Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Enfants dyslexiques : Enfin une solution ?
Enfants dyslexiques : Enfin une solution ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 juin 2012 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Enfants dyslexiques : Enfin une solution ?

Enfants dyslexiques : Enfin une solution ?

D’après une équipe de chercheurs français et italiens ayant rendu leurs conclusions au Laboratoire de psychologie cognitive de l’Université Aix-Marseille, il suffirait d’augmenter l’espace entre les lettres et entre les mots pour améliorer la vitesse et la qualité de la lecture des enfants dyslexiques.

La dyslexie est un dysfonctionnement cérébral affectant la partie du cerveau dédiée à l’interprétation du langage. Elle se caractérise par une difficulté à identifier les lettres, les syllabes ou les mots sans pour autant qu’il y ait de déficiences physiques auditives ou visuelles. Ce fléau, qui a une origine neurologique et une cause génétique, affecte près de 8 à 12% de la population. N’y a-t-il aucun moyen de venir en aide aux enfants souffrant de ce trouble ? Une équipe scientifique franco-italienne, codirigée par Johannes Ziegler du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/Aix-Marseille Université), pense avoir trouvé la solution : Il suffirait d’augmenter l’espace des lettres et des mots dans les textes soumis aux écoliers dyslexiques.
 

Une expérience menée auprès d’écoliers français et italiens a montré que, lorsque ce fut le cas, la vitesse de lecture était accrue de 20%. Mieux encore : les enfants concernés faisaient alors deux fois moins d’erreurs. L’étude a été publiée dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Science (PNAS). Mais Johannes Ziegler ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : « Nous allons poursuivre nos recherches. Car le résultat de 20% d’amélioration de la vitesse de lecture est une performance de groupe. Ce qui veut dire que certains enfants peuvent avoir eu une amélioration plus importante et d’autres moins ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Recherche Enfants Dyslexie
Commentaires
0 vote
par Medialexie (IP:xxx.xx1.14.49) le 8 juin 2012 a 15H20
Medialexie (Visiteur)

Dyslexie : espacer les lettres et les mots...

Des médias viennent d’annoncer la mise au point par des « chercheurs » d’un principe d’espacement des lettres et des mots pour aider un élève dyslexique dans sa tâche de lecture.

Médialexie souhaite rappeler que ce procédé a été intégré au sein de ses logiciels dès 2004 !

Médialexie va beaucoup plus loin : pour aider efficacement un élève dyslexique, il faut non seulement lui proposer de choisir sa police de caractères, de paramétrer l’espace entre les lettres et les mots mais aussi et surtout l’espace entre les lignes, la mise en valeur de certaines lettres, la modification de la couleur du fond de l’écran et des caractères, la mise en colonne d’un texte… Paramétrages déterminants que l’élève détermine dans son profil Médialexie.

Signalons enfin que ce procédé de personnalisation pour une aide à la lecture est également disponible dans la version téléchargeable gratuitement...

3 votes
par bhkjerfghdjhfgsdjk (IP:xxx.xx4.186.96) le 8 juin 2012 a 17H27
bhkjerfghdjhfgsdjk (Visiteur)

Pour info : La dyslexie est une des conséquences de l’hétérophorie. 100% des dys sont hétérophoriques. C’est causé par une petite malformation des muscles oculomoteurs, le plus souvent le muscle oblique inférieur et aussi l’oblique supérieur. Chez les dys, le plus important, ce serait l’action verticale et rotatoire d’un muscle oculomoteur. Les yeux des hétérophoriques dévient soit en haut et en dedans soit en haut et en dehors.

Le lien entre dyslexie et les yeux a été fait il y a fort longtemps. Malheureusement de grandes découvertes ont été oubliées, notamment Cuignet (1875), Magnus (1924), Hugonnier (1959) et Hermann von Helmholtz (1867). Tous ces auteurs ont établi que l’hétérophorie est la cause de torticolis, douleurs vertébrales, migraines ophtalmiques, troubles de la posture et de la latéralisation, dyslexie, dyspraxie et crises vagales.

Plus d’infos là (à partir du message n°25 Pseudo Lohitzun ou Lohizun) : http://blog.legardemots.fr/post/200...

Bonne lecture... :-)

0 vote
par Daniel GIRARD (IP:xxx.xx6.85.80) le 8 juin 2012 a 20H40
Daniel GIRARD (Visiteur)

Sauf erreur de ma part, les voix Virginie que vous indiquez comme étant gratuites seraient piratées. C’est en tous les cas ce qu’affirme la société éditrice Nuance. Il y a quelques temps Microsoft était tombé dans le même piège ; Virginie avait alors été retirée de leur site.

3 votes
par bhkjerfghdjhfgsdjk (IP:xxx.xx4.186.96) le 8 juin 2012 a 21H19
bhkjerfghdjhfgsdjk (Visiteur)

Pas de médicament pour les "dyd". Juste les repérer très tôt en faisant fixer un objet en mouvement, ce que les strabologues appellent les ductions. puis faire les lunettes les meilleures pour voir de loin, puis le faire lire. A ce moment rajouter un verre à+ 0,50 et re-vérifier la vision de loin (procédé de François). S’il se tient de trop près pour lire rajouter +1,25 et envisager des verres bifocaux ou progressifs. Si l’oeil droit est trop haut et la tête penchée à droite avec l’épaule trop haute de ce même côté coller derrière le verre droit une fine marque faite avec du ruban adhésif de 2 mm de côté dans l’axe supéro-interne du verre. Cela peut être fait avec un point de vernis ou d’encre. Souvent il faut faire pareil du côté gauche. Cas plus rare l’oeil dévie vers le haut et l’extérieur il faut alors placer le pont sur cet axe. La rectification de la posture indique le succès de cette tentative. Il faut le faire le plus tôt possible sur un enfant le plus jeune possible.