Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Enfants : comment faire face à la néophobie alimentaire
Enfants : comment faire face à la néophobie alimentaire
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
26 mars 2009 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

Enfants : comment faire face à la néophobie alimentaire

Enfants : comment faire face à la néophobie alimentaire

Tout(e) petit(e), il ou elle mangeait de tout avec plaisir. Là, vous ne le/la reconnaissez plus. A 3 ans, 4 ans, 5 ans, votre chérubin boude votre purée de carottes et ne réclame que des pâtes et du riz ! Vous êtes une "bonne maman" ou un "bon papa" et désirez lui assurer un bon équilibre alimentaire... Alors, que faire ?

Enfants : comment faire face à la néophobie alimentaireLa "néophobie alimentaire", une étape normale chez l’enfant !

Les spécialistes le disent. A partir de 3-4 ans et jusque vers l’âge de 6-7 ans, l’enfant traverse une période dite de "néophobie alimentaire", marquée par la crainte des aliments nouveaux.
 
" Est-ce la peur d’être transformé par la nourriture qu’il incorpore ? La peur de l’empoisonnement ? On ne le sait pas très bien explique Nathalie Rigal, psychologue, auteur d’une thèse sur les préférences alimentaires chez l’enfant.
 
Une chose est sûre, c’est que "le petit s’approprie l’aliment en lui donnant une identité". Autrement dit, il suffit de saupoudrer de persil sa purée de pommes de terre habituelle, pour que cela le/la perturbe et qu’il/elle la perçoive comme un aliment nouveau.
 
Deuxième facteur : à partir d’un an et demi ou 2 ans, l’enfant entre dans la phase du "non". La nourriture peut être un terrain privilégié pour s’affirmer et s’opposer à ses parents. Ne vous étonnez donc pas de le / la voir apprécier les haricots verts à la cantine et les refuser chez vous !

Quelle attitude adopter ?

  •  Dédramatisez ! Riz, pâtes et pommes de terre sont bons pour sa santé
Son corps dépense une sacrée énergie ; il/elle a besoin d’un gros apport de sucres lents, contenus dans les féculents. Pas question cependant de ne le/la cantonner qu’à un type d’aliment.
 
Proposez-lui de temps en temps, en plus des féculents et sans mélanger, une petite portion de légumes (pas trop grosse car l’épreuve risque alors d’être insurmontable !). "N’hésitez pas à le lui présenter plusieurs fois, à quelques jours d’intervalle. En moyenne, cinq fois. Car il/elle a besoin de temps pour s’approprier un aliment qu’il/elle ne connaît pas" explique Nathalie Rigal.
  • Demandez-lui de goûter, mais ne le/la forcez pas à manger
Evitez le chantage, le forcing, bref tout ce qui peut alimenter un rapport de force, car vous risquez d’installer un cercle vicieux et de créer un véritable conflit autour de la nourriture.
 
Compensez certains aliments par d’autres. Elle/il ne mange pas de légumes ? Donnez-lui plus de fruits ! Créez une ambiance sympathique autour de la nourriture. Préparez une table accueillante. Laissez-le/la picorer dans votre assiette s’il/elle en a envie. Associez-le/la à la préparation de plats simples : tourner la purée, casser des oeufs, étaler la pâte... Il/elle aura sûrement envie de goûter !
  •  Restez décideur et assumez votre rôle de parent !
C’est aux parents de faire les menus, et non à l’enfant. Il est bon de respecter ses goûts, mais il est hors de question de retirer des menus familiaux les aliments rejetés par votre enfant.
 
Pour les parents désirant en savoir plus sur le sujet je vous conseille le livre de Nathalie Rigal , psychologue spécialisée dans l’éducation sensorielle " La naissance du goût - comment donner aux enfants le plaisir de manger"
"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Micehlle (IP:xxx.xx1.240.106) le 30 mars 2009 a 14H37
Micehlle (Visiteur)

Très bon article. Mr SAFFER reprend la pédagogie du bon sens. Loin du forcing inefficace.

Merci pour ce billet

bien amicalement,