Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Que penser des cosmétiques pour bébés ?
Que penser des cosmétiques pour bébés ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
17 octobre 2008
Auteur de l'article
Bambin Nature, 43 articles (Site internet)

Bambin Nature

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
43
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Que penser des cosmétiques pour bébés ?

Que penser des cosmétiques pour bébés ?
JPEG - 22.1 ko
bébé

La peau est, en terme de surface, notre organe le plus important. Cette enveloppe protectrice très sensible n’est pas une barrière imperméable mais, au contraire une véritable “éponge”. D’après Rob McCaleb, président du centre de recherche Herb Research Foundation (Boulder, Colorado), « jusqu’à 60 % de n’importe quel produit appliqué sur la peau est absorbé par l’organisme, d’où la nécessité de choisir les cosmétiques avec le même soin que les produits alimentaires ». Certains professionnels estiment ainsi que les femmes absorberaient, chaque année, par la peau, 2 kilogrammes de produits chimiques.

Dans ce cas, que penser des cosmétiques destinés aux tout-petits dont la peau est d’autant plus fine et délicate ? Divers experts réunis au sein du Comité pour le développement durable en santé (C2DS) viennent (enfin !) de tirer le signal d’alarme. Ils dénoncent le « cocktail toxique » constitué par les cosmétiques pour bébés et visent tout particulièrement les échantillons gratuits offerts dans les maternités aux femmes qui viennent d’accoucher. Ces produits « ont la caution des blouses blanches et contiennent des substances classées cancérigènes ou reprotoxiques » s’indigne Véronique Molières, cofondatrice du C2DS.

Dans ce contexte, Bambin Nature fait le point sur les ingrédients les plus dangereux et vous aide à y voir plus clair dans la multitude de produits proposés au rayon des soins pour bébés.

Les spécificités de la peau de bébé

Si la peau d’un bébé né à terme n’est pas différente de celle de l’adulte, elle est toutefois immature dans ses fonctions de protection, de transmissions et d’échanges entre l’organisme et l’environnement extérieur. Ce n’est que vers l’âge de 8-10 ans que la peau de votre enfant atteindra sa maturité. Avant cela, l’épiderme est mince et perméable, son pouvoir d’absorption est particulièrement élevé. Les glandes sébacées qui produisent le sébum, cette substance grasse qui lubrifie, imperméabilise et protège la peau des irritations, sont, chez l’enfant, beaucoup moins actives. Le film hydrolipidique de surface est quant à lui quasi inexistant, ce qui entraîne sécheresse cutanée et rougeurs (érythème fessier). La production de mélanine est encore peu développée et n’offre donc pas une protection suffisante contre les UV.

La peau des jeunes enfants est donc particulièrement fragile, facilement irritable et nécessite par conséquent des soins spécifiques. Il est donc indispensable d’utiliser des produits d’hygiène et de soins adaptés.

Les ingrédients à proscrire

L’équipe de chercheurs du C2DS, dont l’endocrinologue André Cicollela et le cancérologue Dominique Belpomme, a analysé avec soin les étiquettes des produits cosmétiques destinés aux tout-petits. Parmi les ingrédients rencontrés, on retrouve des parabens, des conservateurs de synthèse qui perturbent les hormones humaines et notamment les œstrogènes, mais aussi des phtalates, des dérivés d’un hydrocarbure aromatique qui, à hautes doses, réduisent la fertilité, causent des hypertrophies des testicules et peuvent avoir des effets sur le cœur et le foie. Enfin, certains produits de soin contiennent du phénoxyéthanol, un éther de glycol dangereux pour le système nerveux et le sang.

Difficile de faire le tri parmi tous ces ingrédients, d’autant que la lecture des listes de composants est fastidieuse et pas toujours aisée. Pourtant, c’est la seule manière de vous garantir de l’absence d’ingrédients dangereux pour votre enfant, qu’ils soient responsables d’allergies diverses ou, pire, de cancers. Pour vous aider, Bambin Nature vous propose un récapitulatif des produits à proscrire et, au contraire, de ceux à privilégier.

