans fritures. Les plats sont réalisés sur place, sans conserves. Il n’y a pas de distributeurs de sodas ; l’eau est servie à volonté.

Le directeur de l’établissement a remarqué d’importants changements dans le comportement des élevés, qui s’est très largement amélioré. Il a notamment observé une baisse de l’agitation et une amélioration de la concentration en classe ; les élèves obtiennent de bien meilleurs résultats pour un budget similaire à celui des autres écoles !

D’autres expériences analogues ont été réalisées en Suède et au Danemark avec des résultats identiques et ce, dans différents collèges. D’après les responsables de ces établissements, les formes d’agressivité entre les jeunes ont considérablement baissé et les résultats scolaires se sont, dans l’ensemble, nettement améliorés.

Ceci uniquement grâce au recours à des produits alimentaires de qualité, à dominante bio-végétarienne, non raffinés et crus.

Le Lycée Appleton n’est pas une école privée. Ce sont des enfants issus de milieux dits défavorisés qui acceptent de bon cœur de prendre des repas composés a partir de ce type d’alimentation. Alors la question que l’on est en droit de se poser est : pourquoi ne pas généraliser partout cette politique alimentaire ?

Paul Stitt, responsable de la société Natural Ovens Bakery qui distribue l’alimentation saine au Lycée Appleton répond a cette question dans le film Super Size me : « Il y a une forte opposition des sociétés alimentaires qui font du profit grâce aux écoles ; leurs dirigeants ne veulent pas être mis au placard, ils veulent rendre nos enfants accros ! »

A propos de cette même question, le Professeur Kelly, du Center for Eating and Weight Disorders (Observatoire des désordres issus de l’Alimentation et du Surpoids) de l’université de Yale, a déclaré :

"Les producteurs de sodas se vantent de contribuer à l’éducation, mais en réalité ils soutirent de l’argent à la communauté au lieu de lui en faire profiter. L’argent gagné ne va pas à l’éducation, il sert uniquement à leur enrichissement personnel."

Comme les écoles ont souvent du mal à financer toutes les activités scolaires, notamment récréatives, extrascolaires et sportives, elles signent des contrats avec les géants des sodas. En 1993, par exemple,le secteur de Colorado Springs est devenu le premier secteur scolaire public des Etats-Unis à placarder des publicités pour une grande marque de fast-food dans ses couloirs et sur ses bus scolaires.

Quelques années plus tard, ce même secteur scolaire a signé un contrat de dix ans avec une marque de cola, qui a ainsi fait rentrer 11 millions de dollars dans ses caisses grâce à ce contrat. Ces types de contrat fixent des quotas de vente annuels, ce qui fait que les administrateurs d’écoles encouragent les élèves à boire des sodas même en classe !

Comme le fait remarquer Kerry Mazzoni, ancien membre de l’Assemblée Législative de Californie, ce procédé pratiqué par des responsables d’établissements scolaires consiste ni plus ni moins à "vendre les enfants américains au plus offrant".

Lorsqu’une société fixe le taux de croissance annuel de son économie a 5 % minimum, il faut bien qu’elle décèle des secteurs de consommation potentiels à exploiter. Puisque le marché des adultes est relativement stagnant, elle s’attaque aux enfants. Voici ce qu'en dit un article de Beverage : "Influencer les écoliers des les classes élémentaires est devenu un enjeu très important pour les entreprises commercialisant des sodas."

Marlene Canter, responsable du Board of Education de Los Angeles a déclaré : "On ne veut plus de sodas dans notre secteur. Certaines sociétés refusent notre censure ; elles disent qu’on leur fait perdre de l’argent. Mais ce n’est pas une question d’argent. C’est une question de santé."

Pendant 9 semaines, on a proposé à des étudiants américains dont la nourriture était essentiellement composée de chips, cola, café, sucres raffines, chocolat, pizzas, conserves, vitamines de synthèse, de la remplacer par un autre régime. Ce dernier était basé sur une nourriture équilibrée atoxique et d’origine biologique, sans conservateurs, additifs, ni autres produits chimiques pesticides, herbicides, etc.

