Accueil du site
> Enfants & Ados > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Autisme : Les approches psychanalytiques en prennent un coup
Autisme : Les approches psychanalytiques en prennent un coup
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 mars 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Autisme : Les approches psychanalytiques en prennent un coup

Autisme : Les approches psychanalytiques en prennent un coup

La Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services médicaux-sociaux (Anesm) ont estimé qu’il n’est pas possible de conclure à une quelconque pertinence des approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle en matière de traitement des enfants victimes d’autisme. Les organismes, qui ont rendu cet avis dans leurs recommandations publiées le 8 mars, ne condamnent toutefois pas ces pratiques.

Le député UMP Daniel Fasquelle et plusieurs associations entendaient « en découdre avec l’approche psychanalytique de l’autisme ». Ils en seront pour leurs frais. Jean-Luc Harousseau, président de la HAS, ne va pas aussi loin. Lors d’un point presse venant accompagner la sortie de son rapport sur le traitement de l’autisme et divers troubles envahissants du développement chez les enfants et adolescents, auxquels ont collaboré les services de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services médicaux-sociaux (Anesm), l’intéressé a donné sa vision des choses.

Pour ce dernier, « les psychiatres sont des médecins comme les autres, ils doivent se soumettre aux règles d’évaluation ». Dans le rapport en question, il est vrai que les choses sont présentées sans ambiguïté : « L’absence de données sur leur efficacité et la divergence des avis exprimés ne permettent pas de conclure à la pertinence des interventions fondées sur les approches psychanalytiques, ni sur la psychothérapie institutionnelle ». La HAS, cependant, ne va pas jusqu’à déconseiller la méthode. Tout comme l’Anesm, la Haute Autorité de Santé se limite à qualifier l'approche psychanalytique et la psychothérapie institutionnelle de « non consensuelles » en mettant l'accent sur la pertinence des méthodes éducatives et comportementales, type ABA ou Teach.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Mots-clés :
Enfants Autisme