Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mamans : comment porter bébé ?
Mamans : comment porter bébé ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
13 mars 2009
Auteur de l'article
Bambin Nature, 43 articles (Site internet)

Bambin Nature

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
43
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Mamans : comment porter bébé ?

Mamans : comment porter bébé ?

Le portage, aujourd’hui très à la mode, concerne aussi bien le fait de porter son enfant sur le ventre, la hanche que le dos. De la simple écharpe nouée au porte-bébé plus moderne, les solutions sont nombreuses pour garder bambin près de soi.

Chez les marsupiaux, la poche de la mère est conçue de manière à ce que le petit, encore immature à sa naissance, y finisse son développement en toute sécurité et quiétude. Le portage pourrait s’apparenter à cette pratique car il apporte de nombreux bénéfices en termes de développement moteur, affectif mais aussi social de l’enfant, tout en étant très pratique pour les parents.

Tour du monde du portage

JPEG - 14 ko
Mamans : comment porter bébé ?

De nombreuses populations à travers le monde n’utilisent que le portage pour transporter leur bébé et veiller sur lui.

 

En Afrique, il n’est pas rare de voir des femmes porter plusieurs enfants en même temps. Cette technique est préférée pour des raisons pratiques (terrains accidentés, peu de moyens financiers pour acheter des poussettes), mais aussi à cause de certaines croyances. Ainsi, les mères Mossis du Burkina Faso ne posent pas leur enfant au sol dans la brousse par peur que ce dernier ne soit attaqué par de mauvais esprits [1].

En Papouasie-Nouvelle Guinée, le bébé est glissé dans un filet qui rappelle l’utérus, puisqu’il s’étire et se rétrécit en fonction de la position du bébé. Ce système peut rappeler la méthode de portage des Inuits, chez lesquels l’enfant est plongé dans un sac à bébé, enfoui sous les vêtements, contre le corps de sa mère, afin qu’il reste bien au chaud. En effet, les très jeunes enfants ont encore du mal à réguler leur température ; cependant, collés contre leur mère, ils sont maintenu à 37º C quelle que soit la température extérieure.

Le concept du Continuum

Depuis la nuit des temps, les mères du monde entier ont eu recours aux techniques de portage. Ce n’est d’ailleurs qu’au début du XIX ème siècle qu’il est, en Occident, recommandé de séparer le bébé de sa mère afin de le rendre autonome plus rapidement.

Cet acte représente une abomination pour Jean Liedloff [2], comme l’explique son ouvrage « Le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu » [3]. Son argumentation est simple : un bébé qui passe 9 mois à l’intérieur du ventre de sa mère ne peut pas en être séparé brutalement, du jour au lendemain, sans angoisses, ni peurs.

Elle émet cette théorie après un long séjour auprès des Yekwanas et des Sanemas, deux tribus amazoniennes. Les mères de ces tribus gardent leur nourrisson en contact étroit, jour et nuit, jusqu’à ce qu’ils soient capables de ramper. Jean Liedloff a pu constater que les enfants de ces tribus sont très heureux et ne font ni caprices, ni colères.

Les avantages pour le bébé

Qu’il pleuve ou qu’il vente, bébé est toujours à température idéale, tout contre sa maman ou son papa. Même en cas de canicule, le contact peau contre peau aide l’enfant à transpirer et ainsi à réguler sa température.

Le bébé est rassuré par le contact du parent, il pleure donc moins, dort et se nourrit mieux.

L’enfant porté est également actif musculairement puisqu’il s’agrippe au porteur. Par ailleurs, les mouvements du transport stimulent son système vestibulaire [4]. Il peut ainsi développer plus précocement ses aptitudes psychomotrices et marcher plus tôt.

Enfin, l’enfant porté participe à toutes les activités de ses parents ; il est proche du reste de la famille et des autres personnes plus régulièrement. Son besoin de contact est satisfait, il a donc moins tendance à réclamer de l’attention. Il devient aussi plus sociable car il a l’habitude de voir de nombreux visages [5].

Les avantages pour les parents

 Le portage est tout d’abord pratique parce qu’il permet d’être plus mobile. Routes escarpées, accidentées, escaliers, transports en commun : plus rien ne freine les parents dans leurs déplacements.

