Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Education nutritionnelle : Parents, fixez des règles !
Education nutritionnelle : Parents, fixez des règles !
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
16 janvier 2009
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

Education nutritionnelle : Parents, fixez des règles !

Education nutritionnelle : Parents, fixez des règles !

Apprendre à son enfant à acquérir de bonnes habitudes alimentaires ne s’improvise pas. Quelques règles s’imposent...

JPEG - 10.2 ko
Education alimentaire : Parents, fixez des règles !

J’ai reçu hier un coup de téléphone d’une mère de famille me demandant mon avis. Son jeune fils de 9 ans est en surpoids ; cette jeune mère de famille est perdue et ne sais plus quoi faire.

En discutant un peu avec elle, j’ai compris que son garçon mangeait peu aux repas, refusait systématiquement de manger autre chose que des pâtes. La seule boisson consommée est le sirop.

De plus le garçonnet grignotait toute la journée devant la télévision, il se sert lui même au gré de ses envies dans le placard débordant de biscuits, gâteaux, chips...

Il est évident ici que le problème n’est pas d’ordre diététique ; de toutes évidences cette mère n’a pas instauré de règles à son enfant. Or, éduquer, c’est avant tout fixer des interdits, mettre des limites. N’oubliez pas que le rôle des parents consiste avant tout à donner de l’amour et des repères aux enfants. La tendance très actuelle "parent-copain" est selon moi néfaste.

Souvent j’entends ce discours "vous comprenez, je l’aime tellement que j’ai du mal à le gronder quand il ne m’écoute pas ; je ne voudrais pas qu’il pense que je suis méchante". N’oublions pas que l’apprentissage de la frustration est pourtant indispensable ; imaginez la vie future d’un enfant qui n’a pas appris à "être frustrer" ; quel va être son comportement quand adulte, il devra patienter 20 minutes à la Poste ? Comment va-t-il construire sa carrière professionnelle ? Comment réagira-t-il face à un refus ? Par la colère une colère dirigée vers les autre ou vers soi certainement.

Revenons au cas de cette jeune mère. Il est primordial que celle-ci fixe des règles à la maison. Règles qui devront être respecter sous peine de sanctions adaptée.

Exemples de règles à instaurer à la maison :

- il est interdit de manger en dehors des repas (petit déjeuner, déjeuner, 16h30 et diner).

- il est formellement interdit de se servir dans les placards.
Les placards ne doivent pas être sous clef. C’est bien aux parents d’imposer leur autorité et de sanctionner en cas de non respect des consignes.

- les repas doivent être pris en famille et à table.
Chaque plat prévu doit être au moins goûté systématiquement (pas de forcing pour autant ! Le repas doit rester un moment agréable, le forcing va à l’encontre de cette règle). Toute la famille doit prendre le repas au même rythme.

Remarque 1 : si l’enfant mange peu à un repas il ne faut pas donner d’aliment plus tard. Il attendra le repas suivant ou le gouter.

Remarque 2 : si l’enfant fait son cinéma à table, ignorez-le. Rappelez-lui quand même que ce qu’il fait ne sert à rien et ceci sur un ton calme mais ferme.


- C’est au parent de décider du repas, pas à l’enfant. Vous pouvez lui demander son avis et essayer d’inclure des plats qu’il affectionne. N’oubliez pas que l’éducation au goût nécessite de proposer une alimentation variée. Si vous ne faites pas cet effort de diversité et que vous proposez uniquement des préparations appréciées par l’enfant, vous ne lui permettez pas d’élargir sa palette de goût.

- Enfin, donnez l’exemple ! Les comportements sont en partie acquis par mimétisme, par reproduction des schémas familiaux. Si votre fiston vous voit grignoter toute la journée, il va considérer que manger en dehors des repas est une chose banale.

J’espère ne pas avoir été trop moralisateur, ce n’est pas le but de ce billet. Je veux juste mettre en avant que le bien de nos enfants repose en partie sur le fait que ceux-ci doivent parfois être confrontés à la colère et à la frustration, ce qui, je l’entend, n’est pas toujours simple à vivre.

Autre point important, gardez à l’esprit que vos enfants ont également besoin de se sentir aimé et en sécurité. N’hésitez pas à rappeler à votre enfant qu’il est précieux pour vous, à le valoriser quand vous êtes fier de lui, de lui demander ce qu’il ne va pas si vous le sentez perturbé. On pourrait dire qu’éduquer ce n’est pas dresser, c’est en fait donner de l’amour et des règles.

Un ouvrage intéressant sur la question :

"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté