Accueil du site > Thematiques > bien-être
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Vous êtes héritiers de poisons auxquels vos grand-mères ont été exposées

Suivant >>
 
 
« Ce à quoi votre grand-mère a été exposée pendant sa grossesse, comme le méthoxychlore issu de pesticides, peut favoriser une augmentation spectaculaire de votre susceptibilité, et de le transmettre à vos petits-enfants même en l’absence de toute exposition continue, » explique le chercheur principal Michael Skinner, Professeur et fondateur du Centre de biologie sur la reproduction au Washington State University (WSU).
 
Lui et ses collègues ont publié leurs conclusions dans une récente édition dans la revue PLOS ONE.
 

Un substitut du DDT interdit en 2003

Le méthoxychlore, également connu sous Chemform, Methoxo, Metox ou Moxie, a été introduit en 1948 et largement utilisé dans les années 1970 comme un remplacement plus sûres au DDT (Dichlorodiphényltrichloroéthane). Il a été utilisé sur les cultures, les plantes ornementales, le bétail et les animaux de compagnie. Il est encore utilisé dans de nombreux pays à travers le monde.

Il a été interdit aux États-Unis en 2003 en raison de sa toxicité et de sa capacité à perturber le système endocrinien. Le méthoxychlore peut se comporter comme un œstrogène et affecter le système reproducteur profondément.
 

Un soutien aux études antérieures

Les scientifiques ont constaté que les animaux exposés au méthoxychlore à un niveau typique des expositions environnementales élevées, ont connu des hausses de maladies rénales, maladie des ovaires et de l’obésité chez les descendants sur trois générations. L’incidence de plusieurs maladies a augmenté dans la troisième génération ou les « arrière-petits-enfants ».
Les chercheurs disent que le pesticide peut affecter la façon dont les gènes sont activés et désactivés dans la descendance d’un animal exposé, même si ses séquences d’ADN et de gènes restent inchangés.
C’est ce qu’on appelle la transmission épigénétique transgénérationnelle. Au cours des dernières années, le laboratoire Skinner a documenté les effets épigénétiques d’une foule de contaminants environnementaux, dont le DDT, les plastiques, les pesticides, les fongicides, les dioxines, les hydrocarbures et le bisphénol A ou BPA. Les résultats les plus récents confirment ces observations.
 

Implications dans l’obésité, la fertilité, et les maladies

 
Il s’agit de premiers travaux à montrer que la majorité des traits de la maladie transgénérationnels peuvent être transmises principalement par les femmes.
En outre, l’étude a identifié des mutations dans l’ l’épigénome du sperme des arrières-petits-enfants. Les fonctions de l’épigénome agissent comme un ensemble de commutateurs pour la régulation de l’expression génique et peuvent être altérés par les conditions environnementales.
Les modifications épigénétiques observées étaient spécifiques à l’exposition au méthoxychlore et peuvent s’avérer être des biomarqueurs utiles pour la recherche future sur les maladies transgénérationnelles.
Pour les personnes exposées aux pesticides, Skinner dit que ses résultats ont des implications telles que la réduction de la fertilité, l’augmentation des maladies apparaissant à l’âge adulte et avec la possibilité de répercuter ces conditions aux générations suivantes.
Il suggère que les expositions ancestrales au méthoxychlore au cours des 50 dernières années en Amérique du Nord peuvent jouer un rôle dans les taux croissants d’obésité et maladies aujourd’hui.
Thématiques
A ne pas manquer