Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les étapes de la diversification alimentaire
Les étapes de la diversification alimentaire
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
24 avril 2008
Auteur de l'article
Bambin Nature, 43 articles (Site internet)

Bambin Nature

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
43
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les étapes de la diversification alimentaire

Les étapes de la diversification alimentaire

Alors que vous veniez peut-être juste de trouver le bon rythme des tétées ou des biberons, voici venu le temps de la diversification alimentaire, période cruciale de l’introduction de nouveaux aliments qui viennent enrichir l’alimentation jusque là exclusivement lactée du nourrisson.

Cette étape peut être délicate à gérer. Les interrogations ne manquent pas. A quel moment doit-on débuter la diversification alimentaire ? Par quels aliments faut-il commencer ? A quel rythme ? Autant de questions auxquelles Bambin Nature répond pour vous.

  • Principes :

Si les avis diffèrent quant au bon moment pour commencer la diversification alimentaire, la majorité des spécialistes s’accordent sur une fourchette comprise entre 4 et 6 mois. Chaque bébé évoluant et grandissant à son rythme, votre pédiatre sera le mieux placé pour vous donner le feu vert. Sachez tout de même qu’il est nécessaire de diversifier l’alimentation du bébé nourri au biberon plus précocement que celui allaité au sein car le lait reconstitué est moins complet que le lait maternel qui se modifie au fil du temps pour s’adapter aux besoins du nourrisson.

Il est essentiel de ne pas précipiter les débuts de la diversification alimentaire. Attendre les 6 mois de l’enfant est aujourd’hui largement préconisé pour prévenir l’apparition d’allergies alimentaires. L’introduction de certains aliments potentiellement allergisants, comme le gluten des céréales ou les œufs, devra être plus tardive encore. La diversification alimentaire doit se faire en douceur, graduellement, en n’introduisant pas plus d’un nouvel aliment à la fois pour laisser à bébé le temps de s’adapter.

  • De 4 à 6 mois

Si vous optez pour une diversification alimentaire dès 4 mois, n’oubliez pas que le lait doit rester la base de l’alimentation de votre bambin. Les nouveaux aliments que vous proposerez à bébé ne seront que des compléments du lait maternel ou infantile. Bébé ne sachant pas mastiquer, les premiers aliments proposés doivent se présenter sous la forme de bouillie ou de purée.

La grande aventure de la diversification alimentaire débute généralement avec les céréales présentées sous forme de farines sans gluten. Versées dans un biberon de lait tiède, elles permettent d’éveiller en douceur le goût de bébé.

Viennent ensuite les fruits et les légumes. Mais attention, pas n’importe lesquels et pas n’importe comment. Les tout-petits apprécient particulièrement les fruits tels que la pomme, la poire, la banane et l’orange. Ils supportent aussi très bien la pêche, l’abricot, le pruneau et le coing. Proposez les fruits sous forme de jus 100 % purs ou cuits, mixés en compote, sans sucre ajouté. Pour commencer, vous pourrez diluer une à deux cuillerées de compote par jour dans le biberon afin de proposer ces nouvelles saveurs sous une forme liquide à laquelle votre bébé est familier. Augmentez progressivement les quantités puis essayez avec une petite cuillère en plastique adaptée aux gencives particulièrement sensibles de votre enfant.

Tous les enfants ont une préférence pour les saveurs sucrées aussi, lors de l’introduction des légumes, optez pour des valeurs sûres. Choisissez des légumes aux saveurs douces, peu fibreux, cuits à l’eau ou à la vapeur, sans ajout de sel ni de graisses : carottes, blanc de poireaux et haricots verts. La pomme de terre vous servira de liant. Un peu plus tard, essayez la courgette (épépinée et sans peau), le brocoli et le potiron. Comme pour les fruits, introduisez pour commencer une cuillerée à café de purée de légumes dans le biberon de lait de midi ; quantité que vous augmenterez petit à petit tout en supprimant la quantité équivalente de lait, jusqu’à obtenir la consistance d’une purée. Vous remplacerez alors le biberon du midi par la purée de légumes.

Attention, comme pour tout nouvel aliment, ne proposez qu’un seul nouveau fruit et qu’un seul nouveau légume par jour pour que bébé puisse se familiariser au nouveau goût.

  • De 6 à 8 mois

Bébé grandit et ses besoins nutritionnels se modifient. L’alimentation de votre enfant doit s’adapter à ces changements et se diversifier avec l’introduction de la viande et du poisson. Le lait doit cependant rester présent, avec deux biberons par jour.

A partir de 6 mois, bébé peut faire de nouvelles découvertes gustatives. Viande et poisson finement hachés et jaune d’œuf cuit peuvent dorénavant être proposés. Au départ, il est préférable de privilégier les viandes et poissons maigres. Pensez au poulet, à la dinde, au bœuf et au veau. Pour le poisson, choisissez plutôt le cabillaud, le lieu, la limande, le colin, la sole ou la dorade. Le jaune d’œuf cuit et écrasé peut également faire partie du menu, mais ne donnez pas à bébé de blanc d’œuf avant 12 mois car il peut être allergisant.