Au bout de cette période d’environ deux mois, les résultats universitaires des étudiants avaient progresse de 44 %, et en outre une augmentation de leur QI de 10 a 20 points a été relevée

Une autre étude américaine a concerné un groupe de jeunes filles de 11 à 15 ans, délinquantes et agressives, se nourrissant presque exclusivement de pain blanc, de jambon, de hamburgers, de thé, de café, de cola. Après quelques mois d’un régime à base d’une alimentation saine et équilibrée, l’équipe chargée de l’expérimentation a noté une nette amélioration de leurs comportements, avec une diminution significative du refus d’adopter une attitude plus sociable. 

Quand nous savons que la chimie du cerveau (glycémie, neuromédiateurs, hormones, acides gras, etc.) est en relation directe avec la qualité des aliments que nous consommons, les résultats de ces expériences ne sont nullement surprenants. Il semble même évident que la modification des habitudes alimentaires de la jeunesse pourrait devenir l’une des meilleures réponses à l’accroissement de leur violence et de leur sociabilité.

Bien des personnes ou des jeunes sentent intuitivement qu'il y a quelque chose qui cloche, que la société tourne mal, qu'ils ne sont pas respectés, et répondent à cela par la violence, la brutalité etc. En fait en ce qui concerne les causes alimentaires, comme disait Coluche " Il suffirait de boycotter les produits malsains pour que cela ne se vende plus ".

Contrairement aux apparences la puissance du consommateur est grande, et les lobby de l'agro-alimentaire le savent bien...

 

 

Eric Darche

Naturopathe spécialisé en nutrition.

www.ericdarche.com

Tel : 04 42 96 33 18.

 

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Enfants & Ados
Commentaires
3 votes
(IP:xxx.xx4.15.57) le 2 novembre 2012 a 18H06
 (Visiteur)

Un citoyen mangeur d’orties

Oui, l’alimentation saine, l’oxygénation et l’exercice quotidien sont la base d’une santé physique et mentale équilibrée. Mais des personnes équilibrées ne sont pas les "meilleurs" consommateurs.

Voyez-vous, votre discours, ainsi que les études citées toucheront mille à un million de fois moins de monde qu’une simple pub débile d’une "grande" marque. Il faudrait donc travailler sur deux fronts : la transmission des comportements sains en même temps que la dénonciation des manipulations publicitaires, et pour cela des lois manquent.

0 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 2 novembre 2012 a 23H49
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Merci pour votre témoignage.

Simplement ce que l’on peut dire c’est qu’en attendant les lois dont vous parlez on peut agir immédiatement et efficacement en supprimant le plus possible la consommation d’additifs pour le plus grand bien de nos proches et de nous-mêmes et en parler autour de nous. On peut aussi proposer à chaque personne ayant compris et adopté ces consignes d’en faire autant et de passer le message, ainsi de suite. Les plus grandes "révolutions" ou changement, peuvent se faire tranquillement en douceur mais de manière méthodique.

NE PAS HESITER A PROPOSER LA VIDEO EDIFIANTE CONSEILLE DANS LE POST CI-DESSUS ET REALISE PAR LA TELEVISION SUISSE ROMANDE.

1 vote
(IP:xxx.xx2.62.151) le 2 novembre 2012 a 18H16
 (Visiteur)

Bonjour, Un reportage marquant de l’emission de defense des consommateurs de la Televison suisse romande : http://www.rts.ch/emissions/abe/ali...

0 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 2 novembre 2012 a 23H16
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

MERCI POUR CETTE INFO CONCERNANT UN REPORTAGE EDIFIANT SUR LES ADDITIFS ALIMENTAIRE.

1 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 3 novembre 2012 a 08H40
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Voici un lien intéressant à propos de la DANGEROSITE DU GLUTAMATE que l’on trouve dans beaucoup d’aliment et qui est suspecté d’être destructeur du système neurologique.

http://www.youtube.com/watch?v=3SwE...

