Accueil du site > Les auteurs > Catherine Coste
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Catherine Coste
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Journaliste

nombre d'articles
48
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
1
Qui suis-je?

Mon environnement est hétérogène : l’Education Nationale, des entreprises multinationales, une activité de journalisme en tant que conceptrice-rédactrice de weblogs d’information sur les thèmes de la chirurgie robotique et des transplantations d’organes.

Depuis mars 2005, je joue un rôle de médiation éthique entre le milieu hospitalier, politique et les usagers de la santé, dans le domaine des transplantations d’organes : le constat de décès sur le plan de l’éthique (mort encéphalique, mort cérébrale, prélèvements « à cœur arrêté »), un sujet soulevant de vives controverses, y compris à l’échelle internationale, et suscitant passion et émotion (témoignages de familles confrontées au don d’organes, de chirurgiens, etc.).

Six ans d’expérience au sein de multinationales (assistanat de direction trilingue) ont requis efficacité et adaptabilité dans le rôle d’interface au sein de filiales (FM Global, Intuitive Surgical Europe, Boston Scientific SA) et de sièges sociaux (Europcar International, BNP Paribas), au sein de structures à forte et à faible hiérarchisation, de grande et de petite taille, le sens de l’organisation, de la confidentialité, la rapidité d’adaptation à une nouvelle activité grâce à mon expérience au sein de différents secteurs d’activité (traduction financière, assurance du risque industriel, chirurgie robotique, matériel médical, location véhicules). Ajoutons un cursus universitaire en sciences humaines (littérature et traduction), enrichi d’une expérience de rédactrice du Bulletin pour la Coopération franco-allemande dans les Sciences humaines et sociales, CIRAC-Forum, édité par le Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche et par le Ministère des Affaires Etrangères.

Ces formations, expériences et actions ont façonné ma conception de la communication : professionnalisme, pédagogie, qualité de l’information et de l’expression écrite et orale, rôle d’interface et de médiation éthique.

Derniers Articles

LE « RHUBE » REVIENT !

Suivant >>

Le rhume est l’infection virale respiratoire la plus fréquente. Très contagieux, il survient surtout en hiver dans un contexte épidémique

Le rhume est une inflammation de la muqueuse des fosses nasales due à un virus. Il existe plus de 200 virus pouvant provoquer un rhume  ! Ce qui explique la forte probabilité de contracter un rhume, voire plusieurs par hiver. La contamination se fait principalement par des gouttelettes contenant des virus, transmises par l’air lors de la toux ou d’éternuements, mais aussi par le contact des mains ou d’objets contaminés par des sécrétions nasales. Les virus peuvent survivre pendant des heures sur des surfaces telles que poignées de porte, interrupteurs, téléphone... Le risque de contagion existe dès le jour précédant l’apparition des symptômes et dure jusqu’à cinq jours après. Il est maximal deux jours après le début des symptômes. Méfiez-vous d’une personne enrhumée  !

Un coup de froid

Le rhume survient habituellement après un «  coup de froid  », généralement lié à une variation climatique brutale ou bien à une humidité ambiante pénétrante. La période d’incubation varie, selon le virus responsable, de quelques heures à plusieurs jours. Classiquement, le rhume débute brutalement par un picotement nasal et des salves d’éternuements, qui provoquent assez vite une irritation à la base du nez, suivis d’une obstruction nasale uni- ou bilatérale. Un écoulement nasal clair, abondant, apparaît. Puis les sécrétions s’épaississent et les symptômes disparaissent progressivement. À ces signes peuvent s’ajouter fatigue, maux de tête, toux, fièvre... Le rhume dure de quatre à sept jours.
Les surinfections bactériennes touchent surtout les jeunes enfants (otites, sinusites...) et les personnes âgées (bronchites, pneumonies).

Laver pour soulager

Le traitement permet de diminuer les symptômes. Un mouchage et un lavage des fosses nasales à l’aide de sérum physiologique ou d’eau de mer sont conseillés avant toute pulvé­risation de gouttes nasales, contenant généralement des antiseptiques. De nombreux traitements oraux en comprimés ou gélules existent pour diminuer la congestion nasale, la fièvre et soulager les maux de tête. Respectez bien leur mode d’emploi et ne prolongez pas le traitement au-delà des recommandations. On pourra y associer de la vitamine C (1 g par jour) qui augmente les défenses de l’organisme. L’homéopathie et les plantes médicinales (thym, sureau, euca­lyptus...) peuvent aussi être efficaces pour soulager les symptômes.

Christine Fallet

CONSEILS DE PHARMACIEN

* Isolez-vous le plus possible des personnes atteintes.
* Lavez-vous les mains souvent.
* Ne surchauffez pas l’habitation,surtout la chambre à coucher (environ 18 °C).
* Humidifiez l’atmosphère.
* Utilisez des mouchoirs en papier et jetez-les, après usage, dans une corbeille fermée.
* Si vous avez un rhume, tenez-vous à l’écart des personnes à risque de complications (nourrissons,
 personnes âgées…).
* Consultez un médecin si votre rhume traîne ou se complique (douleur dans les sinus, écoulement au niveau de l’oreille, gêne respiratoire…).
* Ne prenez pas d’antibiotiques qui restent dans l’armoire àpharmacie sans avis médical.

SOURCES

  • www.bienetre-et-sante.fr
A ne pas manquer
A ne pas manquer