Accueil du site > Les auteurs > La rédaction CareVox
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La rédaction CareVox
La rédaction CareVox, 542 articles (Comité de rédaction)

Comité de rédaction

nombre d'articles
542
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
0
site internet
Déclaration de liens d'intérêt:
CareVox a été fondé par Cybion à l'initiative de Pharmagest. La gestion éditoriale est totalement indépendante et ne fait pas l'objet de liens d'intérêts avec des entreprises commercialisant des produits de santé. Pour en savoir plus rendez-vous dans la partie Fondateurs : http://www.carevox.fr/qui-sommes-nous/article/fondateurs
Qui suis-je?

L’équipe de la rédaction rédige régulièrement des dossiers de fond et actualités sur la santé.

Derniers Articles

Ondes électromagnétiques et dynamique tumorale

Suivant >>

De nombreuses initiatives thérapeutiques ont été développées pour retarder ou bloquer des évolutions de tumeurs, en utilisant des techniques bioélectromagnétiques.


On compte une centaine d'études in vitro et in vivo, employées soit seules, soit en combinaison avec d'autres modes de traitement (chimiothérapie, rayons X, etc).
Leurs effets curatifs ne sont pas systématiquement reproductibles, car ils dépendent de la nature et de l'état des cellules.
Leurs mécanismes d'action les plus étudiés ont été les équilibres ioniques, la production de radicaux libres, l'interférence avec la vascularisation des tumeurs traitées, et l'interruption des mitoses.

Mais les CEM ont également une action physique sur la structuration du micro-environnement aqueux. Comme les protéines ne « fonctionnent » qu'hydratées, leur activation peut ainsi être modulée, ce qui tend à entrainer une variation de la transduction et de la signalisation cellulaire.

Nous disposons de preuves, que certains CEM radiofréquence, de bas niveau, modulés en basse fréquence « audio », peuvent susciter des réponses thérapeutiques chez des patients à états cancéreux. En 2013, Jimenez a ainsi appliqué avec succès du 27,12 MHz, modulé en « audio » (entre 400 Hz et 21kHz) sur des tumeurs mammaires in vivo. L'auteur avance pour en expliquer les effets, une augmentation du taux de calcium intracellulaire, qui entraine l'adoption par les cellules tumorales d'un comportement d'autophagie et d'apoptose.
Cette explication se recoupe avec des travaux historiques de Rife, Crane et Bare, présentés par Lynes, puis par Holland, Bellossi et Dubost en 2013.
Les plus grandes avancées dans ce domaine sont le fait de Rife, qui dès 1920 (bientôt cent ans !), avait mis au point un « Microscope Universel » qui permettait de voir, tranche par tranche, les structures vivantes de microorganismes ni tués ni teints avec un grossissement supérieur à x20 000. C'est en modulant des EM pulsées sur ses sujets d'observation, que Rife a pu observer des effets inattendus, récurrents pour des fréquences données : une « crise » (seizure) avec agitation et changement de forme, qui si elle durait, entrainait leur désintégration.

Ses premiers travaux médicaux se sont poursuivis sur des unicellulaires, en particulier des germes pathogènes qu'il parvenait à détruire sélectivement sans endommager les cellules voisines.
Les premiers prototypes permirent à Rife de guérir des animaux ayant diverses infections naturelles ou provoquées, et de cataloguer les fréquences les plus efficaces pour une pathologie donnée.
Il lui apparut en outre, que les cellules tumorales n'explosent pas comme les bactéries, et à ce stade, Rife se mit en tête de trouver les fréquences (mais aussi les puissances, durées, on appelle cela un protocole…) actives contre des virus, virus qui pour lui étaient la cause de ces cancers.
En 1934 à San Diego, un essai clinique sur 16 patients cancéreux en phase avancée fit apparaître un succès total (16 survivants déclarés guéris), mais aucune parution ne fut acceptée.
Rife s'est alors associé avec un certain Crane, et ils firent évoluer leur émetteur en affinant le protocoles.
Rife décédé, James Bare a repris le principe mais en simplifiant la technologie avec des composants plus simples et plus fiables.

Cette technologie Rife-Bare est désormais accessible via internet, et il y a dans le monde, une dizaine de milliers d'utilisateurs de ces machines, soit acquises toutes montées, soit fabriquées selon des plans et des composants fournis en kit, et plusieurs forums de discussion permettent d'en apprécier les effets, pour leur grande majorité positifs pour les patients.

En France, un malade sérieusement atteint d'une tumeur pancréatique, a pu être suivi par son équipe soignante à l'hôpital de Soissons, avec en complément de la chimiothérapie classique, l'utilisation d'un Rife Bare aux fréquences pré-réglées pour lui par le constructeur. L'utilisation de cet appareil a reposé sur la volonté personnelle du malade, qui avait pu acquérir « dans les temps » un appareil canadien déjà disponible en France.
On sait que ce type d'adénocarcinome est de très mauvais pronostic, car le pancréas est très peu réceptif aux chimios, et son environnement (duodenum cholédoque, artère mésentérique, sphincter d'Oddi) peu propice aux radiothérapies.
Après neuf mois de traitement (7 sessions de chimio et traitement complémentaire avec l'appareil Rife-Bare), la tumeur s'est progressivement réduite pour ne présenter qu'un kyste biliaire minuscule, puis l'IRM a constaté qu'il n'y avait plus aucune anomalie détectable sur ce pancréas, le marqueur sanguin CA 19-9 n'étant par ailleurs toujours pas normalisé.
Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais une telle observation hospitalière de traitements « non conventionnels » est suffisamment rare pour qu'on lui donne valeur de réussite médicale, et de bonne coordination patient/soignants.

Pierre Le Chapellier n'est plus en poste de chercheur en bioélectromagnétique au Centre Hospitalier de Soissons le 31 Octobre 2014. Il peut toutefois assurer maintenant à titre privé des formations ou des prêts d'appareils Rife-Bare américains fait par Bare. Son idée est de permettre à ceux qui le veulent d'étudier ou de réaliser sur eux des traitements complémentaires anti-tumoraux par voie bioélectromagnétique non-invasive. Les personnes intéressées peuvent lui écrire au GEME, à l'adresse : Le Pavillon, 02200 Septmonts.

Le dossier complet sur les actions électromagnétiques sur la dynamique des cellules en prolifération, est disponible dans le numéro 97 d'Effervesciences (novembre-décembre), chez votre marchand de journaux.

 

Commentaires Lien Texte

A ne pas manquer
A ne pas manquer