Accueil du site > Les auteurs > Réseau CHU
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Réseau CHU
Réseau CHU, 235 articles (Réseau des CHU)

Réseau des CHU

nombre d'articles
235
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
0
Déclaration de liens d'intérêt:
Cet auteur n'a pas communiqué de lien d'intérêt avec des entreprises exploitant des produits de santé
Qui suis-je?

Avec "reseau-chu.org" découvrez en "ligne" les avancées thérapeutiques et les grands projets portés par les centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires de France.

Derniers Articles

Les sextos, bénéfiques pour les couples ? Oui, la distance a le pouvoir de désinhiber

Suivant >>

Une étude américaine récente a révélé que sextoter semblait avoir quelques avantages pour les couples.

Rappelons que sextoter est le fait d’envoyer – et/ou de recevoir – des messages texte sexuellement explicites, ou des photos, avec un téléphone portable.

 

Un niveau de satisfaction sexuelle plus élevé

La recherche a été menée auprès de 870 personnes, âgées de 18 à 82 ans qui devaient remplir un questionnaire en ligne. L’étude conduite par le chercheur Emily Stasko, un candidat au doctorat en psychologie clinique à l'Université de Drexel à Philadelphie, nous offre quelques chiffres quant au phénomène :

Dans l'ensemble, 88% des participants disaient avoir sextoté avec au moins une personne dans leur vie. Environ 74% disaient avoir sextoté quand ils étaient dans une relation engagée, et 43% sextotaient au cours d'une relation passagère. Seulement 12% ont révélé qu'ils sextotaient avec quelqu'un d'autre lorsqu’ils étaient en couple.

L’un des bénéfices les plus intéressant qui ressortait de cette étude, était que les personnes qui sextotaient, avaient des niveaux plus élevés de satisfaction sexuelle.

Rien de vraiment nouveau

Seulement, l’étude a ses limites : la prévalence du phénomène parmi les participants pourrait être plus élevée que dans la population générale.

En fait, les participants de cette étude ont choisis ce sondage en ligne sur ce sujet, ce qui suggère qu'ils peuvent être plus technophiles ou plus intéressés par le phénomène que d’autres.

Cependant, il me semble que nous pouvons quand même discuter de ce phénomène qui fait partie intégrante des pratiques sexuelles d’aujourd’hui.

Rien de vraiment nouveau à vrai dire, dans le fait de s’envoyer des messages brûlants. Autrefois, il y avait les missives… Bien entendu, la vitesse des échanges n’était pas la même !

Les mots sont une mise en bouche

L’échange de messages sensuels, érotiques, sexuels, est un terrain de jeu infini. C’est un espace de liberté pour les partenaires. Un jeu secret au pouvoir extrêmement puissant.

L’ardeur et les paysages inexplorés que certains mots peuvent révéler en chacun de nous devient une source où naît l’excitation, le fantasme, le désir et l’envie. L’imaginaire s’enflamme grâce à l’audace verbale de chacun.

Ces mots échangés fonctionnent comme une mise en bouche, une sorte de préliminaires, un effeuillage de chacun protégé par la distance et une communication sans retenue.

La distance a le pouvoir de désinhiber

Dans nos vies toujours plus frénétiques, le temps que l’on a à consacrer à l’autre nous manque cruellement. S’envoyer des messages explicites à n’importe quel moment de la journée rassure quant à l’intérêt que l’on se porte et permet de garder le contact.

Scénarios, jeux de rôles, récits, photos… les sextos sont un bon moyen de faire sortir ce que l’on a de plus profond en nous.

C’est aussi une manière de communiquer sur des aspects de notre sexualité que l’on n’ose pas toujours montrer, avouer lorsque l’on est face à l’autre, par pudeur, par honte... La distance a bel et bien le pouvoir de désinhiber, de délier les langues (si je puis dire).

Une frustration sur le long terme

Évidemment, il ne faudrait pas que cela devienne la seule manière de communiquer du couple à propos des fantasmes, des désirs ou tous autres sujets liés à la sexualité.

L’eros ne peut se nourrir uniquement du virtuel et de l’imaginaire. Une certaine frustration pourrait s’en faire ressentir à long terme.

Ils peuvent être une amorce et ainsi permettre plus de simplicité dans les échanges en tête à tête. Les mots sont lâchés, la peur du jugement de l’autre ne doit plus être un frein.

Bien sûr, nous sommes vulnérables en nous dévoilant, on révèle à l’autre un désir qu’il ou elle, peut-être, ne partage pas. Mais ce mélange de pudeur et d’impudeur est exactement ce qui ébranle et déroute.

Ce qui excite relève de l’imprévu

Il ne doit pas y avoir de contrainte à faire ce que l’on a dit. L’érotisme s’accommode mal de l’injonction ! La parole ne peut se libérer que si elle est exemptée d’une obligation de résultat.

Souvent, dans mes consultations, des femmes me racontent que leur partenaire veulent les forcer à dévoiler leurs fantasmes, leur demandent les positions qui les feront jouir et celles qui sont à proscrire.

Pourtant, ce qui excite relève de l’imprévu, pas de ce que l’on s’oblige à dire ou à faire pour faire plaisir à l’autre, ni même ce que l’on exige de l’autre.

 

Ce qui est excitant, c’est ce que l’on assume de dire parce qu’on en a envie à ce moment-là, avec cette personne-là. 

A ne pas manquer
A ne pas manquer