Accueil du site > Les auteurs > Fondation Louis Bonduelle
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Fondation Louis Bonduelle
Fondation Louis Bonduelle, 53 articles (Association)

Association

nombre d'articles
53
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
0
Qui suis-je?

La Fondation Louis Bonduelle s’est donné pour mission dans un cadre international de faire évoluer de manière durable les comportements alimentaires, en apportant concrètement à tous les moyens de faire entrer les légumes dans leur quotidien, de façon utile, réaliste et originale. En effet, le but de la Fondation est d’aller plus loin que les discours d’intention générale, d’agir au jour le jour pour que les européens passent de la théorie à la pratique, et adoptent enfin les bons réflexes alimentaires.

Derniers Articles

Au Japon, on est omnivore ! (épisode 1 : le poisson)

Suivant >>

Il y a quelques semaines, je vous parlais de ma tendance flexitarienne, de mon éloignement du poisson et de la viande en cuisine. Rien de changé à cela mais quand on est en voyage, on se plie aux us et coutumes locaux. Et, au Japon, difficile d'éviter le poisson et, dans une moindre mesure, la viande. Mais ce fut avec plaisir !

Outre Tokyo, nous avons fait un périple dans le Kyushu, la partie du Japon la plus au Sud (outre Okinawa). Nous étions souvent près de la mer et donc de ses ressources naturelles, poissons, coquillages et crustacés. C'est bien sûr cette proximité quasi-permanente avec la mer qui a façonné les habitudes alimentaires japonaises, avec une présence importante du poisson.

- Il y a le poisson grillé, incontournable de tout petit déjeuner traditionnel, souvent du saumon mais aussi d'autres poissons, selon la région et la saison, dont il faut se saisir bouchée par bouchée avec les baguettes si possible élégamment ! - Il y a le poisson cru de première fraîcheur au bord de la mer ou tout proches, en sushi (à un comptoir) ou en sashimi (pendant un repas).

- Il y a aussi la crevette, élément central d'un assortiment basique de tempura, le poisson et les coquillages qu'on fait mijoter. Il y a aussi le délicieux accord doux-acide des oursins et des œufs de saumon. 

Il y a enfin l'anguille grillée qu'on trouve par hasard en poussant la porte du seul restaurant visible dans un coin isolé d'une petite ville. Et c'est toujours un bonheur du voyage de profiter des mets locaux.

A ne pas manquer
A ne pas manquer