NominationUtilisation, origine, dangers reconnusSolution
Huiles minérales (petrolatum ou vaseline, paraffinum liquidum ou paraffine, glycérine non végétale…)Excipients [1] les plus utilisés car très bon marché. Obstruent les pores, créent des irritations cutanées et empêchent la peau de respirer. Reconnu, par l’OMS, toxique par accumulation dans l’organisme, notamment dans le foie.Huiles et graisses végétales obtenues par première pression à froid de graines, fruits et plantes (huile d’amande douce, de jojoba, de chanvre, de calendula, beurre de karité, glycérine végétale…)
Huile de silicone et dérivés (dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane, cyclohexasiloxane…)Substances entièrement synthétiques, dérivées du silicium. Très peu biodégradables et donc nocives pour l’environnement et indirectement sur la santé. Huiles et graisses végétales
Glycols (propylène glycol, butylène glycol, les PEG ou polyéthylène glycol et les PPG ou polypropylène glycol…)Emulsifiants [2] très utilisés. Les PEG sont obtenus à partir de gaz et de manipulations extrêmement dangereux. Nombre d’entre eux sont toxiques (système nerveux, reins, foie, reproduction) et/ou cancérigènes potentiels. Emulsionnants naturels
Sodium laureth sulfateAgent moussant irritant, très agressif, responsable d’irritations cutanées et allergiques au niveau de la peau, des yeux et des muqueuses.Agents moussants d’origine végétale
Parabens (méthylparaben, éthylparaben, propylparaben, butylparaben, isobutylparaben)Conservateurs d’origine synthétique les plus utilisés, y compris dans les lingettes pour bébé. Sérieusement soupçonnés d’être cancérigènes et allergènes.Conservateurs de synthèse les plus doux (acide benzoïque, acide salicylique, acide sorbique, acide benzylique). Certaines huiles essentielles peuvent être utilisées comme conservateur.
PhénoxyéthanolConservateur. Toxique sur l’appareil reproducteur.Conservateurs de synthèse les plus doux ou huiles essentielles
FormaldéhydesConservateurs. Substances cancérigènes. Leur taux ne doit pas dépasser 0,2 % pour la conservation, 0,1 % dans les produits de soins buccaux et 5 % dans les durcisseurs d’ongles. Conservateurs de synthèse les plus doux ou huiles essentielles
Parfums de synthèseSouvent irritants voire allergisants.Huiles essentielles
Colorants de synthèseCertains d’entre eux seraient potentiellement cancérigènes.Colorants naturels

A quel label se vouer ?

Depuis l’automne 2002, un cahier des charges de la cosmétique écologique et biologique a été déposé au Ministère français de l’Industrie et du Commerce ; il contribue à clarifier et garantir aux consommateurs une nouvelle cosmétique naturelle. Pour cela, deux listes ont été établies : la première recense les produits à fonction cosmétique agréés en raison de leur origine et des procédés de transformation physique ou chimique qui en permettent l’obtention, l’autre interdit l’usage d’un grand nombre d’ingrédients pourtant largement utilisés en cosmétique traditionnelle.

A partir de ces impératifs de formulation, Cosmébio propose deux niveaux de certification.

Logo label Eco Label Eco :
- 95 % minimum du total des ingrédients sont d’origine naturelle [3],
- 50 % minimum du total des végétaux sont issus de l’agriculture biologique,
- 5 % minimum du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique,
- 5 % maximum d’ingrédients de synthèse.


Logo label Bio Label Bio :
- 95 % minimum du total des ingrédients sont d’origine naturelle,
- 95 % minimum du total des végétaux sont issus de l’agriculture biologique,
- 10 % minimum du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique,
- 5 % maximum d’ingrédients de synthèse.

Les deux labels garantissent que les produits ont été contrôlés par Ecocert ou Qualité France.

  • Label “Cosmétique naturelle contrôlée”

Logo label Cosmétique naturelle contrôlée Ce label est certifié par le BDIH, fédération allemande de marques pharmaceutiques et d’industries œuvrant dans le domaine de la santé, de la diététique et des produits d’hygiène. L’ossature du cahier des charges BDIH est une “liste positive” d’ingrédients autorisés. Cette liste contient 690 composants sur les 20 000 répertoriés. Un seul ingrédient non autorisé exclut la certification du produit entier. Le contrôle est effectué une fois par an. Le certificat de conformité est donné produit par produit (pas de certification de marque). Il est valable 15 mois.


  • Label “Nature & Progrès”

Logo label Nature & Progrès Les produits cosmétiques et d’hygiène corporelle Nature & Progrès sont issus de substances ou de composition de matières premières obtenues en ayant recours à des procédés physiques ou chimiques simples, sans utilisation de molécules de synthèse, et répondant, à toutes les étapes de la fabrication, à des normes et à des critères précis de respect de l’environnement. Ils ne contiennent pas de composés pétrochimiques, de produits de synthèse, de parfums ou de colorants de synthèse. Les ingrédients végétaux y sont nécessairement issus de l’agriculture biologique.

  • Label “Ecocert”

Logo Ecocert
Le label garantit que les produits ont été certifiés par Ecocert.

 

Pour aller plus loin...

En savoir plus sur les ingrédients contenus dans plus de 500 produits cosmétiques de 180 marques.

Couverture La vérité sur les cosmétiques
« La vérité sur les cosmétiques » par Rita Stiens aux éditions Leduc. S

 

 

 

 

 

Notes

[1] Un excipient désigne toute substance autre que le principe actif dans un médicament, un cosmétique ou un aliment. Son addition est destinée à conférer une consistance donnée, ou d’autres caractéristiques physiques ou gustatives particulières, au produit final, tout en évitant toute interaction, particulièrement chimique, avec le principe actif (Source : Wikipédia).

[2] Les émulsifiants ou émulsionnants sont des substances utilisées pour réaliser ou conserver une émulsion (préparation pharmaceutique liquide, d’apparence laiteuse, tenant en suspension une substance huileuse).

[3] Par “origine naturelle”, Cosmébio entend que les matières premières ne sont pas issues de la pétrochimie et ont été transformées selon des procédés respectueux de l’environnement.

Bambin Nature, le site dédié aux soins naturels des tout-petits
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Bébé