Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Danseur virtuose à deux ans : parle-t-on de génétique ou d’épigénétique ?
Danseur virtuose à deux ans : parle-t-on de génétique ou d'épigénétique ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
5 juin 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

DARCHE ERIC

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
64
nombre de commentaires
2
nombre de votes
151

Danseur virtuose à deux ans : parle-t-on de génétique ou d’épigénétique ?

Danseur virtuose à deux ans : parle-t-on de génétique ou d'épigénétique ?

Les facultés ou dons particuliers que certains d’entre nous possédons, sont-ils le résultat d’un patrimoine génétique hérité, ou bien cela est-il du au conditionnement que notre environnement peut exercer sur chacun d’entre nous dans notre vie ?

L'épigénétique étudie comment l'environnement et l'histoire individuelle influent sur l'expression des gènes, et plus précisément l'ensemble des modifications transmissibles d'une génération à l'autre et réversible de l'expression génétique sans altération des séquences nucléotidiques (constituants fondamentaux de la cellule vivante porteurs de l'information génétique.)

Selon différents généticiens, notre patrimoine génétique contient 3 % d'ADN qui sont actifs ou codés. Et parallèlement 97 % de notre ADN est dit "superflu", latent ou non codé. En effet ce dernier possède un champ vibratoire et électromagnétique qui est sensible à nos intentions.

Certains scientifiques admettent que l'onde émise par l'ADN peut être influencé en fonction de l'état d'esprit d'une personne. Ils ont observé que la spirale peut s'allonger ou se recroqueviller, selon notre état émotionnel : créatif, de bonheur, de joie, mais à l'inverse sous l'influence de la déprime, du manque d'entrain, de la lassitude etc.

L'ADN est sensible au magnétisme. L'ADN dit "superflu" est sous l'influence de nos choix, de nos souhaits, de notre volonté et de la qualité de notre énergie. On peut donc l'influencer par nos paroles, nos pensées et nos émotions, conscientisées.

Ainsi modifié, notre ADN nous influencera à son tour au quotidien, et nous permettra une meilleure adhésion à tous nos changements réellement choisis.

L'ADN est aussi sous l'influence de la qualité de notre alimentation et de notre environnement en général (polluant et toxiques de toutes sortes et de toutes origines...)

Sans doute que l'association d'une qualité inné conjugué avec un "environnement" favorable contribuent à expliquer l'émergence ou la concrétisation, de disposition particulière chez certaines personnes.

Pour illustrer ce questionnement entre faculté inné ou acquise voici une vidéo où l'on peut découvrir un très jeune enfant qui danse avec brio pour son âge, sur les rythmes entraînants d'Elvis Presley ! 

En tout cas, génétique ou pas, ce petit bonhomme a déjà son public car en deux mois et demie sur youtube, cette vidéo a été déjà vue plus de 13 millions de fois !!!

Vous pouvez en cliquant sur le lien suivant trouver un article décrivant l'interaction de l'alimentation sur les gènes ; phénomènes épigénétique.

http://www.ericdarche.com/12201/238...key*=*session*id*val*

 

Eric Darche Naturopathe Spécialisé en nutrition.

Consulte sur RDV. Conseil aussi par téléphone.

04 42 96 33 18

www.ericdarche.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par tiloo87 (IP:xxx.xx2.110.201) le 5 juin 2012 a 15H38
tiloo87 (Visiteur)

Un singe fait la même chose : ce n’est que de l’imitation (et probablement au détriment de capacités créatives) Le le reste de l’article est interressant. Je suis content de voir que les études du P.Zazo sur les jumeaux sont peu à peu vérifiées par les avancées de la génétique.

1 vote
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 6 juin 2012 a 11H34
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Voici un extrait de la "BIOLOGIE DES CROYANCES". de BRUCE H. LIPTON, Ph. D.

"Nous savons maintenant que l’ajustement suscité par l’environnement, peut être transmis de génération en génération. Une étude notoire, menée à l’Uninersité Duke et publiée dans l’édition de Molecular and Cellular Biology du 1er Aout 2003, démontrait qu’un environnement enrichi pouvait même annuler des mutations génétiques chez la souris (WATERLAND ET JIRTLE, 2003)

Dans cette étude, des scientifiques ont observé l’effet de suppléments alimentaires sur des souris gravides portant un gène "agouti" anormal. Les souris ont une fourrure jaune et sont extrêmement obèses, ce qui les prédispose aux maladies cardiovasculaires, au diabète et au cancer.

Dans l’expérience, un groupe de mères agouti jaunes et obèses ont reçu des suppléments alimentaires riches en méthyle qu’on retrouve dans les magasins d’alimentation naturelle : acide folique B9, vitamine B 12, et choline. On a choisi ces suppléments parce que nombre d’études avaient prouvé que le groupe chimique des méthyles contribuait à des modifications épigénétiques. Quand des groupes méthyles s’attachent à l’ADN d’un gène, ils changent les caractéristiques de liaison des protéines régulatrices des chromosomes. Si une protéine se lie trop étroitement au gène, sa manche ne peut être retirée et le gène ne peut être lu.

La méthylation d’ADN peut étouffer ou modifier l’activité d’un gène.

Cette fois la manchette "Un régime alimentairer déjoue les gènes" disait vrai.

Les mères ayant reçu des suppléments du groupe méthyle ont prduit des souris normales, minces et marron, même si leurs petits avaient le même gène AGOUTI qu’elles. Les mères AGOUTI n’ayant pas reçu de suppléments du groupe méhtyle, ont donné naissance à des petits de couleur jaune qui mangeaient beaucoup plus que les souriceaux marrons et étaient atteints par le diabète. Les souriceaux jaunes ont fini par peser près du double des souriceaux "pseudo-agouti" minces.

D’autres études ont établi que les mécanismes épigénétiques intervenaient dans une variété de maladies, dont le cancer, les maladies cardiovasculaires et le diabète."

1 vote
par Christian Navis (IP:xxx.xx5.215.213) le 6 juin 2012 a 11H07
Christian Navis (Visiteur)

Les légères modifications du génome, liées en règle générale à des facteurs environnementaux et/ou de mode de vie, qui peuvent se transmettre à la descendance sont malheureusement la plupart du temps négatives ou neutres (comme la plupart des mutations) sinon parfois positives au plan de la résistance de l’organisme, mais c’est une ânerie monumentale digne de la girafe de Lamarck de prétendre que l’aptitude à la danse ou le secret du gratin de broccolis aux 3 fromages passerrait par l’épigénome !