J’en profite ici pour préciser que le problème des additifs alimentaires n’est pas INSURMONTABLE comme certains très habilement le suggère afin de démobiliser les bonnes résolutions de ceux qui veulent changer certaines habitudes alimentaires dans leur vie.

VOICI QUELQUES CONSEILS TRES SIMPLES

A PARTIR D AUJOURD’ HUI

PREFERER l’achat d’aliments non transformés comme du lait, des oeufs, de l’huile, des fruits ,des légumes, etc. SI POSSIBLE D ORIGINE BIOLOGIQUE DE PREFERENCE

EVITER DONC DESORMAIS TOUS LES PRODUITS COMME LES SODAS,LES SIROPS, LES PLATS PREPARES INDUSTRIELS, (soupe, pizzas, menus sous emballage de l’industrie agro-alimentaire classique très riche en additifs),

PREFERER DONC les aliments bruts non transformés.

LES TRANSFORMATIONS ALIMENTAIRES faites les vous-mêmes avec des produits sains exempts d’additfs et de produits tels que engrais, pesticides de synthèse etc.

Eviter de fréqenter les fast foods ou de vous inspirer de ce genre d’aliment pour manger chez vous. EVITER LE PAIN BLANC, LE SUCRE BLANC, LE RIZ BLANC Tous ces aliments sont raffinés et donc dénutris. En plus ils sont riches en produits de transformation pas toujours recommandable....

SUPPRIMER DONC LES BARES CHOCOLATES, LES CREMES AU CHOCOLAT DE L AGRO ALIMENATAIRE riche en glutamate entre autre (très souvent) LES BONBONS, CONFISERIES INDUSTRIELS ETC.

DANS LA PRATIQUE CELA EST PLUS FACILE A METRE EN PLACE QUE CELA N’Y PARAIT

IL SUFFIT D’UN PEU DE MOTIVATION ET DE VOLONTE

CONSEQUENCES ATTENDUS DE CES REFORMES ALIMENTAIRES

MEILLEUR ETAT NERVEUX ET EMOTIONNEL DE VOS ENFANTS MEILLEUR SANTE A MOYEN ET LONG TERME

ON S EVITE AINSI DE NOMBREUX TROUBLES DE SANTE SOIT DISANT LIES FATALEMENT A LA VIEILESSE.

BON COURAGE ET LE MEILLEUR POUR VOUS.

0 vote
par France (IP:xxx.xx0.154.45) le 2 novembre 2012 a 22H45
France (Visiteur)

