Accueil du site > Les auteurs > Catherine Coste
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Catherine Coste
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Journaliste

nombre d'articles
48
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
1
Qui suis-je?

Mon environnement est hétérogène : l’Education Nationale, des entreprises multinationales, une activité de journalisme en tant que conceptrice-rédactrice de weblogs d’information sur les thèmes de la chirurgie robotique et des transplantations d’organes.

Depuis mars 2005, je joue un rôle de médiation éthique entre le milieu hospitalier, politique et les usagers de la santé, dans le domaine des transplantations d’organes : le constat de décès sur le plan de l’éthique (mort encéphalique, mort cérébrale, prélèvements « à cœur arrêté »), un sujet soulevant de vives controverses, y compris à l’échelle internationale, et suscitant passion et émotion (témoignages de familles confrontées au don d’organes, de chirurgiens, etc.).

Six ans d’expérience au sein de multinationales (assistanat de direction trilingue) ont requis efficacité et adaptabilité dans le rôle d’interface au sein de filiales (FM Global, Intuitive Surgical Europe, Boston Scientific SA) et de sièges sociaux (Europcar International, BNP Paribas), au sein de structures à forte et à faible hiérarchisation, de grande et de petite taille, le sens de l’organisation, de la confidentialité, la rapidité d’adaptation à une nouvelle activité grâce à mon expérience au sein de différents secteurs d’activité (traduction financière, assurance du risque industriel, chirurgie robotique, matériel médical, location véhicules). Ajoutons un cursus universitaire en sciences humaines (littérature et traduction), enrichi d’une expérience de rédactrice du Bulletin pour la Coopération franco-allemande dans les Sciences humaines et sociales, CIRAC-Forum, édité par le Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche et par le Ministère des Affaires Etrangères.

Ces formations, expériences et actions ont façonné ma conception de la communication : professionnalisme, pédagogie, qualité de l’information et de l’expression écrite et orale, rôle d’interface et de médiation éthique.

Derniers Articles

Zika préoccupe !

Suivant >>

L’OMS s’inquiète de la diffusion ultrarapide du virus Zika, peu dangereux pour l’adulte mais soupçonné d’être à l’origine de malformations graves du fœtus. Les dernières données épidémiologiques convergent : ce virus, transmis via la piqûre du moustique Aedes aegypti, progresse à très grande vitesse sur le continent américain : vingt-deux des cinquante-cinq pays sont désormais concernés.

 

La Direction générale de la Santé a confirmé la semaine dernière la circulation active du virus Zika dans les départements français d’Amérique (Martinique, Guyane, Guadeloupe) et à Saint-Martin.

Pour autant, la situation est paradoxale puisque cette épidémie n’est pratiquement pas, en elle-même, dangereuse pour les personnes infectées. En revanche, le danger est indirect : la menace infectieuse concerne les enfants portés par les femmes enceintes qui seraient infectées.

La France vient de lancer une alerte et prend de nouvelle mesures de protection des femmes enceintes et en âge de procréer. Pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse résidant dans ces départements, le respect strict des mesures de protection individuelle et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs doivent être rappelés. Ces femmes doivent bénéficier d’un suivi médical et d’une prise en charge renforcée.

Il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse et souhaitant se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur voyage, ou, en tout cas de consulter un médecin avant le départ pour être informées sur les complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika.

Si elles ne peuvent ou ne veulent pas différer leur voyage, elles doivent renforcer les mesures de protection antivectorielles et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs.

Rappel : Le Zika est une maladie due à un virus (arbovirus) transmis par les moustiques. Le virus Zika appartient à la famille des Flaviviridae du genre Flavivirus, comme ceux de la dengue et de la fièvre jaune. La transmission du virus se fait par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus.

Le moustique vecteur du Zika a une activité principalement diurne avec une recrudescence d’activité le matin et en fin de journée. Les symptômes sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées et se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique contaminé. L’infection par le virus Zika peut également se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains et/ou des pieds. La fièvre apparaît peu élevée.

SOURCES

  • Organisation mondiale de la santé (OMS)
A ne pas manquer
A ne pas manquer