Accueil du site
> Enfants & Ados > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La télévision, quels dangers pour les enfants ?
La télévision, quels dangers pour les enfants ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 juin 2008 | 11 commentaires
Auteur de l'article
Christelle, 7 articles (Rédacteur)

Christelle

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La télévision, quels dangers pour les enfants ?

La télévision, quels dangers pour les enfants ?

Le débat sur les dangers de la télévision pour les enfants est lancé. Le CSA veut interdire aux chaînes de télévision dédiées aux petits de promouvoir un intérêt pour le développement et l’apprentissage des enfants dans leur argumentaire commercial. Et pour cause, laisser ses enfants devant la télévision peut présenter des effets « négatifs » pour « la maturation des enfants, en matière de capacité d’apprentissage » d’après Didier Houssin, directeur de la Direction générale de la Santé.


Des dangers avérés pour les enfants

Les dangers de la télévision ne sont plus à prouver. Tous les scientifiques sont unanimes : l’abus de télé nuit aux neurones en plein développement des enfants, et affecte leur comportement et leur santé. Un lien entre la télévision et les nouveaux troubles de l’enfance a été clairement établi par les experts du monde entier.


En effet, la télévision plonge dans un état proche de l’hypnose les enfants qui restent scotchés. Aussitôt le poste allumé, des ondes lentes, dites « alpha », prennent le relais des ondes «  bêta », celles de l’éveil sur le cerveau. L’enfant est alors plongé dans un état de légère léthargie, proche de celui d’endormissement. Les enfants regardant beaucoup la télé ont également une nette prédominance de l’activité cérébrale dans l’hémisphère droit, celui qui traite l’information de façon émotionnelle. Résultat : l’esprit critique est annihilé et la capacité d’apprendre diminue.


-La télévision altère la capacité d’imagination de l’enfant c’est à dire sa capacité de représentation. Le pédiatre allemand Peter Winterstein a ainsi montré que plus les enfants passent du temps devant le poste, plus leurs dessins s’appauvrissent en détails et perdent de leur relief, quand ils ne sont pas carrément déstructurés pour les plus « téléphages ».

Dessins faits par des enfants de 5-6 ans, scolarisés depuis l’âge de 3 ans. Le groupe du haut étant celui qui regarde le moins la télévision (moins d’une heure par jour), celui du bas, les enfants qui regardent la télé plus de 3 heures par jour.


-La télévision nuit à la concentration de l’enfant et donc sa capacité d’apprentissage. Plus un bébé aura regardé la télévision, plus ses risques d’échouer dès le cours préparatoire seront élevés. Une enquête néo-zélandaise a ainsi démontré plus les individus avaient abusé de la télé pendant leur enfance, moins leur niveau d’études était élevé.


-Perturbation du sommeil : La consommation télévisuelle augmente cauchemars, difficultés à s’endormir et réveils au milieu de la nuit, aussi bien chez le bébé que chez l’enfant.


-Augmentation de l’obésité : les jeunes de 8 à 16 ans qui passent plus de quatre heures par jour devant la télé sont plus gros que ceux qui la regardent moins de deux heures, c’est ce qu’a révélé une enquête gouvernementale américaine (2)


- Plus de violence et un « syndrome du monde méchant » : A force d’être exposés à des images violentes, certains enfants peuvent progressivement s’habituer à la violence et en viennent à la reproduire sans émotion.(3) La violence des images peut provoquer une angoisse de la part de l’enfant qui aura peur de la vie et des autres (il se sent bientôt le devoir d’être violent avec les autres parce qu’il est persuadé que les autres ne vont pas tarder à l’être avec lui). La violence des images à la télévision peut donc empêcher l’enfant de développer son libre arbitre et son individualité.


Quels dangers spécifiques pour les bébés ?

Deux chaînes de TV destinées aux tout petits ont été lancées récemment en France. Baby TV, lancée en 2005, qui s’adresse aux « tout petits » et Baby First, lancée en 2007, qui cible les enfants de « 6 mois à 3 ans ». Selon le CIEM, collectif interassociatif enfance et média, le lancement de chaînes de télévision destinées aux enfants de 6 mois à 3 ans pose quatre problèmes(4).


-Le développement d’un jeune enfant passe par la motricité et la capacité d’interagir avec les différents objets qu’il rencontre. Il est à craindre que le temps passé par l’enfant devant les émissions d’une chaîne de télévision ne l’éloigne de ces activités motrices, exploratoires et interhumaines, fondamentales pour son développement à cet âge.