Le fait d’avoir bébé sous la main permet de subvenir à ses besoins plus rapidement et, porté sur le ventre, il est déjà en position “tétée”. La maman se sent donc plus compétente, plus sereine et a moins de difficultés à laisser bébé évoluer seul par la suite. Une mère plus confiante a également moins de risques de développer une dépression postnatale.

De plus, en contact rapproché avec leur enfant, les parents apprennent à connaître leur bout’choux plus rapidement et tissent des liens plus étroits. Une expérience relatée dans The Lancet en 1987 va dans ce sens. Les chercheurs ont distribué de façon aléatoire, à deux groupes de mères de milieux défavorisés, des porte-bébés en tissu ou des sièges en plastique en leur demandant de s’en servir régulièrement. Treize mois plus tard, les chercheurs ont testé la qualité de l’attachement mère-enfant : 83 % des enfants portés montraient un attachement sécurisé, contre 38 % des enfants du groupe des sièges en plastique. [6]

La méthode Kangourou

 La méthode kangourou a été inventée en 1978 par le Docteur Edgar Rey Sanabria, en Colombie, pour répondre à la pénurie de couveuses destinées aux prématurés. Cette technique consiste à placer de manière continue le nouveau-né peau contre peau, contre l’un de ses parents. Grâce à ce système, la température de l’enfant est régulée par le corps des parents, les risques d’infections nosocomiales sont minorés et la lactation de la maman est stimulée.

Bien-sûr, cette méthode est une solution d’urgence permettant de répondre à une situation de crise, mais qui contraint les parents de se relayer 24 heures sur 24 pour soutenir l’enfant. Elle est aujourd’hui adaptée à nos sociétés occidentales pour favoriser l’attachement parents-enfant et se pratique de plus en plus, notamment en France.

En pratique

Il peut sembler difficile de toujours porter ce petit poids alors que le corps est encore fatigué des suites de l’accouchement. Mais un bébé ne pesant que 3 kilogrammes n’est rien comparé aux quelques 10 kilogrammes pris pendant la grossesse.

Manuella Favreau, sage-femme et présidente de l’association Porter son Bébé, témoigne : « ce n’est pas fatigant si on le porte tout de suite, par contre le réglage de l’écharpe est très important, car si le nœud est trop haut ou trop bas, cela peut entrainer des douleurs de dos ». Il est donc important de faire un stage pour apprendre à bien nouer l’écharpe, les schémas explicatifs fournis n’étant généralement pas suffisants.

Puis, vers 2-3 mois, le bambin nécessitant moins de contact et surtout commençant à devenir lourd, le portage devient essentiellement un moyen de transport pratique, bien moins encombrant que la poussette.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Manuella Favreau

En guise de conclusion

Le portage s’adapte à tous les parents. Il est idéal pour ceux qui ont un besoin important de contact avec leur enfant car il permet de garder toujours bambin près de soi, tout en ayant les mains libres pour d’autres activités. Pour d’autres parents, c’est seulement un moyen de transport pratique.

Quoi qu’il en soit, à n’en pas douter, même en poussette, bébé deviendra très sociable et souriant s’il reçoit suffisamment d’amour et d’affection.

 

Pour aller plus loin

 

 

Trouver un atelier de portage en France, en Belgique ou au Québec.

Couverture Bébés du monde
« Bébés du monde » par Béatrice Fontanel et Claire d’Harcourt aux Editions De La Martinière

Retrouvez cet ouvrage chez notre partenaire PriceMinister




Couverture Baby-gami
« Baby-gami. L’art d’envelopper et de porter bébé en toutes circonstances » par Andréa Sarvady aux éditions Tornade

Retrouvez cet ouvrage chez notre partenaire PriceMinister

 

 

Sources

 

 

[1] « Bébés du monde  » par Béatrice Fontanel et Claire d’Harcourt aux Editions De La Martinière

[2] Se prononce “jin”, comme le pantalon, car c’est une femme.

[3] « Le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu  » par Jean Liedloff aux éditions Ambre

[4] Le système vestibulaire est « le système sensoriel principal de la perception du mouvement et de l’orientation par rapport à la verticale. Il est donc à la base du sens de l’équilibre » (Source : Wikipédia).

[5] Source : portersonbebe.com

[6] Source : portersonbebe.com

Bambin Nature, le site dédié aux soins naturels des tout-petits
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Bébé