Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cambodge : La maladie tueuse de 64 enfants aurait été identifiée
Cambodge : La maladie tueuse de 64 enfants aurait été identifiée
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 juillet 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cambodge : La maladie tueuse de 64 enfants aurait été identifiée

Cambodge : La maladie tueuse de 64 enfants aurait été identifiée

Le mystère aurait été levé, et il ne s’agirait ni de la grippe aviaire, ni du SRAS : L’épidémie à l’origine de la mort récente d’une soixantaine d’enfants au Cambodge ces trois derniers mois serait due à un entérovirus à l’origine d’une forme grave de la maladie mains-pieds-bouche, un syndrome répandu chez les enfants. C’est, du moins, la piste confirmée le 9 juillet dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le rideau aurait été levé sur la mystérieuse maladie qui a tué des enfants par dizaines depuis ce printemps au Cambodge. Le virus tueur, qui aurait décimé les enfants après avoir occasionné de fortes fièvres, des symptômes respiratoires et neurologiques débouchant sur une pneumonie et une destruction des alvéoles dans les poumons, appartiendrait à la famille des entérovirus. Un communiqué, qui a été rédigé conjointement par l’OMS et le ministère de la Santé cambodgien, a été rendu public le 9 juillet dernier : « Selon nos résultats d’analyse, un pourcentage important de nos échantillons sont positifs à l’entérovirus EV 71 ».
 
Et cet entérovirus n’est autre qu’une forme mortelle du syndrome mains-pieds-bouche, une maladie infectieuse virale se déclarant principalement chez les enfants, et assez répandue en Asie. Le Docteur Nima Asgari, expert de santé publique auprès de l’OMS à Phnom Penh, a indiqué à cette occasion que l’entérovirus n’avait jamais été identifié auparavant au Cambodge. Des tests poussés sont encore en cours dans la capitale cambodgienne pour déterminer si les 59 enfants identifiés par l’organisation onusienne (dont la très grande majorité étaient âgés de 3 mois à 11 ans) n’ont pas été atteints par d’autres virus. Même le bilan n’est pas formellement établi : Selon le pédiatre Beat Richner, fondateur des hôpitaux charitables Kantha Bopha, ce sont 64 enfants qui auraient été concernés.

Reste, pour l’heure, que les échantillons (testés à l’Institut Pasteur du Cambodge) se sont révélés négatifs aux virus de grippe H5N1, SRAS ou Nipah. Mais si des pistes restent encore envisageables, le syndrome mains-pieds-bouche est désormais le grand accusé. Les maladies liées aux entérovirus, sont connues en France et occasionnent des syndromes généralement bénignes. Mais comme l’indique le Docteur Robert Cohen, pédiatre-infectiologue et coordinateur d’Infovac (réseau d’information et de consultation sur les vaccinations), «  on pourrait assister depuis une douzaine d’années à une mutation génétique de certaines souches d’entérovirus débouchant sur des formes sévères ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
(IP:xxx.xx8.74.219) le 11 juillet 2012 a 12H23
 (Visiteur)

Il est intéressant de constater que le Dr Beat Richner, grand pourfendeur par ailleurs de l’utilisation du chloramphénicol dans les pays en voie de développement, indique qu’on ne sait pas encore si ces enfants ne sont pas morts victimes d’un empoisonnement ou de médicaments toxiques :

http://www.beat-richner.ch/pdf/2012...