Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Gérer les nuits de bébé
Gérer les nuits de bébé
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
21 août 2008 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Le lien lacté, 5 articles (Rédacteur)

Le lien lacté

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Gérer les nuits de bébé

Gérer les nuits de bébé

Comment survivre à de nombreux réveils nocturnes, peut-on dormir avec son bébé, comment s’organiser ?

Dressons le tableau d’une situation fréquente en France : une maman qui allaite son nouveau-né envisage le sevrage parce que les réveils nocturnes de son bébé l’épuisent. En discutant avec elle, on apprend que son bébé dort dans une chambre séparée et qu’elle doit donc se lever à chacun de ses réveils pour le nourrir. Or, le simple fait de devoir quitter son lit et marcher implique de se réveiller totalement et donc de mettre plus de temps à se rendormir. Il y a d’autres façons de vivre les nuits, quelles sont-elles ?

La participation du papa

La solution la plus couramment proposée est que le papa donne au bébé des biberons la nuit pendant que la maman dort. Je vois quelques inconvénients à cette solution :

- Si les biberons contiennent du lait artificiel, ça impose au papa de les préparer puis de les laver, travail supplémentaire dont on se passerait volontiers la nuit. De plus, introduire du lait artificiel en début d’allaitement n’est pas sans risque pour le bébé et pour la lactation de la maman.

- Si les biberons contiennent du lait maternel, c’est un peu mieux mais ça impose à la maman de s’équiper d’un tire-lait et de trouver le temps dans la journée pour tirer son lait, ce qui n’est pas évident quand on vit avec un nouveau-né et éventuellement un ou des ainés.

- La tétine du biberon présente un risque de confusion sein-tétine (voir dans les Questions, les difficultés courantes) dont les conséquences peuvent être des crevasses, une baisse de lactation, une faible prise de poids du bébé et un sevrage à court ou moyen terme.

- La maman qui ne met pas son bébé au sein pendant toute une nuit risque un engorgement. Si ce dernier est très douloureux, il la réveillera et elle sera peut-être obligée de tirer son lait alors que ce n’était pas le but de la manœuvre.

L’autre alternative serait que le papa se lève et amène le bébé à sa maman pour la tétée. C’est déjà mieux puisqu’on évite les risques engendrés par la prise du biberon. La lactation de la mère sera toujours stimulée et comme elle ne bouge pas de son lit et allaite allongée, elle se rendort très vite donc se fatigue moins.
Toutefois, cette solution n’est pas viable à long terme car, quoi qu’il arrive, l’un des parents doit se lever la nuit. Si le bébé fait ses nuits tôt, tout ira bien mais si ce n’est pas le cas l’épuisement les guettent.

Le sommeil partagé

Il s’agit de faire dormir le bébé dans la chambre des parents, voire dans le même lit. Outre-atlantique, on parle de co-sleeping (dormir ensemble) dans le premier cas et de bed-sharing (partager le lit) dans le deuxième. En France, on parlera simplement de cododo. Le premier avantage est d’éviter à la mère (et au père) de quitter son lit et donc de s’éveiller complètement (on peut fort bien donner le sein dans un demi-sommeil). De plus, cet avantage est accentué par le fait que les cycles de sommeil de la mère vont se synchroniser sur ceux du bébé.


D’autre part, on sait maintenant que la présence de la mère près du bébé la nuit est un facteur de prévention de la mort subite du nourrisson, les recommandations récentes sont donc d’installer le lit de l’enfant dans la chambre parentale. (Voir à ce sujet les recommandations officielles de l’Academy of Breastfeeding Medicine sur le site de LLLFrance).

1er cas : le lit de bébé dans la chambre des parents

Le plus simple est de coller au maximum le lit ou le berceau du bébé du côté du lit des parents où dort la mère de façon qu’elle n’ait pas à se lever pour le prendre. On peut aussi installer bébé dans un couffin ou une nacelle de landeau posée par terre près du lit familial. L’idée est que la mère puisse aisément prendre son bébé dans son lit pour l’allaiter et aisément le remettre dans le sien ensuite.

2ème cas : bébé dans le lit des parents

Soyons réalistes : en France, on poussera les hauts cris si vous dites que votre bébé dort dans votre lit et on vous promettra les pires horreurs à commencer par la mort subite du nourrisson. Des parents auraient écrasé leur bébé dans leur sommeil. Est-ce vrai ? Les magazines qui relatent ces faits ne précisent pas les conditions dans lesquelles la famille dormait, il est donc difficile de savoir. Or, il y a évidemment des précautions à prendre et, quand elles sont prises, toutes les études montrent que le partage du lit n’est pas dangereux. Quelles sont ces précautions ? Elles sont détaillées dans la brochure éditée par L’Unicef et que vous pouvez télécharger en fin d’article. Pratiqué dans de bonnes conditions de sécurité, le partage du lit peut être la solution qui vous sauvera de l’épuisement.

