Accueil du site
> Dossiers > Le Bisphénol A (BPA)
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Encore un peu de bisphénol ?
Encore un peu de bisphénol ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 septembre 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Encore un peu de bisphénol ?

Encore un peu de bisphénol ?

La polémique a été lancée par les Canadiens, découvrant une quantité bien trop importante de bisphénol A dans les biberons, résidu de matière plastique habituellement utilisée à cette fin, comme à celle de récipients alimentaires divers. Or, ce bisphénol A (BPA) appartenant à la famille des composés organiques aromatiques, est connu de longue date pour son influence sur le fonctionnement des systèmes hormonaux endocriniens.

Une étude dirigée par le docteur David Melzer (Peninsula Medical School, Exeter, Grande-Bretagne) vient d’être publiée par le JAMA le 16 septembre 2008. Elle a permis d’analyser les concentrations urinaires de BPA chez 1 455 Américains âgés de 18 à 74 ans. Un lien entre le fortes teneurs et le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète et de perturbations hépatiques a été établi.

Or, on connaissait déjà l’impact du BPA sur les différentes fonctions hormonales des jeunes individus (sur modèle rat). Une précédente étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives en 2007 avait établi un lien entre les taux urinaires de substances similaires au BPA et l’obésité abdominale chez l’homme. Aujourd’hui, on sait que le BPA est présent chez tous les habitants des pays riches.

Alors, la polémique enfle. Oui, c’est vrai qu’il faudrait travailler plus sur le sujet pour confirmer ces conclusions que d’aucuns décrivent comme "prématurées".C’est vrai que la FDA américaine (Food and drug administration) a publié les conclusions de son expertise disant que des petites quantités de BPA n’étaient pas importantes pour la santé publique.

S’en suit une bagarre d’experts...L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) mène elle aussi son expertise.

Que disent le fabricants de plastiques ? Leur syndicat (l’American Chemistry Council) trouve toute cette bagarre bien inutile et sans commune mesure avec la réalité. Of course.
La FDA va dans leur sens, indiquant que les normes en vigueur sont encore valables et présentent une marge de sécurité suffisante qui n’est pas dépassée aujourd’hui...

Mais certains scientifiques "indépendants" ne lâchent pas le morceau, alertant encore et encore sur ce sujet.

Sachant que tout le monde exagère, la vérité doit donc se situer dans un très juste milieu...


Peut-être est-il donc important, jeunes parents, de privilégier le verre pour les biberons de bébé... ou - mieux encore !! - le sein ! Inutile de l’ébouillanter : ça aussi, ça laisse des résidus non souhaitables pour la bouche de bébé.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 24 septembre 2008 a 10H45
Pierrot (Visiteur)

Bonjour, Votre conclusion est satisfaisante concernant l’usage de biberon en verre (voir cependant la composition chimique des nombreuses molécules adjuvantes du verre).

Cependant, il serait, à mon avis, irresponsable de publier des informations anxiogènes "d’experts s’autoproclamants indépendants" sans aucune validation scientifique.

L’avis de la FDA est tout à fait fondé, c’est la dose qui fait le poison.

Bonne journée.