Accueil du site
> Enfants & Ados > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Ces parents qui ont peur de prendre le pouvoir
Ces parents qui ont peur de prendre le pouvoir
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
27 août 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Laurence Roux-Fouillet, 95 articles (Sophrologue)

Laurence Roux-Fouillet

Sophrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
95
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Ces parents qui ont peur de prendre le pouvoir

Ces parents qui ont peur de prendre le pouvoir

A l’occasion des consultations autour du sommeil que je fais avec des enfants, je suis étonnée de constater la position des parents de certains de ces petits qui ont "du mal à dormir". Beaucoup refusent d’imposer quoi que ce soit à leur enfant, attendant que ce soit lui qui "décide" d’aller se coucher, qui "accepte" de rester dans son lit, qui "consente" à s’endormir...
Sans accord de l’enfant, le parent tergiverse et ne sait plus quoi faire. Bien vite s’installent des scénarios de coucher qui durent des heures et épuisent tout le monde.

Il existe des problèmes de sommeil bien réels chez certains enfants : trop préoccupés ou ne sachant pas se calmer seuls, ils peinent à s’endormir et refusent d’aller au lit, souvent par peur de s’ennuyer. Toutefois, l’attitude de certains parents aggrave d’autres conflits de sommeil. On dirait que ces derniers refusent de prendre le pouvoir. De dire ce qu’il faut faire et de l’imposer.
Il n’est pourtant pas nécessaire de le faire avec force, mais juste d’édicter une règle simple, parce que c’est bon pour l’enfant (qui, lui, ne le sait pas, et préférera toujours jouer plutôt que s’allonger à ne rien faire).

Un parent a forcément de l’ascendant, c’est à dire une autorité, sur son enfant. Il doit le faire en tant qu’adulte et en tant qu’éducateur. Pour que l’enfant lui-même puisse intégrer cette autorité, qu’il retrouve à l’école, et dans la vie sociale d’une manière générale.
Cette autorité est naturelle, nécessaire et ne doit pas faire culpabiliser le papa ou la maman qui l’exerce.

Or, le refus ce cette autorité (manifestement impopulaire aux yeux des parents) est sans doute une confusion entre autorité et autoritarisme.
On peut être un parent ferme et cohérent sans être un bourreau. D’ailleurs, les enfants acceptent plus facilement qu’on ne l’imagine les règles qu’on leur fixe, à condition que l’on s’y tienne.

Parents : osez prendre le pouvoir ! - Bonne rentrée ;-)

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Parents éducation
Commentaires
1 vote
par pacontent (IP:xxx.xx1.29.175) le 20 novembre 2008 a 21H37
pacontent (Visiteur)

Bonsoir, Je suis effaré par ce raccourci. Les enfants sont programmés pour dormir, comme ils le sont pour manger, parce que la vie l’exige. Bien sûr, ils peuvent naître déjà perturbés, notamment en raison des mauvaises relations entre les parents si courantes maintenant, ou bien du fait de maladies héréditaires ; mais le plus souvent le mauvais sommeil des enfants est provoqué par les nuisances que l’environnement actuel leur fait subir et les troubles de leur système nerveux qui en résultent (un enfant mis en collectivités est fatalement troublé dans son développement) ; Mon dernier enfant n’a jamais été séparé de ses parents, il a échappé à la crèche (ou autre garde) et à l’école : il a toujours dormi et il dort encore (à 17 ans) parfaitement ; il est aussi en très bonne santé physique et psychique et plein de qualités humaines ; en somme il est normal.