Excellent article ! mon expérience personnelle confirme vos hypothèses : l’alimentation a un rôle prépondérant sur le comportement, j’ai pu l’observer depuis plus de 20 ans sur moi-même et mes 3 enfants. Nous avons changé d’alimentation il y a 20 ans, et cela a provoqué une amélioration spectaculaire de nos comportements. Je n’ai jamais donné à mes enfants une alimentation typiquement malsaine (sodas, sucre, graisses), je savais que c’était malsain. Je préparais donc une alimentation classique, à base de produits laitiers, céréales, viande, poisson, légumes, et fruits. J’ai eu une période de 2 ans bio avec du pain complet. Ce fut la pire période de notre vie : nous étions tous très nerveux, anxieux et même agressifs. Sans savoir pourquoi. Puis, une rencontre m’a fait connaître les méfaits du gluten (4 fois plus abondant dans la farine complète que dans la farine raffinée !), ceux des produits laitiers, et ceux du sucre, même bio et non raffiné (les substances toxiques du sucre étant produites par une intense et longue cuisson, sont présentes dans tous les types de sucre : bio ou pas, raffiné ou complet.) J’ai donc changé le mode d’alimentation de la famille. Supprimé les 3 aliments les plus nocifs : blé (sous toutes ses formes) produits laitiers et sucre. Et la base de notre alimentation devint les fruits et légumes crus, complétés par les noix, noisettes, amandes, graines de tournesol et avocats. Très peu de produits animaux : oeufs crus de temps en temps, et 3 ou 4 fois par an de la viande ou du poisson. Le résultat ne s’est pas fait attendre : en 3 ou 4 semaines amélioration des résultats scolaire, du comportement à l’école (remarqué par les 3 instituteurs simultanément), réduction notoire des disputes fraternelles, des caprices et colères, amélioration du sommeil, plus d’entrain et d’imagination pour les jeux. Les exceptions faites par les enfants chez les copains nous permirent de comprendre le rôle du gluten ou du sucre dans la nervosité et la dépression, et celui des produits laitiers dans les problèmes ORL (rhumes, otites, sinusite, angines etc.) En effet chaque exception à notre régime était suivi le lendemain d’un trouble ORL (pour les produits laitiers), et par des accès de nervosité, voire de dépression, pour le blé, à moins qu’un vomissement salvateur le soir même n’ai pu empêcher les substances nocives de poursuivre leur progression dans l’organisme. Oui, les substances chimiques (colorants, conservateurs, glutamate etc) sont très certainement mauvais pour le cerveau comme pour tous les organes, mais des aliments traditionnels et au dessus de tout soupçon comme le blé et les produits laitiers ont une influence d’autant plus forte qu’ils sont consommés quotidiennement ! Il ne faut pas oublier que le blé a subi, et subi encore,depuis quelques dizaines d’années, d’importantes mutations et sélections ayant pour effet d’augmenter sa teneur en gluten (qui rend le pain plus moelleux), et de modifier aussi la nature même de ce gluten. Plus le blé s’éloigne de la plante sauvage d’origine, moins notre organisme y est génétiquement adapté, et plus il est susceptible de provoquer des troubles de santé y compris des troubles du comportement. Le lait aussi n’est plus le même que celui du siècle dernier : maintenant les vaches ne paissent plus au pré, mais sont gavées de nourritures artificielles, de blé (encore lui !) d’antibiotiques et autres substances médicamenteuses. Le lait actuel est chargé de toxines, le lait bio l’est moins, mais il reste adapté au veau, pas à l’être humain, et il cause presque autant de problèmes.

0 vote
par gaijin (IP:xxx.xx5.197.110) le 3 novembre 2012 a 08H17
gaijin (Visiteur)

oui

0 vote
par dedale (IP:xxx.xx5.48.74) le 3 novembre 2012 a 11H07
dedale (Visiteur)

Si je suis séduit à priori par la teneur d’un tel article qui apporte un éclairage nouveau, une facette de plus, nous permettant de comprendre certains mécanismes comportementaux, je trouve qu’il n’est malheureusement étayé par aucun lien renvoyant vers des études permettant de vérifier de telles assertions…

Pour le moins, il faudrait que les expériences dont vous parlez aux USA, en Suède et au Danemark aient fait l’objet d’un protocole sensiblement équivalent et encore faut-il comparer le contenu et la qualité de l’alimentation forcément différents dans chacun de ces pays.

En outre, il y a énormément de facteurs qui peuvent interagir sur les comportements. En particulier, la façon d’éduquer les enfants diffère largement d’un pays à l’autre, notamment dans les trois pays que vous citez.

Pourriez-vous compléter votre article avec vos sources svp.

0 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 3 novembre 2012 a 12H48
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Bonjour

Merci pour votre mail.

Je vous propose de faire une petite recherche sur internet au lieu de vous laisser guider par mes propres sources que vous pouvez remettre en cause tellement facilement.

Par exemple pour commencer je vous propose de visionner les deux liens que l’ on a déjà proposé ci-dessus. Ce sont des repportages édifiants. Ensuite faite une recherche sur google et youtube et vous trouverez vous même des choses très intéressante que je ne vous aurez pas souflé....

http://www.rts.ch/emissions/abe/ali...

http://www.youtube.com/watch?v=3SwE...

VOUS POUVEZ AUSSI VISIONNER LE FILM SUPER SIZE ME

LA FACON D EDUQUER LES ENFANTS certes, joue un rôle dans le comportement des enfants. Mais l’alcool, les drogues, les médicaments, et AUSSI LES MOLECULES DE SYNTHESE que l’on peut trouver dans l’alimentation peuvent interagir sur le fonctionnement du cerveau et provoqué des modificaitons du comportement.

