Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

handicap intellectuel : le sport comme facteur d’intégration

Suivant >>

S’il est déjà difficile pour les sportifs handicapés physiques de se faire connaître, la tâche est encore plus ardue pour le "sport adapté" ou "spécial", spécifique au handicap mental et intellectuel. En effet, chassés des Jeux paralympiques en 2000 pour cause de tricherie de la délégation espagnole, puis réintégrés en 2012, les déficients mentaux sont de manière générale très peu représentés dans les compétitions sportives nationales et internationales. Pourtant, avec plus de 46.000 licenciés en France pour un budget de 2,5 millions d’euros, la Fédération française de sport adapté (FFSA) montre clairement que le handicap mental n’est pas un frein à la pratique sportive, et constituerait même un facteur d’intégration pour de nombreux sportifs handicapés mentaux. 

Un constat dont n'a jamais douté l'association "Special Olympics" (plus grande organisation sportive au monde dédiée aux enfants et adultes atteints d'un handicap mental) qui organise depuis les années 1980 des versions pour sportifs adaptés des Jeux européens et mondiaux. Un mouvement dont la philosophie se base principalement sur la participation et l'intégration de tous via la pratique sportive. 

Comme l'explique le directeur national de la branche française de Special Olympics, Alain Delétoille, "notre culture est moins sportive que participative. N'importe quelle personne reconnue déficiente intellectuelle peut participer et ce, quelles que soient ses capacités physiques. D'ailleurs, aucun titre n'est décerné, seules des médailles et des rubans de participation sont distribués". Un véritable exutoire pour des dizaines de sportifs atteints de déficience intellectuelle et pour lesquels le sport est avant tout un moyen de s'exprimer, de se défouler et de développer des relations sociales. 

Cela étant, et même si l'association dispose d'un agrément Jeunesse et sport, les actions mises en place par Special Olympics sont encore relativement peu connues en France et bénéficient surtout d'un fort développement aux Etats-Unis ou en Chine. Les prochains Jeux mondiaux spéciaux d'été se dérouleront d'ailleurs à Los Angeles du 25 juillet au 2 août prochain et accueilleront plus de 7000 athlètes de Special Olympics venant de 170 nations dans le but de participer aux 21 disciplines sportives olympiques sélectionnées. 

Mais au delà des épreuves sportives, cette nouvelle édition des Jeux mondiaux spéciaux aura surtout cette année une vraie dimension économique et sociale via l'organisation en parallèle du forum international pour le développement par le sport. Baptisé Doha Goals Forum, du nom de la ville qatarie où ce forum se tient habituellement, cette manifestation profitera d'un cadre on ne peut plus adapté pour poser ses valises à Los Angeles et alimenter le débat sur l’impact économique et social des activités sportives dans la vie des minorités et des communautés. 

Les Jeux mondiaux spéciaux constituent en effet la plus grande organisation mondiale basée sur le développement par le sport, plus particulièrement pour les personnes atteintes de déficiences intellectuelles, et représentaient de ce fait le cadre idéal pour accueillir la nouvelle édition du forum mondiale Doha Goals. Organisé par la société Richard Attias et Associés à l'initiative du Cheikh qatari Faisal bin Mubarak Al Thani, le Doha Goals Forum permettra d'attirer sur place de nombreux dirigeants économiques et politiques, donnant ainsi plus de poids aux messages d'intégration sociale, de solidarité et de respect véhiculés par les Jeux spéciaux. 

Comme l'a déclaré récemment Janet Froetscher, présidente des Jeux mondiaux spéciaux, "à une époque où les divisions prédominent, les Jeux mondiaux offriront une opportunité pour tous de se réunir et de célébrer les différences dans un esprit de respect et d'inclusion". 

Crédits photo : Special Olympics

Thématiques
A ne pas manquer