Veillez à ne pas surévaluer les portions offertes. Jusqu’à 2 ans, un enfant ne doit manger ces aliments qu’en très petites quantités car l’excès de protéines est en partie responsable de l’obésité. Vous pouvez commencer par lui servir, au déjeuner, une cuillerée à café, puis deux de viande ou de poisson mixé (10 grammes). Après quelques semaines, vous pouvez passer à trois ou quatre cuillerées à café, soit 15 à 20 grammes de viande ou de poisson mixé, toujours le midi.

Autre nouveauté pour bébé : les yaourts, petits suisses et fromages blancs qui peuvent être ajoutés, une fois par jour. Les fruits et légumes doivent toujours être présents dans l’alimentation de votre enfant. Vous pouvez maintenant lui proposer les fruits et légumes, toujours cuits mais avec une texture plus épaisse, écrasés à la fourchette par exemple. Les fruits à pépins comme la fraise et la framboise peuvent élargir la gamme de saveurs offerte à bébé.

  • De 8 à 12 mois

L’alimentation de votre enfant évolue encore. De nouvelles consistances peuvent lui être présentées. Si bébé ne peut pas encore réellement mastiquer, il peut mâchouiller toutefois de petits morceaux. Assis sur sa chaise haute, il va commencer à utiliser lui-même sa cuillère, mais sans renoncer à manipuler les aliments avec ses mains.

Viande et poisson sont maintenant hachés de manière à garder de très petits morceaux. Vous pouvez introduire les viandes plus grasses, mais toujours cuisinées sans ajout de matière grasse. Fruits et légumes peuvent être écrasés à la cuillère ou coupés en petits morceaux. Les fruits peuvent être servis crus, mais les légumes doivent toujours être cuits jusqu’à l’âge de 12 mois. Pâtes, semoule, vermicelles peuvent maintenant être introduits. Une noisette de beurre ou une cuillerée à café d’huile peut être ajoutée aux potages, purées ou sur les pâtes.

Le fromage à pâte molle peut être introduit dans l’alimentation de bébé. Proposez-lui des fromages pasteurisés ; les fromages au lait cru n’étant introduits que vers 3 ans. Par ailleurs, continuez à donner 2 biberons de lait et un laitage par jour.

  • A partir de 12 mois

L’alimentation de votre enfant va progressivement s’approcher de celle, diversifiée et équilibrée, du reste de la famille. Il peut maintenant tolérer des recettes plus complexes. C’est le moment de lui donner de bonnes habitudes alimentaires.

Le lait reste toujours important dans son alimentation et doit être offert à raison de 500 millilitres minimum par jour. Les protéines animales (viande, poisson ou œufs) doivent être présentes tous les jours, à midi, à raison de 25 à 30 grammes maximum ; à partir de 18 mois, cette quantité sera augmentée de 10 grammes chaque année. A partir d’un an, l’œuf entier peut être introduit dans l’alimentation de bébé, sous forme d’œuf à la coque, poché ou dans un dessert.

Il n’y a plus aucune restriction quant aux fruits et légumes qui peuvent être dorénavant donnés à volonté et de façon variée. Les légumes peuvent maintenant être donnés crus. Votre bambin est également prêt pour les légumes secs à condition qu’ils soient mixés en purée : haricots, pois cassés, lentilles…

Par ailleurs, vous pouvez commencer à diversifier les féculents ; le riz blanc, les pâtes (nouilles, macaronis, spaghettis, tagliatelles) et le pain peuvent désormais faire partie de la ration calorique de votre enfant.

  • Cuisinons bio

Parce que l’organisme de votre bébé est fragile et qu’il lui faudra du temps pour développer ses propres défenses, il est essentiel de privilégier les produits de saison frais, issus de producteurs locaux pratiquant une agriculture biologique contrôlée, et de ne pas les dénaturer en leur faisant subir des traitements trop agressifs (épluchage, cuisson...).

  • En guise de conclusion...

La diversification alimentaire est une aventure que vous allez vivre avec votre enfant. Au-delà de l’éveil du goût, c’est l’occasion pour vous de faire partager à votre bambin l’envie et le plaisir de manger. Il est possible que le voyage ne se passe pas sans embûches mais, en faisant preuve de patience et de persévérance, vous le conduirez vers une alimentation équilibrée et diversifiée.

Plus tard, pour continuer à lui faire découvrir et accepter de nouvelles saveurs, pensez à l’emmener au marché, à la cueillette ou à la ferme et faites-le cuisiner avec vous.

Crédit photo : www.eveiletjeux.com

Bambin Nature, le site dédié aux soins naturels des tout-petits
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Aliments Bébé