VOILA EN PLUS DE CES 2 LIENS VOUS EN TROUVEREZ BIEN D AUTRES..... BONNE RECHERCHE

0 vote
par ecolittoral (IP:xxx.xx8.204.95) le 3 novembre 2012 a 12H27
ecolittoral (Visiteur)

Je suis en désaccord avec cet article, bien qu’il est été construit à partir d’expérience validée.

Les générations passées, j’en fais partie, ont été toutes aussi fougueuses, contestataires et étourdies dans leur jeunesse. Mais, ça se voyait moins.

Trois chaînes TV, quelques radios, et des journaux pour s’informer. Rien d’autre, à part les livres. Des parents qui vivaient ensemble, des règles établies, le respect, du travail "en veux tu en voilà", une unité de temps qui était encore, l’heure ou la journée, pas d’échec scolaire...puis que du travail pour tous. Dans la série - instabilité, contestation, cancre, rêveur, perturbateur, petit con - je faisais partie de l’élite. Et pourtant, j’étais nourri normalement, c’est à dire, à partir du poulailler, du jardin du champ etc...Ce qu’on appelle, bêtement, aujourd’hui, le BIO.

Les jeunes d’aujourd’hui sont comme les jeunes d’hier et de demain. Alors ! Ou est le problème ? Dans leur assiette ou autour d’eux ? Les jeunes sont comme ils sont....des individus à l’état "jeunes"...comme je suis à l’état "plutôt vieux". Avec l’avenir qu’on veut bien leur donner et avec le poids de responsabilités, de culpabilité, d’immaturité que des adultes bien pensants chargent sur leur dos. Un coup de pédopsychiatre, un coup de vidéo surveillance, un coup de tranquillisant et maintenant le coup de l’alimentation !

Notre élevage de jeunes serait "comme ça", parce qu’ils sont mal nourris. Aujourd’hui, on (ils) vit à la micro seconde, en famille mono parentale, avec un horizon bouché, une multitude d’informations, le respect est redescendu à l’étage "tolérance", les racines de l’humain sont desséchées, et les pseudo solutions n’ont de valeur que si "études scientifiques" et, si possible américaines.

Que les jeunes soient nourris au champ ou au mac do, laissons les faire leur vie, arrêtons de les prendre pour des rats de laboratoire. Au lieu de les surveiller et de les tolérer, écoutons lès. Nous sommes leur histoire et ils ont besoin de la connaître pour aller plus loin et de la façon qui leur plaira. Avec, notre science infuse et nos vérités, nous ne sommes que des racines. Sèches si je me réfère à l’article, vivantes si on se souvient qu’un jour, nous aussi nous étions de jeunes pousses.

1 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 4 novembre 2012 a 09H44
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Bonjour et merci pour votre post.

Comme je le précise dans mon texte :

" Comment expliquer que les jeunes des générations précédentes, sans être pour autant des "anges", semblaient moins concernés par ces comportements dits asociaux ?"

Ce changement d’attitude chez les jeunes est observé par des acteurs commes les professeurs d’écoles, de collèges, de lycée ainsi que des représentants des forces de l’ordre ou encore des juges pour enfants. Cela n’est pas une vue de l’esprit et correspond à des faiits réels et concrets.

Il n’est pas question ici de culpabiliser les jeunes de quoi que ce soit mais au contraire je précise :

" La nouvelle génération a-t-elle décide, du jour au lendemain, d’adopter ces comportements excessifs, pour le seul plaisir d’être différent, de provoquer, ou cela s’explique-t-il par d’autres causes ?

Et dans ce cas, quels sont les éléments qui permettent d’expliquer ces attitudes agressives ?"

Et en l’occurence une part de responsabilité de ce changement d’attitudes des jeunes revient à différents preneurs de décision comme l’industrie agro-alimentaire entre autre et NOUS aussi qui avons laissé faire....