3ème cas : le side-car bed

Qu’est-ce donc que cela, me direz-vous  ? Il s’agit du lit du bébé, en général le lit à barreaux classique, installé de telle façon qu’il devient une annexe du lit familial. On enlève un côté du lit et on le colle contre celui des parents en faisant en sorte qu’il n’y ait aucun espace entre les deux matelas et qu’ils soient à la même hauteur. Cette solution permet d’avoir le bébé vraiment très proche de vous tout en gardant son espace bien à lui.

Conclusion : le cododo, oui, mais jusqu’à quand ?

Voilà une question à laquelle vous seule pouvez répondre. Mon conseil serait de fermer vos oreilles aux conseils et remarques de l’entourage et de faire comme bon vous semble. Pour finir, je rappellerais que le cododo est pratiqué un peu partout dans le monde et pas seulement dans les pays en voie de développement (au Japon, par exemple).

Pour aller plus loin :


- Le livre "Dormir avec son bébé" de Nathalie Roques.

- Le livre "Partager le sommeil de son enfant" de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau.

- Le livre "Etre parents le jour... et la nuit aussi" du Dr William Sears.

- Le livre "Pour un sommeil paisible et sans pleurs" d’Elizabeth Pantley.

- Un article sur les recommandations Suisses.

- La brochure de l’Unicef sur le sommeil partagé.

- La brochure de Nathalie Roques sur le sommeil partagé.

- L’article Allaiter Aujourd’hui n°46 de La Leche League : "Ainsi dorment les bébés".

- Le site web de Nathalie Roques.
Shadow - Webcheftaine Le Lien Lacté
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Bébé Sommeil
Commentaires
2 votes
par totorr (IP:xxx.xx6.189.214) le 21 août 2008 a 21H20
totorr (Visiteur)

Merci pour votre article. J’ai une petite fille de 8 mois et nous avons pratiqué le cododo de sa naissance à ses trois mois. Pour le faire en sécurité j’ai utilisé deux matelas de grands lits que j’ai mis par terre. Chaque adulte avait sa couette, une turbulette pour la petite et je me faisais tout petit en laissant leurs aises aux deux filles. Ce fut une expérience très agréable et il est très drôle et intéressant de voir qu’elles arrivaient à se rendormir avant même la fin de la tétée. On peu préciser qu’une femme qui vient d’accoucher a une structure de sommeil proche de celle du nouveau né, c’est à dire avec plus de 50% de sommeil paradoxal. Ce sommeil agité à l’avantage de permettre un état de somnolence/ rendormisse ment rapide. En fait si la mère allaite elle conservera cette structure de sommeil alors que dans le cas contraire elle reviendra à un sommeil d’adulte "normal" à 20% de paradoxal. Donc une femme qui allaite son bébé dans son lit se trouve avec une qualité de sommeil incomparable par rapport à celle qui se lèvera pour aller donner un biberon... Quant au papa, il peut dormir et je n’ai été mis à contribution que plus tard, pour expliquer pendant quelques temps à ma fille qu’elle n’avait plus besoin de manger à 1h du matin.. mais c’es tune autre histoire

1 vote
par totorr (IP:xxx.xx6.189.214) le 21 août 2008 a 21H26
totorr (Visiteur)

Merci pour votre article. J’ai une petite fille de 8 mois et nous avons pratiqué le cododo de sa naissance à ses trois mois. Pour le faire en sécurité j’ai utilisé deux matelas de grands lits que j’ai mis par terre. Chaque adulte avait sa couette, une turbulette pour la petite et je me fesais tout petit en laissant leurs aises aux deux filles. Ce fut une expérience très agréable et il est tres drole et intéressant de voir qu’elles arrivaient à se rendormir avant même la fin de la tétée. On peu préciser qu’une femme qui vient d’acoucher a une structue de sommeil proche de celle du nouveau né, c’est à dire avec plus de 50% de sommeil paradoxal. Ce someil agité à l’avantage de permettre un état de sommnolence/ rendormissement rapide. En fait si la mère allaite elle conservera cette structure de sommeil alors que dans le cas contraire elle reviendra à un sommeil d’adulte "normal" à 20% de paradoxal. Donc une femme qui allaite son bébé dans son lit se trouve avec une qualité de sommeil incomparable par rapport à celle qui se lèvera pour aller donner un biberon... Quant au papa, il peut dormir et je n’ai été mis à contribution que plus tard, pour expliquer pendant quelques temps à ma fille qu’elle n’avait plus besoin de manger à 1h du matin.. mais c’est une autre histoire