Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Infections et naissances prématurées
Infections et naissances prématurées
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
18 novembre 2008
Auteur de l'article
Bambin Nature, 43 articles (Site internet)

Bambin Nature

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
43
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Infections et naissances prématurées

Infections et naissances prématurées

Les infections du liquide amniotique en cours de grossesse joueraient un rôle plus important que les médecins ne pouvaient l’imaginer jusque ici dans la survenue des naissances prématurées.

L’étude américaine publiée sur le site du Journal of the Public Library of Science (PLoS), bien que menée à faible échelle, souligne que la prématurité de l’accouchement est proportionnelle à la gravité de l’infection mais ne permet cependant pas de démontrer que les germes provoquent le travail prématuré.

Les scientifiques savaient depuis longtemps que certaines infections, notamment vaginales ou urinaires, augmentaient le risque de naissances prématurées, vraisemblablement du fait d’une inflammation qui déclenchait l’accouchement. Toutefois, il leur était impossible de mesurer la part des infections dans ce processus, à plus forte raison de celles qui n’ont pas de symptômes externes.

Afin de répondre à cette interrogation, les chercheurs ont étudié des échantillons de liquide amniotique recueillis auprès de femmes ayant accouché prématurément à l’hôpital de Detroit entre 1998 et 2002, qui avaient été conservés pour la recherche. Le Docteur David Relman et son collègue, le Docteur Dan DiGiulio, ont utilisé des tests sophistiqués, connus sous le nom de PCR, pour trouver et reproduire des morceaux de matériel génétique de germes et ont ainsi décelé la présence de germes généralement indétectables et donc un nombre plus élevé que prévu de femmes porteuses d’infections latentes. Les chercheurs ont également découvert une étonnante variété de germes : 17 espèces bactériennes, dont une jusque-là inconnue, et une mycose.

De nouvelles recherches devront montrer si la contamination par ces germes permet vraiment de prévoir un accouchement prématuré. Une étude allant dans ce sens est actuellement conduite par l’équipe du Docteur Relman auprès de 2 000 femmes qui ont subi une amniocentèse de routine au cours du second trimestre de grossesse.

Bambin Nature, le site dédié aux soins naturels des tout-petits
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions