Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

L’alcool pendant l’adolescence altère la mémoire à long-terme

Suivant >>

Boire beaucoup d’alcool durant l’adolescence pourrait causer des dommages à la zone du cerveau qui contrôle l’apprentissage et la mémoire de longue durée, selon des universitaires américains qui viennent de mener une nouvelle étude à ce sujet

L'étude, publiée dans la revue scientifique Alcoholism : Clinical & Experimental Research, examine comment l'exposition à l'alcool pendant l'adolescence peut affecter la croissance d'un cerveau qui n'a pas pu se développer pleinement, conduisant à des anomalies qui peuvent influer sur le comportement à l'âge adulte.

Au regard de la loi, une fois que les gens atteignent l'âge de 18 ans, ils sont considérés comme des adultes, mais le cerveau continue à mûrir et à se perfectionner durant la vingtaine", explique l'auteure principal Mary-Louise Risher, chercheur postdoctoral dans le département de psychiatrie et des sciences comportementales de l'université américaine de Durham

L'adolescence est en effet une période cruciale en termes de maturation cognitive, émotionnelle et sociale, mais c’est au même moment que la consommation d'alcool commence fréquemment et continue à des niveaux élevés.

"Il est important que les jeunes sachent que quand ils boivent beaucoup pendant cette période de développement, des changements surviennent et ont un impact durable sur la mémoire et d'autres fonctions cognitives" souligne Risher.

Bien qu'il soit largement reconnu que les adolescents réagissent différemment aux adultes concernant les effets de la consommation d'alcool sur l'apprentissage et le fonctionnement du cerveau, les auteurs de l'étude affirment que les conséquences à long terme de l'exposition répétée à l'alcool à l'adolescence n'ont pas encore été examinées en profondeur.

Pour l'étude, les chercheurs ont régulièrement exposé des jeunes rats à des concentrations d’alcool pendant une période de 16 jours (ce qui correspond à leur adolescence). Suite à cela, les rats n’ont reçu aucune autre dose d’alcool, au cours des 24 à 29 jours suivants (ce qui correspond au passage à leur âge adulte).

Auparavant, les chercheurs avaient démontré que les animaux exposés à l'alcool pendant l'adolescence étaient moins aptes à résoudre des tâches mémorielle que les autres. Cependant, ils ne savaient pas comment l'hippocampe, la région du cerveau associée à la mémoire et à l'apprentissage, était affectée.

LTP hyperactif et épines dendritiques immatures

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont mesuré un mécanisme cellulaire appelé potentialisation à long terme (LTP) dans l'hippocampe. Le LTP est le mécanisme par lequel les synapses du cerveau se renforcent car ils sont utilisés à plusieurs reprises pour apprendre de nouvelles choses ou à se rappeler des souvenirs.

L'activité synaptique vigoureuse est meilleure pour l'apprentissage efficace et, par conséquent, la LTP est généralement plus élevée chez les personnes plus jeunes qui doivent acquérir de grandes quantités de nouvelle mémoire à l'approche de l'âge adulte.

Les chercheurs ont alors prédit qu'ils trouveraient des niveaux inférieurs de LTP dans les rats adultes qui avaient été exposés à l'alcool pendant l'adolescence. Cependant, ce qu'ils ont trouvé était à l’opposé de leurs prédictions.

L’auteur Scott Swartzwelder, professeur de psychiatrie et des sciences du comportement à l'Université Duke et chercheur au Centre médical de Durham (Virginie), explique cette conclusion :

"À première vue, on pourrait penser que les animaux seraient plus intelligents. Mais c’est le contraire de ce que nous avons trouvé. Et cela est effectivement logique, parce que si vous produisez trop de LTP dans l'un de ces circuits, à un moment donné, vous ne pouvez pas produire plus."

Par conséquent, un animal qui produira trop de LTP finira par cesser d'apprendre. "Pour apprendre à être efficace, votre cerveau a besoin d'un équilibre délicat de l'excitation et l'inhibition - Si ces deux phénomènes sont trop intenses, les circuits ne fonctionnent plus de façon optimale", déclare le professeur Swartzwelder.

Un changement structurel dans les cellules nerveuses de l'hippocampe a été observée à côté de l’hyperactivité de la LTP. Les épines dendritiques, vitales pour la communication de cellule à cellule, sont apparues longiligne et filiforme, comme si elles étaient immatures. Les épines matures sont plus courtes et ressemblent à des champignons.

"Quelque chose se passe lors de l'exposition d'alcool à des adolescents, qui change la façon dont l'hippocampe et d'autres régions de la fonction du cerveau se développent - et la LTP et les épines dendritiques ont un aspect immature à l'âge adulte", rapporte le professeur Swartzwelder.

Selon le professeur Mary-Louise Risher, la qualité immature de ces cellules du cerveau pourrait être associée à l'immaturité de comportement. "C’est tout à fait possible que l'alcool perturbe le processus de maturation, ce qui peut affecter ces fonctions cognitives plus tard", ajoute-elle.

Sources : 

Medical News Today

euroClinix

Thématiques
A ne pas manquer