- L’enfant ne se développe que s’il peut se percevoir comme un agent de transformation de son environnement. Il est à craindre que l’installation d’un tout-petit devant un écran ne réduise son sentiment de pouvoir agir sur le monde et ne l’enkyste dans un statut de spectateur du monde.



- La création de chaînes émettant en continu 24 heures sur 24 pourrait inciter certains parents à utiliser la télévision comme un moyen facile d’endormir leur enfant.



- L’être humain est capable de s’accrocher aux éléments les plus présents de son environnement, dès les débuts de la vie, et notamment à ceux dont il a l’impression qu’ils le regardent. Certains enfants exposés dés le plus jeune âge pourraient se sentir « bien au monde » - autrement dit sécurisés - que si un écran de télévision est allumé près d’eux.

Les experts français appellent les parents à la prudence par rapport aux chaînes de télévision pour enfants.

Les pouvoirs publics mettent en garde les parents contre les chaînes télévisées destinées aux moins de trois ans. La ministre de la Culture, Christine Albanel, a appelé vendredi dernier parents et diffuseurs à faire "très attention" aux effets de ces chaînes télévisées : "Autant avec les programmes pour jeunes et ados, vous pouvez, avec des programmes de qualité, faire passer des quantités de messages (...) autant pour les bébés, on voit bien que c’est une façon de les matraquer d’images et de sons. On ne sait pas quel effet cela peut avoir sur des tout petits". La direction générale de la santé a rendu quant à elle un avis défavorable sur la télévision pour les moins de trois ans.


Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) travaille depuis plusieurs semaines sur le sujet, afin de statuer sur des recommandations. Les chaînes dédiées aux enfants ainsi que les opérateurs qui les diffusent (CanalSat, Neufcégétel, TPS...) seront peut être bientôt obligés d’informer sur les risques que représentent la télé pour la santé des enfants de moins de trois ans. Promouvoir dans leur argumentaire commercial un bénéfice éventuel pour les tout petits pourrait également leur être interdit. En octobre, BabyFirst qualifiait en effet leur chaîne d’ ‘outil ludo-éducatif que les parents attendaient’, tandis que BabyTVsur son site assurait "favoriser l’éveil, l’activité et l’interaction".


Serge Tisseron, pédopsychiatre, dénonce ces mensonges : "Ces chaînes disent en gros : « mettez vos bébés devant la télévision, ils se développeront plus vite ». C’est le monde à l’envers !", a t-il déclaré à l’AFP. "Rien ne vaut les interactions humaines, aucun écran ne peut faire mieux".


Seul bémol, le CSA ne peut contrôler que les chaînes françaises. Les chaînes Baby first et Baby TV ont ainsi été autorisées par le Royaume Uni (OFCOM, instance de régulation) et n’ont donc pas eu besoin de passer devant le CSA.

_______________

1. « Association of Television Viewing During Childhood With Poor Educational Achievement », Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine vol. 159, 2005.

2. « Relationship of Physical Activity and Television Watching With Body Weight and Level of Fatness Among », The Journal of the American Medical Association vol. 279, 1998.

3. « Television Viewing and Aggressive Behavior During Adolescence and Adulthood », Science vol. 295. n° 5564, 2002.

4. Pétition « contre la fabrique des bébés téléphages ! » : http://squiggle.be/appel/?petition=2

5. Article Psychologies, Trop de télé nuit gravement aux enfants, Sylvain Michelet

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
15 votes
par aml (IP:xxx.xx0.158.20) le 23 juin 2008 a 23H36
aml (Visiteur)

Sur quel échantillon de population sont extraits les dessins ? (3 et 3 ?)

Quelles sont les émissions que les enfants ont pour habitude de visualiser ?

Article qui ne m’a pas convaincu pleinement... Pour ne pas dire qu’il est "orienté" et sans réelle étude.

14 votes
(IP:xxx.xx6.180.73) le 24 juin 2008 a 06H35
 (Visiteur)

Un enfant s’absorbe facilement - dans un livre, un dessin animée, un jeu etc. Quand il regarde un dessin animée à la télé - est-ce pire qu’un livre ? J’ai trois enfants, dont un déjà adulte, ils ont toujours regardé la télé autant qu’il voulaient. Sauf qu’ils l’ont delaissé au profit de l’internet, comme moi d’ailleurs. Aujourd’hui il n’y a que la plus petit (6 ans) qui la regarde encore. Pourtant, les deux grands, nourris à la télé et internet, ont toujours eu d’excellents rédultats scolaires. C’est vrais aussi que las mamans n’aiment guerre voir leurs petits absorbés par une passion. Il y a certainement un peu de jalousie et de possesivité dans cette attitude castratrice.

