Accueil du site
> Les auteurs > Martin Winckler
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Martin Winckler
Martin Winckler, 23 articles (Médecin, Ecrivain)

Médecin, Ecrivain

nombre d'articles
23
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
0
Déclaration de liens d'intérêt:
Cet auteur n'a pas communiqué de lien d'intérêt avec des entreprises exploitant des produits de santé
Qui suis-je?

Médecin, romancier et essayiste. Généraliste de formation, j’ai exercé à temps plein dans un cabinet de médecine générale de la Sarthe entre 1983 et 1993. Entre 1984 et 2008, sans discontinuité, j’ai exercé depuis à temps partiel au centre hospitalier du Mans (72) - au centre d’IVG puis au centre planification.

J’ai participe pendant plusieurs années à la formation des étudiants du 1er et du 3e cycle à la faculté de médecine Paris V (contraception, relation médecin-patient, image du médecin), mais ma collaboration a cessé, sur ordre du doyen, à la suite d’une interview dans laquelle je redisais ce que j’écris depuis vingt ans, à savoir que l’enseignement médical, en France, est archaïque et autoritaire.

Pour avoir écrit plusieurs livres sur la contraception, je suis également intervenu périodiquement au titre de généraliste-expert dans le domaine de la contraception lors de séminaires de formation destinés aux professionnels de santé (médecins, sages-femmes, étudiants en médecine). J’ai également assuré l’essentiel de la rédaction du site officiel sur la contraception, mis en place par l’INPES.

Je donne depuis plusieurs années des conférences sur l’éthique du soin dans le cadre de congrés de bioéthique au Canada et aux Etats-Unis. Ainsi, j’ai été sollicité en septembre 2007 pour faire un cours d’éthique clinique dans le cadre de l’enseignement donnée par Madame Andrée Duplantie, à l’Université de Montréal. Depuis février 2009, je suis chercheur invité au CREUM, à l’Université de Montréal.

Derniers Articles

L’endométriose c’est quoi ?

Suivant >>

L’endométriose touche une femme sur 10 en France et en Europe. Cette maladie, souvent méconnue, est un véritable handicap pour les femmes, plus particulièrement pour celles qui souhaitent procréer. Les associations spécialisées et les sites internet de santé essayent de sensibiliser l’opinion à cette cause. La création du "ruban jaune" (identique au ruban rouge de lutte contre le sida) fait partie des opérations mises en place pour toucher un public plus large.

L'endométriose est une maladie qui touche l'endomètre. L'endomètre est le tissu qui tapisse l'utérus de la femme. C'est l'endomètre qui, après s'être épaissi, se désagrège et provoque des saignements : ce sont les règles. Lorsqu'une femme est touchée par l'endométriose, les cellule de l'endomètre, qui se développe et s'épaissit, vont migrer vers les trompes et ainsi provoquer des lésions, des kystes ovariens et des adhérences. Ces lésions ne se contentent pas des organes génitaux, elles peuvent également s'étendre au système urinaire, digestif et même parfois (mais beaucoup plus rarement) pulmonaire.

C'est pour cette raison que l'on parle souvent de différentes endométrioses tellement cette maladie est complexe et différenciée chez les femmes qui en sont victimes.

Il existe deux origines reconnues à ce jour, la première est la transplantation de cellules endométriales au niveau des trompes ou des voies lymphatiques lors d'une opération chirurgicale (césarienne, laparotomie, épisiotomie...). La seconde est la métaplasie, c'est à dire la transformation d'un tissu normal en un autre anormal.

endométriose

La grossesse, contrairement à certaines idées reçues, ne guérit pas l'endométriose, elle favorise cependant une période de rémission.

Toutes les femmes peuvent être touchées par cette pathologie. Ce sont, le plus souvent, des femmes en age de procréer, donc réglées. Mais il n'est pas rare de voir de très jeunes filles touchées. Certains traitements hormonaux sont responsables de la persévérance de l'endométriose chez certaines femmes ménopausées.

A ne pas manquer
A ne pas manquer