Les études scientifiques dont vous parlé sont validés par nombre d’expériences dans tous les pays de la planète dont la france aussi. Il suffit de changer d’alimentation pendant ne serait-ce qu’un mois par des aliments sans additifs de synthèse pour vérifier le bien fondé du lien entre l’ailimentation et l’équilibre émotionnel et mental.

Désolé mais l’expérience des fast-foods a largement était faite dans le grand public et donc il est peut etre temps de changer de stratégie alimentaire....( voir entre autre le film super size me)

Tout point de vue est intéressant et en même temps il est bon à certains moments de passer à l’expérimentation concrètes de ce que l’on affirme....

L’alimentation junk food que l’on peut aussi se procurer dans tous les supermarchés, C EST UNE EXPERIENCE QUE LES JEUNES ONT LARGEMENT FAITE !!! On peut, peut être maintenant passer à une alimentation saine pour tous et ensuite on parlera en s’appuyant sur des FAITS et non sur des théories.....

Le métabolisme neuro chimique des jeunes est le même que l’on soit américain ou chinois ou francais. Et de plus comme les produits de l’agro alimentaire sont à peu près les mêmes sur toutes la planète alors on peut prendre en considération les expériences faites au Etats-unis entre autre....

En l’occurence il ne s’agit pas de science infuse mais de réalité concrétes que bien des parents constate consternés tous les jours et cela et expliqué et validé par la science, lorsqu’elle veut bien se donner la peine de faire les études appropriées

Les racines sèches en contradiction avec la VIE c’est par exemple l’orsque l’on exprime une théorie qui n’a rien à voir avec le terrain. ou la pratique.... Ce qui favorise la mort est sec Ce qui favorise la vie est VIVANT Une nourriture dévitalisé et plein d’additifs toxique favorise quoi ????? Savez vous pourquoi les aliments dévitalitsé se conserve longtemps et n’attire même pas les vers et les bactéries. PARCE QU ILS SONT EN REALITE SEC ET MORT !!!

C’est pour cette raison que les farines blanches sont intéressante pour l’industrie car cela se conserve longtemps. Je vous propose de faire une recherche sur internet où vous verrez l’expérience d’un consommateur américain qui a conservé dans des boites de nombreux sandwiches fast food. Grâce aux conservateurs dans tous les aliments et le fait que tous les produits sont dévitalisés et bien ces sandwiches n’on pas pourris après de nombreuses années car les micro organismes ne s’intéresse pas à ce qui est MORT

Une nourriture vivante, adapté et nutritive favorise la VIE

Favoriser par l’expérience et les connaissances le fonctionnement optimal de l’organisme et des fonctions neurologique me parait aller dans le bons sens....

Laisser les jeunes se "prendre le mur" par la consommation de produits nuisibles sous prétexte de liberté me parait pas ête la meilleur option. Leur donner des informations avec lesquelles ils pourront CHOISIR en toutes connaissances de causes est peut etre une solution intéressante....

0 vote
par ecolittoral (IP:xxx.xx7.25.175) le 6 novembre 2012 a 21H24
ecolittoral (Visiteur)

les mac do et Cie existent depuis longtemps. Les salades au chlore aussi. Comment se fait il que les trentenaires ne soient pas à comportement "jeunes" ? Pour ce qui est des études scientifiques sur l’alimentation, on en à quelques tonnes en stock. Selon ce que je veux démontrer, je cherche dans telle pile ou telle autre. Les études scientifiques "pour" et les études "contre" sont à notre disposition...dans les labo "pour" comme dans les labo "contre". Etre "scientifiquement prouver", ça marche de moins en moins. Et, dans certains cas, ça permet de se cacher derrière "des experts". Parole d’amoureux des sciences avec la culture scientifique qui va avec. Les jeunes sont très bien comme ils sont. Les parents qui se lamentent je n’en vois pas beaucoup. les jeunes qui prennent les armes en Afrique n’ont jamais vu un mac do de leur vie et il y a longtemps que des jeunes américains "plutôt nerveux" regardent leur copains au mac do d’en face en espérent qu’un jour ils auront un peu d’argent pour rejoindre la bande.