Accueil du site > Enfants & Ados
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Les jouets conduisent un enfant aux urgences, toutes les 3 minutes

Suivant >>

En cette période des fêtes de fin d’année, il est de bon usage de rappeler que selon le Centre de recherches sur les blessures des États-Unis, un enfant américain est admis toutes les trois minutes, aux urgences à cause d’un jouet.


Ce constat extrapolable dans de nombreux pays, ne cesse de progresser. Depuis 1990, le taux de blessures liées aux jouets a augmenté de 40 %. Cependant, les fractures, hémorragies, chute, étouffement n’apparaissent pas aux mêmes âges.

Lorsque les enfants ont moins de 3 ans, les risques d’étouffement avec de petits jouets ou de petites parties de jouet sont très fréquentes. Aux États-Unis, depuis 1990, 109 000 jeunes enfants ont avalé ou inhalé des corps étrangers soit 14 cas par jour. A partir de 9 mois, l’enfant explore le monde et porte à la bouche tout ce qui lui tombe sous la main. Les suffocations représentent 87% des accidents mortels avant un an.

En grandissant, les cas des chutes et collisions devient importants. Les enfants de moins de 5 ans en sont les victimes dans 50% des cas. La marche, la course, le saut, l’escalade s’apprennent à ces dépens.

Ensuite, se sont les jouets à roues (trottinettes, voiturettes, tricycles…) qui viennent s’associer au danger. Alors qu’ils représentent 28 % des blessures sur des moins de 5 ans, ils provoquent 42 % de celles des 5-17 ans. Ainsi, ces accidents sont trois fois plus à risque d’entraîner une fracture ou une luxation qu’avec les autres jouets.

Depuis la réapparition de la trottinette, les spécialistes s’alertent sur cette pratique qui causent un nombre croissant d’accident. Entre 2000 et 2011, presque 60 000 enfants ont été blessés par ce type d’objet, soit un toutes les 11 minutes. « La fréquence et l’augmentation du taux de blessures chez l’enfant associée aux jouets, particulièrement celles associées aux trottinettes, sont inquiétants. Ils soulignent le besoin d’accroître les efforts pour prévenir ces blessures », commente l’un des auteurs de l’étude.

A ne pas manquer