Accueil du site > Les auteurs > Catherine Coste
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Catherine Coste
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Journaliste

nombre d'articles
48
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
1
Qui suis-je?

Mon environnement est hétérogène : l’Education Nationale, des entreprises multinationales, une activité de journalisme en tant que conceptrice-rédactrice de weblogs d’information sur les thèmes de la chirurgie robotique et des transplantations d’organes.

Depuis mars 2005, je joue un rôle de médiation éthique entre le milieu hospitalier, politique et les usagers de la santé, dans le domaine des transplantations d’organes : le constat de décès sur le plan de l’éthique (mort encéphalique, mort cérébrale, prélèvements « à cœur arrêté »), un sujet soulevant de vives controverses, y compris à l’échelle internationale, et suscitant passion et émotion (témoignages de familles confrontées au don d’organes, de chirurgiens, etc.).

Six ans d’expérience au sein de multinationales (assistanat de direction trilingue) ont requis efficacité et adaptabilité dans le rôle d’interface au sein de filiales (FM Global, Intuitive Surgical Europe, Boston Scientific SA) et de sièges sociaux (Europcar International, BNP Paribas), au sein de structures à forte et à faible hiérarchisation, de grande et de petite taille, le sens de l’organisation, de la confidentialité, la rapidité d’adaptation à une nouvelle activité grâce à mon expérience au sein de différents secteurs d’activité (traduction financière, assurance du risque industriel, chirurgie robotique, matériel médical, location véhicules). Ajoutons un cursus universitaire en sciences humaines (littérature et traduction), enrichi d’une expérience de rédactrice du Bulletin pour la Coopération franco-allemande dans les Sciences humaines et sociales, CIRAC-Forum, édité par le Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche et par le Ministère des Affaires Etrangères.

Ces formations, expériences et actions ont façonné ma conception de la communication : professionnalisme, pédagogie, qualité de l’information et de l’expression écrite et orale, rôle d’interface et de médiation éthique.

Derniers Articles

Cancer cutané : l’innovation au service du dépistage dermatologique

Suivant >>

L’incidence du mélanome et des autres cancers cutanés a plus que triplé entre 1980 et 2015. Une tendance alarmante qui incite désormais les laboratoires de recherche médicale a développé de nouvelles technologies de dépistage plus performantes. Le groupe Damae Medical a mis au point dans ce cadre, un nouveau dispositif permettant aux dermatologues d’évaluer de manière précoce et précise la malignité d’une tumeur par simple contact avec la surface de la peau. Sans avoir recours à la biopsie, le praticien pourra ainsi détecter une pathologie cutanée avant même que les premiers signes de la maladie ne se soient manifestés en surface. L’imagerie remplace donc ici de façon non-intrusive les traditionnelles méthodes de dépistage. 

 

A l’heure actuelle, entre deux et trois millions de cancers cutanés non mélanocytaires et 132.000 mélanomes malins sont enregistrés chaque année dans le monde. Un cancer diagnostiqué sur trois est un cancer de la peau et d’après les statistiques de la Fondation pour le cancer, un américain sur cinq et un australien sur trois présentera un cancer cutané au cours de sa vie. En France, le mélanome de la peau se situe au 11ème rang des cancers les plus fréquents, tous sexes confondus. 

Depuis les années 1970, on observe une hausse continue de 3 à 7% du nombre de nouveaux cas parmi les populations blanches en grande partie liée à l'exposition aux rayonnements UV (soleil, cabines de bronzage). Cela étant, le mélanome malin (une forme rare, mais agressive de cancer de la peau) peut aujourd'hui être guéri assez efficacement s'il est détecté et traité suffisamment tôt. Le dépistage est donc ici encore une fois primordial et se devait d'être optimisé au regard des processus longs et coûteux en vigueur de nos jours. 

C'est pour répondre à ce problème que la société Damae Medical a conçu un dispositif d'imagerie médicale non invasif baptisé "Cut". Grâce à une biopsie optique, le praticien peut détecter en profondeur, et avec une imagerie deux fois plus précise que ce qui existe actuellement, la présence d'éventuelles cellules cancéreuses. Cette nouvelle technologie facilite les interventions médicales en cas de tumeur avérée et évite les désagréments liés aux biopsies et au temps d'attente. Près de 3.500 dermatologues français investis dans la lutte contre le cancer de la peau pourraient faire appel à ce dispositif.

Pour cette innovation, le groupe Damae Medical s'est d'ailleurs vu remettre le 4 juin dernier le Prix Pulse EDF dans la catégorie Santé et électricité ainsi qu'une dotation de 100.000 euros. Pour rappel, les Prix Pulse organisés par EDF ont pour vocation à encourager les projets d'avenir et d'innovation en lien avec l'énergie. Pour cette seconde édition, Damae a été choisi parmi plus 100 projets (55 Français et 45 européens) issus de start-up et laboratoires de recherche dans les catégories santé et électricité, science et électricité et smart-living et électricité.

Damae Medical avait déjà reçu un prix en 2014 lors du concours mondial d'innovation dans la catégorie médecine individualisée.

A ne pas manquer
A ne pas manquer