5 votes
par yannick14 (IP:xxx.xx8.194.32) le 24 juin 2008 a 08H21
yannick14 (Visiteur)

Voici un petit documentaire non diffusé par la Tsr, pour des raisons évidentes. Regardez la télé pour apprendre à arrêter de la regarder : http://www.dailymotion.com/video/xy...

8 votes
(IP:xxx.xx0.7.64) le 24 juin 2008 a 10H14
 (Visiteur)

Les enfants, on les éduque, on leur parle, on s’en occupe. C’est le rôle des parents de ne pas les laisser seuls en permanence devant l’écran. Ensuite, s’ils voient des meurtres à la télévision, ce n’a guère de conséquences s’ils sont bien encadrés. L’éducation, bordel !

7 votes
par mjo (IP:xxx.xx6.15.28) le 26 juin 2008 a 00H47
mjo (Visiteur)

La télé, internet et les livres m’ont appris ce que mes parents ne pouvaient pas m’apprendre. Interdire ne me semble pas la solution, mettre en garde et limiter l’abus certainement.

8 votes
(IP:xxx.xx4.112.74) le 26 juin 2008 a 10H13
 (Visiteur)

Interdire par le biais d’un registre régalien ne me semble pas la solution. C’est aux parents de préciser les règles de la maison et au pouvoir public d’informer seulement d’informer, mais les médias peuvent aussi le faire Par exemple la télé car arrêtons l’hypocrisie c’est surtout manger en regardant la télé qui favorise l’obésité bien sur si on regarde la télé plus de 4 heures par jour on fera des prises alimentaires en regardant la télé cela est valable pour les grands et les petits ...ça c’est important à dire Autres exemples l’école pourrait aussi permettre de développer un esprit critique en plus des parents Nous allons à défaut de changer radicalement de société de suite devoir apprendre à faire par l’éducation, éduquer c’est civiliser ... Ce sont ces actions qui permettront les changements souhaitables de changement de société la promotion de l’être sur l’avoir ... Mais l’Etat ne peut pas à la fois foncer tout droit vers une société hyper-libérale sécrétant chaque jour plus de violences et vouloir faire des lois de ce type.

7 votes
par Fares (IP:xxx.xx7.157.91) le 28 juin 2008 a 11H48
Fares (Visiteur)

Un article très intéressant. Mais la question que je me pose après la lecture de cet article, c’est : parmi les éléments cités, lequels sont également applicables aux adultes ? Troubles du comportement, état proche de l’hypnose, limitation de la capacité d’imagination, apathie, augmentation de l’obésité, plus de violence et un « syndrome du monde méchant », etc...

On peut croire que les adultes sont capables de plus de recul que les enfants. Mais je pense que tous ces syndromes là sont directement applicables aux adultes.

4 votes
par rojo (IP:xxx.xx2.40.147) le 9 octobre 2008 a 12H24
rojo (Visiteur)

les dangers de la télé

1 vote
par M. (IP:xxx.xx5.223.48) le 6 décembre 2012 a 19H41
M. (Visiteur)

Cet article me fait penser au livre de Michel Desmurget << TV Lobotomie >>.

Ce monsieur est docteur en neurosciences, directeur de recherche à l’INSERM, et a fréquenté plusieurs grandes universités américaines (MIT, Emory, UCSF).

1 vote
par Rostanga (IP:xxx.xx2.177.220) le 3 avril 2013 a 14H11
Rostanga (Visiteur)

En suite du commentaire de M. : Je dirais même que ce livre s’appuie sur nombre d’études prouvant les dangers potentiels de la télévision sur les plus petits et les jeunes.

1 vote
par aurelie (IP:xxx.xx4.115.205) le 16 avril 2013 a 14H56
aurelie (Visiteur)

Bonjour à tous !

Je travaille pour une commune et souhaite organiser une conférence sur "les intérêts et dangers des médias : télé, internet, jeux vidéo". Je cherche un intervenant pour animer cette réunion qui aura lieu aux environs de Belfort (90). est-ce que quelqu’un aurait des contacts ?

Merci d’avance !

Aurélie